Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

25/04/2018

CSTC Home
  1. Services
  2. Normalisation
  3. AN Éléments de façade manuels et motorisés
  4. Normes et réglementations - Antenne Normes Éléments de façade manuels et motorisés
  5. Résistance à l'effraction
  6. Classification et essais

Classification et essais

Fenêtres et portes

Les normes européennes se focalisent sur les aspects mécaniques des menuiseries retardatrices d'effraction.

A l'heure actuelle, les prénormes européennes ENV 1627 à 1630, publiées en 1999, sont en vigueur. Les normes EN 1627 à 1630 seront ratifiées en 2010. Dès leur parution officielle, elles annuleront et remplaceront les prénormes européennes ENV 1627 à 1630.

Les normes EN 1627 à 1630 ont été rédigées dans le but d'évaluer les performances des menuiseries retardatrices d'effraction et de permettre ainsi aux fabricants et aux poseurs de caractériser leurs produits de manière univoque. On y décrit également les méthodes d'essai utilisées afin de déterminer la résistance des éléments de façade sous charge statique, dynamique et aux tentatives d'effraction manuelle.

La norme EN 1627 propose un système de classification des blocs-portes pour piétons, des fenêtres, des façades rideaux, des grilles et des fermetures en fonction de leurs performances en termes de résistance à l'effraction. Six classes de résistance à l'effraction (cf. tableau 1) sont définies en fonction du type d'outils utilisés et du temps de résistance aux tentatives d'effraction manuelle (exprimé en minutes). Les classes 1 et 6 offrent respectivement les protections minimale et maximale contre l'effraction.

Classe de
résistance
(EN 1627)
Type d’agression Essais
Cambrioleur Moyens Statique (EN1628) Dynamique (EN1629) Manuel (EN1630)
Essai Jeux d'outils Temps de
résistance [min]
Temps
total
d’essai [min]
1 Occasionnel Petits outils simples,
force physique
X X - A1 - -
2 Occasionnel Idem + outils simples
(tournevis, pince, coins
en bois et en plastique,
scies)
X X X A2 3 15
3 Moyen Idem + tournevis
supplémentaires, pied
de biche, petit marteau,
perceuse à main,
chasse-goupilles
X X X A3 5 20
4 Expérimenté Idem + marteau
lourd, hache, ciseau à
bois, cisaille à métal,
coupe-boulon, burin et
perceuse portative
X - X A4 10 30
5 Expérimenté Idem + outils électriques
(perceuse, scie
sauteuse, scie sabre,
meuleuse d’angle)
X - X A5 15 40
6 Expérimenté Idem + masse, coin en
acier, outils électriques
puissants (disqueuse,
marteau à percussion)
X - X A6 20 50
Tableau 1 Classification de la résistance à l'effraction selon les normes européennes EN 1627 à 1630

Les normes EN 1628, 1629 et 1630 décrivent respectivement les méthodes d'essai pour la détermination de la résistance des éléments de façade menuisés sous charge statique, dynamique et aux tentatives d'effraction manuelle.

La séquence d'essais est définie dans la norme EN 1627. Les essais statique, dynamique et manuel préliminaire sont réalisés successivement sur un premier élément pour autant que le résultat de l'essai en cours ne soit pas affecté par les dégradations éventuelles occasionnées au cours de l'essai ou des essais précédents. Un nouvel élément est utilisé pour l'essai manuel principal.

BR_6.jpg
Figure 1 Essai statique
BR_1.jpg
Figure 2 Essai dynamique
BR_4.jpg
Figure 3 Essai manuel

L'essai statique

L'essai statique (cf. figure 1) consiste à appliquer à l'aide d'un vérin hydraulique une charge en différents points de l'élément (points de fermeture et de suspension, angles du remplissage, ...). Les charges d'essai, la durée d'essai et les déformations maximales autorisées sont fonction de la classe de résistance visée.

L'essai dynamique

L'essai dynamique (cf. figure 2) est effectué pour les classes de résistance 1 à 3 si l'élément a résisté à l'essai statique. Il consiste à laisser tomber un double pneu de 50 kg (décrit dans la norme NBN EN 12600) en différents endroits prédéfinis de l'élément (centre et angles du remplissage, ...) d'une hauteur fonction de la classe visée.

L'essai manuel

L'essai manuel (cf. figure 3) est effectué en deux phases pour les classes de résistance 2 à 6 si l'élément a résisté aux essais statique et dynamique. L'essai manuel préliminaire, dont l'objectif est de déterminer les points les plus faibles et vulnérables ainsi que les outils les plus efficaces parmi ceux à disposition, est d'abord réalisé sur l'élément ayant passé les essais statique et dynamique. Ensuite, sur la base des conclusions de l'essai préliminaire, l'essai manuel principal est effectué sur un nouvel élément dans le but d'essayer de forcer une ouverture dans un laps de temps fonction de la classe de résistance visée (cf. tableau 1).

