Passer au contenu principal Passer au bas de la page
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

25/06/2018

CSTC Home
Version

8.4. Emergences

Le présent paragraphe s’attache aux traversées de conduits d’évacuation d’eau, de ventilation, d’électricité, etc. émergeant en toiture. Les cheminées sont traitées au § 8.5..

8.4.1. Emergences de petit diamètre (< 80 mm)

Les émergences d’un diamètre inférieur à 80 mm doivent être munies d’un accessoire avec bavette, sauf s’il est fait usage de produits d’étanchéité liquides. Les matériaux constitutifs de la bavette et de l’étanchéité doivent être compatibles. Leur jonction doit en outre être étanche à l’eau, conformément aux règles applicables aux raccords avec les descentes d’eau (§ 3.6.2.1.). On utilisera de préférence des accessoires préfabriqués spécialement conçus à cet effet.

En général, les émergences de petit diamètre servent au passage des conduits de ventilation sanitaires. Par contre, les tubes censés assurer une ventilation du complexe toiture n’ont aucune utilité, car leur capacité d’assèchement est négligeable (voir NIT 215, chapitre 2) [C5].

La figure 108 illustre le principe de la jonction de l’étanchéité avec un conduit de ventilation sanitaire.

  1. Mastic
  2. Emergence de petit diamètre
  3. Revêtement d’étanchéité
  4. Isolation thermique (épaisseur conforme à la réglementation en vigueur)
  5. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6) [C5]
  6. Plancher porteur
  7. Gaine
  8. Accessoire avec bavette réalisé sur chantier
Fig. 108 Emergence d’un conduit de ventilation sanitaire d’un diamètre inférieur à 80 mm.

Il y a lieu de tenir compte du fait qu’en période de grand froid, l’air intérieur chaud est susceptible de se condenser sur la paroi interne des coiffes surmontant les conduits de ventilation. Pour parer aux problèmes d’humidité qui pourraient s’ensuivre, deux options sont envisageables :

8.4.2. Emergences de grand diamètre (≥ 80 mm)

Dans ce cas également, on peut utiliser des accessoires préfabriqués adaptés, pourvus d’une bavette que l’on applique au-dessus du dispositif émergeant.

La figure 109 illustre le mode d’exécution du raccord avec une colonne continue de descente d’eaux pluviales émergeant en toiture.

  1. Descente d’eaux pluviales de grand diamètre émergeant en toiture
  2. Isolation thermique (épaisseur conforme à la réglementation en vigueur)
  3. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6) [C5]
  4. Plancher porteur
  5. Revêtement d’étanchéité
  6. Fourreau avec bavette
  7. Collet
  8. Mastic
  9. Gaine
Fig. 109 Emergence d’une colonne d’eaux pluviales d’un diamètre supérieur ou égal à 80 mm.

Le bord supérieur de l’accessoire est protégé par un collet métallique que l’on enserre autour de l’émergence, puis que l’on scelle dans le haut à l’aide de mastic. L’usage d’un collier de serrage pour raccorder directement le fourreau au débouché du conduit est déconseillé, car il ne permettrait pas de garantir une bonne étanchéité à la pluie. Le joint de mastic nécessaire à cette fin serait en effet soumis à de fortes contraintes de cisaillement, entraînant un risque de fissuration et de décollement considérable.

Lorsqu’un conduit d’évacuation d’une hotte de cuisine ou d’un sèche-linge débouche en toiture, il y a lieu de prendre les précautions nécessaires pour prévenir la condensation de la vapeur d’eau, en appliquant une isolation thermique autour de l’émergence et en déviant les condensats (voir détails d’exécution sur www.cstc.be).

Le parachèvement d’une étanchéité bitumineuse autour d’une émergence doit impérativement s’opérer au moyen d’une bavette telle qu’illustrée à la figure 109.

En cas de rénovation, les membranes élastiques (élastomères et plastomères, par exemple) et les étanchéités liquides peuvent éventuellement être raccordées sans bavette (voir détails d’exécution 108.2, 108.3 et 108.4 pour élastomères et plastomères dans la base de données sur www.cstc.be). Cette solution aura cependant pour conséquence de rendre les travaux éventuels de réparation ou d’entretien nettement plus complexes et malaisés au droit de l’émergence.

Les détails d’exécution évoqués ci-avant n’ont d’utilité que pour les émergences indépendantes situées à 0,5 m au moins d’un mur en butée.

Les émergences traitées dans ce paragraphe se situent, quant à elles, au droit d’un mur en butée (< 0,5 m) ou dans son voisinage immédiat. Cette situation est typique des descentes d’eau s’étendant sur plusieurs balcons superposés. Dans ces configurations, en effet, la conduite d’évacuation se situe à quelques centimètres à peine du mur de façade.

