Vers le contenu principal

Panneaux de magnésium, une alternative aux plaques de plâtre ?

Magnesiumoxideplaten als alternatief voor gipsplaten? - Panneaux de magnésium, une alternative aux plaques de plâtre ?

Les panneaux à base de magnésium ou d’oxyde de magnésium constituent une solution prometteuse pour remplacer les plaques de plâtre. Ils sont non seulement plus résistants et plus légers, mais aussi plus écologiques. Comme pour tous les produits, leurs caractéristiques peuvent varier d’un panneau à l’autre. N’utilisez donc pas n’importe quel produit !

Les panneaux d’oxyde de magnésium sont des panneaux de construction essentiellement composés d’oxyde de magnésium, de chlorure de magnésium et d’autres composants tels que la sciure de bois, la perlite, la vermiculite et la fibre de verre. Ils gagnent aujourd’hui en popularité grâce aux divers avantages qu’ils offrent par rapport aux plaques de plâtre. Ces produits assez récents n’ont pas encore été pleinement développés et n’ont pas tous été évalués par des organismes indépendants. La prudence est donc de mise !

Les panneaux d’oxyde de magnésium sont des produits relativement récents qui ne sont pas encore arrivés à maturité

L’oxyde de magnésium ou le chlorure de magnésium est principalement employé comme stabilisateur dans le béton. Aux Etats-Unis, au Canada et en Australie, ces composés sont également utilisés dans les panneaux de construction destinés aux cloisons ainsi qu’aux revêtements.

Le marché belge de la construction montre, lui aussi, un certain intérêt pour cette technique. Les fabricants mettent en avant les avantages par rapport aux plaques de plâtre traditionnelles :

  • absence de moisissures : les panneaux ne contiennent pas de carton
  • rigidité accrue : l’oxyde de magnésium est trois fois plus résistant aux chocs que le plâtre
  • plus grande légèreté : le magnésium présente une densité plus faible que l’aluminium
  • meilleure résistance au feu
  • impact environnemental moindre.

Cependant, tous les produits n’obtiennent pas les résultats attendus. Plusieurs pays mettent notamment en garde contre l’utilisation de ce type de panneaux dans des conditions humides et au contact de métaux. On a en outre observé des problèmes de lixiviation entraînant la dégradation des fixations ou des assemblages collés.

Plusieurs pays mettent en garde contre l’utilisation de ce type de panneaux dans des conditions humides

L’université technique du Danemark pointe également du doigt les problèmes liés à l’humidité. Il s’avère que les panneaux à base de magnésium ne peuvent être mis en œuvre dans des conditions où l’humidité relative est supérieure à 84 % (utilisation à l’extérieur comme dans un bardage, par exemple).

Elle insiste aussi sur les importants écarts de qualité entre les sites de production. Les organismes ayant donné leur approbation pour l’utilisation de ce genre de produit (BBA, CCMC, ICC-ES) prévoient dès lors des mesures afin de s’assurer que la composition et le mode de production restent inchangés.

Par ailleurs, il existe des panneaux à base d’oxychlorure de magnésium, d’oxysulfate de magnésium et d’oxyphosphate de magnésium. Seul le premier type de panneaux a été suffisamment utilisé et testé pour permettre une analyse des principaux défauts et problèmes.

On voit aussi clairement l’importance du rôle que jouent les organismes d’évaluation et de certification. En Belgique, les performances d’un produit dans une application déterminée peuvent être évaluées au moyen d’un agrément technique (ATG). Un ATG est le résultat d’une évaluation de l’aptitude à l’emploi de produits pour lesquels il n’existe pas de norme. La certification du produit qui y est associée garantit que les produits commercialisés correspondent bien au texte d’approbation.

Panneaux de magnésium et brevets

Cet article repose sur une recherche opérée dans la base de données des brevets. Le nombre de brevets concernant des panneaux à base de magnésium reste limité : on trouve 100 résultats pertinents pour le secteur de la construction (classes CPC E04B, E04C et C04B). La tendance est néanmoins à la hausse, ce qui paraît logique puisque l’utilisation des panneaux de magnésium est encore assez récente. Rappelons aussi que le délai entre le dépôt d’une demande de brevet et sa publication est de 18 mois. Il se peut donc que les chiffres actuels soient en réalité supérieurs.

De plus, on a constaté que la plupart des demandes de brevets étaient déposées en dehors de l’Europe, à savoir en Chine, en Australie, aux Etats-Unis et au Canada. Cela ne signifie toutefois pas forcément que ceux-ci ne sont pas valables en Belgique. La demande d’extension de certains brevets récents est peut-être encore en cours.

La Cellule Brevets du CSTC (OCBC)

Cet article a été rédigé par la Cellule Brevets du CSTC. La mission de l’OCBC est de sensibiliser les entrepreneurs à l’importance de la propriété intellectuelle. Nous vous renseignons sur la meilleure manière d’exercer vos droits de propriété intellectuelle en cas d’innovation, de manière à protéger vos inventions.

Le terme propriété intellectuelle désigne un ensemble d’éléments (tels que les brevets et les marques) dont une entreprise possède le droit de propriété, consciemment ou non. Celle-ci permet à l’entreprise d’interdire aux autres de se servir de cette propriété. Le revers de la médaille est qu’une entreprise peut bafouer les droits de propriété intellectuelle d’une autre, parfois sans le vouloir.

L’OCBC se tient à la disposition des entreprises de construction pour répondre à toutes leurs questions concernant l’innovation et les droits de propriété intellectuelle. Pour ce faire, nous organisons des actions collectives, mais nous proposons aussi une assistance individuelle aux entrepreneurs.

La Cellule Brevets OCBC du CSTC s’intéresse à l’innovation afin de sensibiliser les entrepreneurs à l’importance de la propriété intellectuelle. Les informations que nous publions ne constituent en aucun cas un jugement de la valeur des produits et des méthodes mentionnés de la part du CSTC ou des autres partenaires.

La Cellule Brevets OCBC du CSTC