Le jeu d'outils pour une classe de résistance donnée est constitué des outils spécifiques à cette classe et de ceux des classes précédentes (cf. figure 4). Ainsi, un essai manuel en classe 3 sera réalisé à l'aide des jeux d'outils A1 à A3. Le jeu d'outils A1 est utilisé en classe 1 pour la préparation des éléments avant les essais statique et dynamique ainsi que lors des essais manuels préliminaire et principal des classes de résistance 2 à 6.

BR_2.jpg
Figure 4 Jeux d'outils A1 et A2 pour l'attaque manuelle d'éléments résistants à l'effraction de classe 2.

BR_3.jpg
Figure 5 Calibres pour l'essai manuel.
L'élément testé répondra aux exigences de la norme EN 1627 pour une classe de résistance à l'effraction donnée si les déformations maximales autorisées (en fonction du type d'essais et/ou du type d'effort appliqué) ne sont pas dépassées. Celles-ci sont déterminées à l'aide de différents calibres (cf. figure 5).

Extrapolation des essais de résistance à l'effraction

Dans son annexe normative D, la norme EN 1627 précise que les résultats des essais de résistance à l'effraction peuvent être extrapolés à des éléments dont les dimensions varient dans les limites suivantes par rapport à celles de l'élément testé (pour autant que le rapport d'essai ne pose aucune restriction à ce sujet) :

• pour les portes: variation de la largeur et de la hauteur de - 20 % à + 10 %
• pour les fenêtres: variation de la surface de ± 25 % et variation de la distance entre le coin de l'élément et le point de fermeture adjacent de + 5 à - 20 % et de + 5 à - 30 % entre les points de fermeture.

En outre, le nombre de points de fermeture ne peut être réduit que si les distances entre les points de fermeture restants ne sont pas supérieures à celles de l'élément testé.

Toute modification (dimensions, composition) différente de celles précisées dans cette annexe D nécessite un avis favorable du laboratoire d'essai. Dans le cas contraire, un essai supplémentaire sera requis.


Portes industrielles, commerciales et résidentielles

BR_7.jpgCertains éléments de façade non négligeables comme les portes industrielles, commerciales et résidentielles sont exclus du domaine d'application des normes EN 1627 à 1630.

Dans le cadre de la recherche prénormative récemment clôturée ‘Evaluation des performances d'éléments de façade retardateurs d'effraction', une méthode a été développée pour l'évaluation de la résistance à l'effraction des portes de garage sectionnelles. Il s'agit d'une méthode d'évaluation sur la base de celles proposées par les normes EN 1627 à 1630, soit que la résistance à l'effraction est déterminée sur la base d'essais statiques, dynamiques et manuels.

Les critères d'extrapolation des résultats des essais d'un élément testé à des éléments d'autres dimensions ont également été adaptés sur la base des conclusions de la recherche : ceux-ci sont extrapolables à tout élément de composition identique dont les dimensions respectent les règles suivantes:

L'interchangeabilité de composants (géométrie des panneaux, rails de guidage, ...) et une augmentation des dimensions supérieure aux limites proposées ci-dessus pourraient être admises sur avis du laboratoire d'essai. Dans le cas contraire, un essai supplémentaire est requis.

Un groupe de travail (*) regroupant les principaux laboratoires européens pratiquant des essais de résistance à l'effraction, a proposé, en partie sur la base des résultats de la recherche prénormative dont question ci-dessus, un "guide book" pour l'évaluation de la résistance à l'effraction des portes de garage sectionnelles, en attendant qu'un consensus voie le jour au niveau européen.

Ce 'guide book' décrit les exigences, la classification (sur la base des essai statique, dynamique et manuel) et les méthodes d'essai (statiques, dynamiques et manuels) pour des portes de garage sectionnelles. Ce document aborde uniquement les classes de résistance 2 et 3 des normes EN 1627 à 1630. Ce "guide book" peut être téléchargé via le lien suivant:

Guideline garage doors (texte en Anglais)

L'objectif est d'optimaliser ce document en fonction des besoins, de la pratique et de l'état de la technique du secteur concerné de sorte qu'il puisse, à moyen ou à long terme, contribuer à l'obtention d'un consensus au niveau européen sur un document de référence pour l'évaluation des performances des portes garages sectionnelles retardatrices d'effraction. Les remarques et/ou commentaires éventuels sur ce document peuvent être transmis, sans engagement, via l'addresse e-mail suivante du site de l'antenne normes:

info.facade@bbri.be


* Ce groupe de travail a pour objectif l'échange d'informations et d'expérience afin d'améliorer la reproductibilité et la répétabilité des essais de résistance à l'effraction ainsi que le libre échange et la libre circulation des éléments menuisés retardateurs d'effraction en Europe.