Passer au contenu principal Passer au bas de la page
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

18/08/2018

CSTC Home

Détail constructif toiture plate-joint de mouvement

Joint de mouvement en caniveau. Etanchéité bitumineuse

Référence : 1060

1060_DET1_2.svg
1. Support de toiture
2. Rehausse isolante ou isolée
3. Isolation du joint (matériau souple)
4. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6)
5. Isolation thermique (épaisseur conforme à la réglementation thermique en vigueur)
6. Chanfrein ou renfort d'angle
7. Avaloir et crapaudine
8. Etanchéité de la toiture
9. Couche de glissement
10.Etanchéité élastique du joint qui puisse être assemblé de manière à assurer l'étanchéité à l'eau avec l'étanchéité de la toiture
11.Couche de glissement
12.Etanchéité faisant office de protection mécanique (voir NIT 244, § 7.3)
Les détails présentés dans cette NIT sont valables pour les classes de climat intérieur I à III. Pour la classe de climat intérieur IV, une étude complémentaire est en général requise, afin de s’assurer qu’aucun problème de condensation interne ne peut apparaître. C’est principalement le cas lorsqu’on utilise une coupure thermique ou une maçonnerie isolante dans le relevé d’étanchéité.
 
L'étanchéité du joint peut être assurée par une membrane élastique non armée compatible avec la membrane bitumineuse (élastomère sous-facé de bitume, par exemple) ou, si les mouvements sont limités, par une membrane en bitume modifié. Dans le premier cas, il y a lieu de prévoir une couche de glissement d'une largeur minimale de 100 mm. Dans le second, la largeur de la couche de glissement est portée à 200 mm minimum et il convient de vérifier, lors de l’entretien de la toiture, si les ondulations inévitables de cette couche n'entraînent pas de dégâts.
 
La bande d’étanchéité (n° 8) ne peut se prolonger au-delà de la zone où la couche d’isolation est posée en épaisseur normale (à côté de l'emplacement réservé à l'avaloir), afin d'éviter que les recouvrements ne créent une surépaisseur.
 
En présence d’une membrane bitumineuse, les bandes d’étanchéité requièrent un préenduisage au moyen d’un vernis d’adhérence avant d'être appliquées sur la rehausse.
 
Cette fiche traite de la mise en œuvre des étanchéités bitumineuses monocouches. Les principes d'exécution des étanchéités bitumineuses multicouches le long des acrotères et des rehausses sont énoncés au § 5.4.1 de la partie générale de la NIT244.
Les joints de recouvrement des étanchéités bitumineuses monocouches ardoisées seront réalisés de préférence dans la zone neutre (non ardoisée) prévue en usine. Si cette manière de procéder s'avère techniquement impossible, on posera, par mesure de précaution, une bande d'étanchéité supplémentaire sous le recouvrement, et ce dans les zones présentant un risque de stagnation d'eau.

Publications associées

  1. Services
  2. Normalisation
  3. AN Détails constructifs
  4. Base de données détails constructifs