En ce cas, l’accessoire destiné à assurer l’étanchéité doit être confectionné sur chantier. Il s’agit généralement d’un tuyau en plomb (étanchéité bitumineuse ou élastomère) ou en PVC (étanchéité plastomère) muni d’une bavette. Cet accessoire assure l’étanchéité à l’eau du raccord et est lui‑même solidarisé avec le revêtement d’étanchéité. Le bord supérieur de l’accessoire est protégé par un collet métallique enserré autour de l’émergence et scellé dans le haut à l’aide d’un mastic.

  1. Forme de pente ou isolation thermique
  2. Revêtement d’étanchéité
  3. Collet
  4. Bavette
  5. Mastic ou bague en caoutchouc
  6. Parachèvement de la rive (voir chapitre 5)
  7. Descente d’eaux pluviales
  8. Avaloir
  9. Plancher porteur
a ≥ 100 ou 150 mm b > 20 mm
Fig. 110 Dispositif d’évacuation constitué d’un avaloir et d’une descente continue à chaque étage (cas des balcons, par exemple).


  1. Forme de pente ou isolation thermique
  2. Revêtement d’étanchéité
  3. Bavette
  4. Descente d’eaux pluviales
  5. Parachèvement du relevé (voir chapitre 5)
  6. Avaloir
  7. Plancher porteur
a ≥ 100 ou 150 mm b > 20 mm
Fig. 111 Dispositif d’évacuation constitué d’un avaloir et d’une descente continue à chaque étage (cas des balcons) – Variante.


  1. Forme de pente ou isolation thermique
  2. Revêtement d’étanchéité
  3. Bavette
  4. Arrêt de gravier
  5. Parachèvement du relevé (voir chapitre 5)
  6. Descente d’eaux pluviales
  7. Avaloir
  8. Plancher porteur
a ≥ 100 ou 150 mm b > 20 mm c ≥ 40 mm
Fig. 112 Jonction de la descente continue et de l’avaloir.


La figure 111 présente une autre exécution possible : la descente d’eau qui se prolonge en hauteur (n° 4) peut éventuellement être interrompue, auquel cas l’accessoire fait partie du système d’évacuation. Cette solution peut s’avérer plus difficile à réaliser, dans la mesure où il faut pouvoir raccorder les diamètres des différents tuyaux.

A la figure 112, le tuyau de descente continu est directement raccordé à l’avaloir. Cette solution nécessite la pose d’un arrêt de gravier empêchant l’obstruction du système par des feuilles ou d’autres éléments. Il importe dès lors d’entretenir régulièrement ce type d’évacuation.

L’ouverture ‘c’ est fonction de la quantité d’eau à évacuer; une distance minimum de 40 mm est en tout cas souhaitable.

Lorsque le tuyau de descente se trouve trop près du mur de façade, ce qui est généralement le cas en pratique, il y a lieu de l’éloigner du soubassement.

8.4.3. Conduites électriques débouchant en toiture

Pour les débouchés de conduites électriques et similaires, on utilise un accessoire spécifique, disponible dans le commerce, permettant le passage des câbles (figure 113). Le cas échéant, la bavette devra être fixée au support et raccordée à l’étanchéité. Si de fortes sollicitations sont susceptibles de s’exercer sur la bavette (traction d’un gros faisceau de câbles, par exemple), une fixation à travers l’isolant risque d’être insuffisante; il faudra dès lors prévoir un cadre isolant incompressible.

L’accessoire et la bavette sont généralement réalisés en métal dans le cas d’étanchéités bitumineuses ou élastomères, et en PVC rigide dans le cas de plastomères.

Afin d’éviter qu’une condensation interne ou une condensation due à la différence de température entre l’air et le matériau ne se produise au sein de cet accessoire, il faudra obturer hermétiquement ses orifices par l’intérieur ou par l’extérieur après avoir tiré les câbles.

  1. Obturation hermétique au moyen de mousse de PUR projetée
  2. Câble à tirer
  3. Fourreau en métal ou en PVC, avec bavette
  4. Fixation mécanique
  5. Etanchéité de la toiture
  6. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6) [C5]
  7. Plancher porteur
  8. Isolation thermique (épaisseur conforme à la réglementation en vigueur)
  9. Gaine
Fig. 113 Câbles électriques débouchant en toiture : parachèvement au moyen d’un fourreau coudé (en métal ou en PVC) avec bavette.

  1. Publications
  2. Notes d'information technique (NIT)
  3. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates : principes généraux
  4. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 8. Emergences et socles
  5. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 8.4. Emergences