Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

20/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. Notes d'information technique (NIT)
  3. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates : principes généraux
  4. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 8. Emergences et socles
  5. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 8.5. Cheminées
Version

8.5. Cheminées

8.5.1. Cheminées en maçonnerie

On distingue: Il convient en outre de se référer aux remarques formulées au § 5.5.1..

  1. Maçonnerie de parement
  2. Joints verticaux ouverts
  3. Solin
  4. Lestage
  5. Etanchéité de la toiture
  6. Isolation thermique (épaisseur conforme à la réglementation en vigueur)
  7. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6) [C5]
  8. Forme de pente
  9. Plancher porteur
  10. Maçonnerie portante
  11. Isolation thermique de la cheminée
  12. Boisseau
  13. Maçonnerie isolante
  14. Maçonnerie de cheminée
  15. Isolation thermique rigide
  16. Membrane de drainage de la coulisse (éventuellement incorporée dans la maçonnerie de cheminée)
Fig. 114 Souche de cheminée à double paroi.

8.5.2. Conduits de fumée métalliques

On utilise en général des accessoires en tôle galvanisée, en aluminium ou en acier inoxydable, constitués d’une rehausse indépendante que l’on fixe au support (figure 115 et figure 116).

Aucun matériau inflammable ne peut en principe se situer à moins de 150 mm de la paroi extérieure du conduit de fumée, sauf si celui-ci appartient à la classe de température T80, c’est-à-dire lorsque les produits de combustion s’en évacuent à une température nominale inférieure à 80 °C (voir à ce sujet le § 7.2.1.5. de la norme NBN B 61-002) [B3]. Si le conduit de fumée est d’une classe de température supérieure à T80, il y a lieu de prévoir un matériau isolant incombustible dans une zone de 150 mm autour du conduit (classe de réaction au feu A2,s1,d0 selon la norme NBN EN 13501-1) [B8].

  1. Mastic résistant à la chaleur
  2. Collet
  3. Isolant souple incombustible
  4. Isolant incombustible
  5. Revêtement d’étanchéité
  6. Isolation thermique (épaisseur conforme à la réglementation en vigueur)
  7. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6) [C5]
  8. Plancher porteur en béton
  9. Enduit intérieur
  10. Fourreau avec plaque d’ancrage
  11. Joint souple résistant à la chaleur
  12. Conduit de fumée isolé
  13. Bague assurant l’étanchéité à l’air (livrée avec le conduit de fumée)
  14. Gaine
  15. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6) [C5]
  16. Bavette avec relevé
Fig. 115 Conduit de fumée métallique traversant un plancher porteur en béton.


  1. Mastic résistant à la chaleur
  2. Conduit de fumée
  3. Isolant souple incombustible
  4. Revêtement d’étanchéité
  5. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6) [C5]
  6. Etanchéité à l’air
  7. Fourreau avec plaque d’ancrage
  8. Tôle d’acier profilée
  9. Structure porteuse
  10. Isolation thermique (épaisseur conforme à la réglementation en vigueur)
  11. Fixation mécanique
  12. Bavette avec relevé
  13. Bourrelet
  14. Isolant incombustible
Fig. 116 Conduit de fumée sur tôles d’acier profilées.

L’usage d’un accessoire préfabriqué pour le raccord du pare-vapeur permettra de maintenir ce dernier à une distance suffisante par rapport au débouché du conduit de fumée.

La membrane d’étanchéité doit en principe se situer à une distance suffisante de la cheminée. Elle est raccordée à la rehausse par l’intermédiaire d’une bavette, dont l’extrémité supérieure est obturée et protégée au moyen d’une bande de solin métallique (collet) fixée à la cheminée.

On sera attentif à ce que la jonction du conduit de cheminée et du plancher porteur soit bien étanche l’air. La jonction avec les planchers en béton peut être obturée au mastic. Toutefois, ce joint de mastic étant soumis à des contraintes de cisaillement susceptibles d’entraîner un décollement et une fissuration, il y aurait lieu, le cas échéant, d’utiliser un raccord complémentaire qui permette à la fois de réaliser un parachèvement esthétique de la jonction et d’assurer l’étanchéité à l’air (figure 115).

Sur les supports de toiture en tôles d’acier profilées, il y a lieu de prévoir un renforcement au droit du débouché du conduit. Dans le schéma de la figure 116, ce renforcement est constitué par la plaque d’ancrage du fourreau (n° 7). Si le conduit est de grand diamètre (200 mm ou plus), on recommande en outre de prévoir un renfort sous les tôles profilées au droit du débouché.

L’étanchéité à l’air – difficile à garantir à la périphérie du conduit – peut être assurée au moyen d’un closoir en caoutchouc placé entre le fourreau métallique et le conduit de cheminée (figure 116, n° 6). Il y a lieu de prévoir également une bavette avec relevé (n° 12) sur laquelle on raccordera l’étanchéité. L’espace entre le fourreau muni d’une plaque d’ancrage (pour renforcer les tôles profilées, n° 7) et ce relevé doit être obturé au moyen d’un matériau isolant qui permettra de limiter le pont thermique.