Passer au contenu principal Passer au bas de la page
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

26/04/2018

CSTC Home
Version

7.6.2. Joints longitudinaux

7.6.2.1. Joints longitudinaux en partie courante

Ce type de joint ne nécessite généralement aucune précaution particulière, ni pour la pose de l’isolation thermique, ni pour la mise en oeuvre de l’étanchéité.

En présence d’une étanchéité posée en adhérence totale et d’un pare-vapeur sur des éléments porteurs longs, rigides et non solidarisés (doubles tés, par exemple), il y a lieu d’éviter toute adhérence sur une zone de 100 mm de part et d’autre du joint, en appliquant une bande de pontage indépendante.

7.6.2.2. Joints longitudinaux contre un mur

Les joints longitudinaux contre un mur nécessitent presque toujours des précautions spéciales.

Les éléments de support rigides sont placés, de préférence, en indépendance par rapport au mur (figure 102). La jonction entre ce dernier et la toiture doit alors être traitée comme un joint de mouvement avec rehausse distincte (voir § 7.5.). Le pare-vapeur sera donc inévitablement interrompu au droit des rives. On se reportera à ce sujet au § 5.5.7..

Si le premier élément de toiture dispose néanmoins d’un appui dans le mur (comme illustré à la figure 103), on peut s’attendre à un mouvement important entre ce premier élément et celui qui lui est juxtaposé (voir à ce sujet la Note d'information technique 223, § 7.7.5.) [C9]. Dans ce cas, le joint entre les deux éléments doit être réalisé comme un joint d’about en partie courante. Vu les difficultés d’assurer l’étanchéité à l’air dans cette zone (fissuration inévitable du plafonnage), il est vivement déconseillé d’entreprendre une telle réalisation sans prévoir une couche de compression.

  1. Bardage
  2. Isolation thermique de la façade (épaisseur conforme à la réglementation en vigueur)
  3. Profilé d’appui
  4. Isolation thermique (épaisseur conforme à la réglementation en vigueur)
  5. Revêtement d’étanchéité
  6. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6) [C5]
  7. Plancher porteur
  8. Relevé métallique (gros oeuvre)
  9. Possibilité de mouvement de l’étanchéité
  10. Mur du bâtiment
Fig. 102 Joint longitudinal contre un mur dans le cas d’éléments fractionnés placés en indépendance par rapport au mur.


  1. Bardage
  2. Isolation thermique de la façade (épaisseur conforme à la réglementation en vigueur)
  3. Profilé d’appui
  4. Isolation thermique (épaisseur conforme à la réglementation en vigueur)
  5. Etanchéité de la toiture
  6. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6) [C5]
  7. Bande de pontage indépendante (largeur en fonction de l’élasticité du pare-vapeur)
  8. Joint entre éléments porteurs
  9. Plancher porteur
  10. Mur porteur
Fig. 103 Joint longitudinal contre un mur dans le cas d’éléments porteurs fractionnés prenant appui sur le mur (solution déconseillée).

Comme précisé par ailleurs, les tôles d’acier profilées de la toiture doivent être soutenues ou suspendues au mur sans discontinuités, de façon à exclure tout mouvement excessif. La jonction entre les tôles et le mur en butée doit être réalisée comme explicité au § 5.5.7..
  1. Publications
  2. Notes d'information technique (NIT)
  3. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates : principes généraux
  4. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 7. Les joints de mouvement
  5. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 7.6. Joints de mouvement dans un support de toiture fractionné
  6. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 7.6.2. Joints longitudinaux