Vers le contenu principal

Menuiserie exterieure

3 défis les plus récurrents en menuiserie extérieure (et comment y faire face)

Les menuisiers savent à quel point il est courant de se retrouver au pied du mur, et ce, au sens propre comme au sens figuré. Le choix du vitrage pour les fenêtres, l’installation d’une protection antichute supplémentaire et la pose d’une fenêtre dans un mur creux sont autant de défis que doivent surmonter les spécialistes du bois au quotidien. Dans cet article, nous aborderons en détail ces trois défis de menuiserie extérieure et vous expliquons comment les surmonter.

défis dans la menuiserie

Et qu’en est-il de vos défis en menuiserie extérieure ? Voici comment y faire face.

Découvrez les défis les plus récurrents et leurs solutions en menuiserie extérieure rassemblés dans un guide pratique.

Défi n° 1 : Aspect sécurité: quel type de vitrage faut-il choisir?

 

« Afin de réduire du poste 'menuiserie extérieure', mon client m’a demandé de ne pas tenir compte des aspects de sécurité et de prévoir pour chaque fenêtre un double vitrage float 4/15/6. »

Vous ne pouvez pas choisir au hasard le type de double vitrage. Vous devez vous conformer à des exigences de sécurité afin d’éviter tout danger pour les occupants du bâtiment. Ces exigences incluent des contraintes liées au choix du type de vitrage et à son épaisseur.

 

La marche à suivre

Ne négligez surtout pas les normes de sécurité applicables en Belgique. Même si ces normes ne sont pas légalement obligatoires en soi, elles constituent le premier argument de taille en cas de litige, de dégâts ou d’accidents et sont donc toujours considérées comme des règles de bonne pratique. Si vous ne suivez pas scrupuleusement ces normes lors de l’installation des fenêtres, vous augmentez le risque de chute ou de blessures corporelles sur une tierce personne en cas de choc contre le vitrage.

Le choix du type de vitrage (float, verre trempé ou verre feuilleté) dépend de plusieurs paramètres tels que la hauteur de protection, la hauteur de chute, l’espace de part et d’autre du vitrage… Pour ce faire, veuillez vous référer à la série de la série d’infofiches 49 basée sur la norme NBN S 23-002.

En cas de fenêtre fixe comprenant une hauteur de protection inférieure à 90 cm et une hauteur de chute supérieur à 1,5 m, le verre de sécurité doit être placé du côté intérieur et doit être de type « 1B1 ». En revanche, vous êtes libre de choisir le type de feuille de verre extérieur pour ce cas de figure .

Afin de résister au vent, l’épaisseur du vitrage doit remplir les critères de résistance mécanique de la norme NBN S 23-002.

 

Envie d’en savoir plus ?

Défi n° 2 : Dans quel cas faut-il munir une fenêtre d'un garde-corps complémentaire?

« Je dois installer une fenêtre ouvrante au deuxième étage d’un immeuble d’appartements. Les avis divergent par rapport à  l’obligation de prévoir un garde-corps complémentaire. »

Il arrive que votre avis et celui de l’architecte sur la nécessité d'un garde-corps ne concordent pas. Pourtant, un de vous a forcément raison…

La solution

La norme NBN B 25-002-1 mentionne les cas dans lesquels il convient de prévoir un garde-corps complémentaire pour une fenêtre composée de parties ouvrantes. Si la hauteur de protection mesurée entre le niveau du plancher fini et le dormant de la menuiserie est inférieure à la hauteur de protection, vous devez alors prévoir un garde-corps supplémentaire qui respecte les exigences relatives à la norme NBN B 03-004. La hauteur de protection est définie dans le cahier de charge du projet et ne peut généralement pas être inférieure à 0,90 m.

Vous ne souhaitez pas prévoir de garde-corps supplémentaire ? Dans ce cas, optez pour une fenêtre fixe avec un vitrage la bonne épaisseur et le bon type (voir défi précédent « puis-je choisir n’importe quel vitrage pour mes fenêtres ?  »).. Même cas de figure que plus haut : même si ces normes ne sont pas légalement obligatoires en soi, elles constituent le premier argument de taille en cas de litige, de dégâts ou d’accidents et sont donc toujours considérées comme des règles de bonne pratique.

Envie d’en savoir plus ?

Défi n° 3 : Comment poser autrement un châssis de fenêtre dans un mur creux?

« Il arrive que le chantier de construction soit au point mort pendant plusieurs semaines entre la phase de mesurage des ouvertures dans un mur creux isolé et la phase de pose effective des profilés de fenêtres. Ce temps correspond au délai de production des cadres de fenêtres sur mesure en atelier. »

Il est possible de contourner ce problème en fixant le cadre de la fenêtre au mur porteur, et ce, avant même d’effectuer l’isolation de la coulisse et la pose des briques de parement. Mais comment procéder ?

 

Résoudre le problème

Si la maçonnerie de parement n'a pas encore été réalisée, travaillez de préférence avec un précadre en bois ou dans un autre matériau isolant. Bien que cette technique comporte de nombreux avantages, le menuisier doit prendre en considération quelques points : assurer l’étanchéité à l’air du précadre, protéger la partie supérieure et les côtés de ce dernier au moyen d’une barrière d’étanchéité à l’eau et, pour des raisons thermiques, respecter la longueur de contact minimale entre le précadre et le châssis.

Une autre solution consiste à créer vos cadres de fenêtre en fonction des dimensions sur le plan. Cela nécessite une excellente communication entre l’architecte, l’entrepreneur du gros œuvre et le spécialiste de la menuiserie que vous êtes.

Consultez notre base de données de détails constructifs «  pour savoir comment effectuer la jonction entre un châssis de fenêtre et le gros œuvre.

Envie d’en savoir plus ?