Vers le contenu principal

3 défis les plus récurrents en menuiserie intérieure (et comment y faire face)

En tant que menuisier, vous avez incontestablement déjà été « au pied du mur » et c’est tout à fait normal. Des problèmes techniques sur chantier, des clients ayant pleins de questions, ou encore des difficultés à choisir le bon matériau… Nous avons rassemblé dans cet article trois défis récurrents en menuiserie intérieure et expliquons aux spécialistes du bois comment les surmonter.

Et qu’en est-il de vos défis en menuiserie intérieure ? Voici comment y faire face.

Découvrez les défis les plus récurrents et leurs solutions en menuiserie intérieure rassemblés dans un guide pratique.

Défi n° 1 : Je dois vite poser un parquet sur une chape équipée d’un chauffage par le sol

« Mon client me met la pression. Il veut gagner du temps et me demande de poser le parquet le plus rapidement possible après la mise en oeuvre de sa chape avec chauffage par le sol. » 

Si vous posez trop rapidement le parquet, vous risquez qu’il se déforme : tuilage, fissures, décollement… Pour pouvoir coller le parquet , le taux d’humidité de la chape doit se situer en dessous d’un certain seuil (voir tableau). Avant que vous ne puissiez poser votre parquet, l’installateur du chauffage par le sol doit suivre un protocole strict mise en chauffe initiale de son système.  

Taux d’humidité maximal autorisé (en pourcentage de masse) pour une chape avant la pose d’un parquet posé (mesuré avec une bombe à carbure) 

 

Trois solutions possibles

Solution no 

Expliquez à votre client pourquoi il est essentiel d’avoir un support suffisamment sec avant d’entamer la pose du parquet. Même si le temps presse pour votre client, faites-lui savoir qu’il est dans son intérêt de respecter le temps de séchage requis (voir figure ci-dessous).

Solution no 

Vous pouvez légèrement déroger à la règle du temps de séchage requis en optant pour un parquet flottant sur un film anticapillaire. Notez cependant que : la transmission thermique du chauffage par le sol n’est pas optimale avec ce type de parquet. De plus, vous devez prévoir des joints de fractionnement en fonction des dimensions de la pièce.  

Solution no 3 

Choisissez une chape à séchage rapide dès la phase de conception. Là aussi, il est indispensable de contrôler le taux d’humidité avant la pose du parquet et de suivre à la lettre le protocole relatif au chauffage par le sol.  

Avant la pose du parquet, vous devez également tenir compte d’autres paramètres tels que :  

  • le taux d’humidité du bois (7 % ± 2 % pour un parquet contrecollé, par exemple) ; 
  • le climat intérieur (entre 30 % et 60 % et idéalement entre 40 % et 55 %) ; 
  • les propriétés mécaniques de la chape ;
  • la planéité de la chape (3 mm sous une latte de 2 m en cas de pose collée, par exemple).  

 

Envie d’en savoir plus ? 

Défi n° 2 : Comment remédier aux craquements d’un escalier en bois ?

« Ça fait seulement quelques mois que j’ai installé un escalier en bois et des bruits de craquement sont déjà perceptibles. Cette situation agace mon client. » 

Le bois est un matériau vivant. Cela signifie que les dimensions peuvent varier sous l’influence du climat intérieur qui est sujet à d'inévitables variations. 

Notre conseil

Faites savoir à votre client que le climat intérieur est sujet à d'inévitables variations. Il fera toujours plus humide en été qu’en hiver. Il est donc normal qu'un escalier en bois puisse se déformer quelque peu et que le boit se mette parfois à craquer. 

Pour éviter au maximum d’en arriver là, vous pouvez prendre les mesures suivantes :  

  • donner une forme bombée au-dessus des contremarches ;
  • fixer des lattes verticales à l'arrière des contre-marches entre deux marches successives ; 
  • garantir un taux d'humidité du bois qui soit en adéquation avec le climat intérieur lors de la pose ;  
  • éviter les fortes variations d’humidité de l'air ambiant de la maison. 

Même si vous adoptez les mesures ci-dessus, des bruits de craquement ne sont pas à exclure. Si malgré toutes les mesures mises en place l’escalier produit des craquements, le client ne pourra pas évoquer ce phénomène comme motif de refus de l'ouvrage réalisé.

 

Envie d’en savoir plus ? 

Défi n° 3 : Quelques points d’attention à suivre lors du placement de portes résistant au feu

« Le service incendie a émis un avis négatif après avoir contrôlé une porte résistant au feu que j’avais installée. » 

L’installation de portes résistant au feu doit remplir un certain nombre de critères spécifiques, sans quoi le service incendie ne pourra pas vous fournir l’attestation de conformité. Il arrive que vous vous perdiez dans toutes ces exigences.  

 

Notre conseil

Lorsque vous installez une porte résistant au feu de la marque BENOR-ATG, vous devez strictement vous en tenir aux règles de l’Agrément technique (ATG) de la porte.  

Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des règles importantes pour le placement de portes résistant au feu :  

  • La porte doit appartenir aux classes « EI1 30 » ou « EI1 60 » (les valeurs Rf, Ew ou EI2 ne sont pas acceptées). 
  • Vous ne pouvez apporter aucune modification quelconque à vos portes. En d’autres termes, vous ne pouvez pas adapter les dimensions vantail ou ajouter des éléments vitrés. Certaines exceptions à la règle sont mentionnées et décrites dans l’ATG.
  • L’encadrement peut être réalisé en bois à condition qu’il respecte les dimensions minimales conformément aux exigences en matière d’incendie. Par exemple, une épaisseur minimale de 18 mm s’applique aux encadrements en multiplex avec battées en bois dur pour les portes EI1 30. 
  • Une épaisseur maximale de 3 mm à 7 mm est généralement nécessaire entre le vantail de la porte résistant au feu et le plancher de finition, et ce, en fonction du type de porte choisi et du revêtement du sol. Vous pouvez mesurer cette marge à l’aide d’une cale graduée.  

Même si vous ne devez plus aujourd’hui disposer d’une certification pour installer des portes résistant au feu, il est tout de même intéressant d’obtenir une telle certification étant donné qu’elle peut être prescrite dans le cahier des charges type et est ainsi contractuellement obligatoire. 

 

Envie d’en savoir plus ?