Passer au contenu principal Passer au bas de la page
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

19/06/2018

CSTC Home
Version

5.5.1. Raccord avec un mur creux

Au droit du raccord avec un mur creux, les relevés d'étanchéité doivent en principe remonter à un niveau supérieur d'au moins 150 mm par rapport au niveau fini du toit (cf. § 5.2).

Bien que le drainage du mur creux ne fasse normalement pas partie des travaux d'étanchéité, il convient cependant d'y accorder suffisamment d'attention. Une mise en œuvre incorrecte (choix du matériau, collage des membranes entre elles, support de la membrane et déchets de mortier dans la coulisse, différence de niveau, absence de joints verticaux ouverts pour l'évacuation des eaux, liaisonnement aux angles, etc.) peut occasionner d'importants problèmes dont l'origine sera difficilement décelable et dont la réparation s'avérera délicate.

La qualité des travaux d'étanchéité est également tributaire de la conception et de l'exécution du gros œuvre. La compatibilité entre la membrane de drainage de la coulisse et l'étanchéité de la toiture revêt une grande importance à cet égard. On veillera donc à ce que la membrane de la coulisse soit étanche sur tout le pourtour du mur creux. Ceci implique l'emploi de membranes étanches à joints collés ou soudés (voir à ce sujet le Feuillet d'information ATG 2011/1, p. 3) [U1]. Les raccords et transitions de la membrane de drainage de la coulisse méritent également une attention particulière. Les raccords de cette membrane avec un seuil éventuel sont traités au § 5.5.2 ainsi que dans l'Infofiche n° 20 [M1].

Un manque de soin dans la réalisation des ouvrages de détail peut donner lieu à des problèmes d'humidité à l'intérieur de l'habitation, en particulier dans le cas de façades orientées au sud-ouest, très exposées aux pluies battantes.

  1. Membrane de drainage de la coulisse du mur creux
  2. Isolation thermique
  3. Plancher porteur
  4. Forme de pente
  5. Etanchéité de toiture
  6. Couvre-mur
  7. Solin métallique
  8. Bande de raccord avec la membrane de drainage du mur creux
Fig. 36 Raccord de la membrane de drainage de la coulisse dans un mur de façade.

Les schémas de la figure 36 montrent une zone de raccords délicats. Pour éviter que l'eau ne s'infiltre dans la coulisse depuis le parement supérieur de l'acrotère, il est nécessaire de prolonger la membrane du mur creux sur les angles extérieurs (voir point 8 du schéma). Au droit des rives de toiture, la membrane sera en outre située à un niveau plus élevé que la face supérieure du couvre-mur éventuel. Pour pouvoir appliquer ce principe, il est recommandé de poser la membrane une assise plus haut dès la mise en œuvre de la maçonnerie (point 8 du schéma).

Lors de la mise en œuvre du drainage de la coulisse, on tiendra compte du niveau fini de la toiture.

La membrane de la coulisse peut être posée de deux façons :

Dans ce dernier cas, il sera plus aisé de prendre en compte les niveaux définitifs in situ.

  1. Joint vertical ouvert
  2. Solin en plomb (gros œuvre)
  3. Relevé de l'étanchéité de toiture (≥ 150 mm)
  4. Lestage
  5. Etanchéité de la toiture
  6. Isolation thermique (épaisseur conforme à la réglementation en vigueur)
  7. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6) [C5]
  8. Forme de pente
  9. Coupure thermique permettant d'éviter le pont thermique
  10. Membrane de drainage intégrée ou non à la maçonnerie portante

Fig. 37 Raccord indirect avec un mur creux – Principe général.



  1. Joint vertical ouvert
  2. Solin métallique
  3. Relevé de l'étanchéité de toiture (≥ 150 mm)
  4. Lestage
  5. Etanchéité de la toiture
  6. Isolation thermique (épaisseur conforme à la réglementation en vigueur)
  7. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6) [C5]
  8. Forme de pente
  9. Coupure thermique permettant d'éviter le pont thermique
  10. Membrane de drainage intégrée ou non à la maçonnerie portante

Fig. 38 Raccord continu avec un mur creux – Principe général.

Les figures 37 et 38 illustrent le principe général de la jonction entre l'étanchéité de toiture et un mur creux. Deux principes sont envisageables :

Un raccord au moyen d'un solin métallique intégré dans la maçonnerie, comme à la figure 37, créera inévitablement un repli courbé vers le haut au-dessus du solin lorsque celui-ci, après avoir été déplié pour permettre la pose du relevé d'étanchéité, sera rabattu au-dessus de ce relevé. Pour éviter que ce repli ne capte l'eau de pluie ruisselant sur la façade et ne l'introduise dans le bâtiment via la membrane de la coulisse, on s'efforcera de le comprimer au maximum et on fixera la membrane de la coulisse sur le solin métallique par collage ou soudage à la flamme.

Le joint d'assise situé au-dessus du solin métallique sera en principe obturé au moyen d'un matériau souple et sera interrompu localement jusqu'à la membrane de la coulisse au niveau des joints verticaux ouverts.

Si le raccord est réalisé de manière continue comme à la figure 38, il y a lieu de s'assurer de la compatibilité entre la membrane de la coulisse et l'étanchéité de toiture. Pour éviter que l'étanchéité ne crée, derrière le solin métallique, un contre-joint sur lequel pourrait s'écouler l'eau évacuée du mur creux, la membrane de la coulisse doit idéalement dépasser le plan de la façade d'environ 50 mm, de façon à pouvoir être rabattue sur le relevé d'étanchéité (voir figure 38). Il est dès lors déconseillé de relier les deux matériaux entre eux. On posera donc la membrane de la coulisse librement sur l'étanchéité de toiture.

En présence d'une membrane synthétique dans la coulisse et d'une étanchéité bitumineuse en toiture, il y a lieu d'éviter que la fixation de l'étanchéité de toiture sur le relevé ne fasse fondre en grande partie l'extrémité saillante de la membrane.

Le solin métallique, quant à lui, sera intégré dans le joint d'assise supérieur. Cette solution offre l'avantage, en cas de réparation ou de rénovation, de pouvoir incorporer le solin dans la façade sans endommager la membrane de la coulisse.

Lors de travaux ultérieurs (rénovation ou autre), il conviendra de vérifier la hauteur du relevé et la position du dispositif de drainage du mur creux. Le cas échéant, on remontera la membrane de la coulisse en démontant la maçonnerie de parement par tronçons successifs. Ceci implique notamment le pontage du creux, la réalisation de joints verticaux ouverts, la pose d'un solin, ... (figures 37 et 38). Si ces opérations s'avèrent impossibles, on envisagera la mise en œuvre d'un revêtement de façade (cf. § 5.5.6).


Fig. 39 Jonction incorrecte avec un mur creux, sauf si les deux membranes sont du même type, qu'elles sont posées par le même exécutant et sont raccordées entre elles.
Au cas où la toiture fait l'objet d'une isolation a posteriori, on pourra éventuellement réaliser un chéneau en réduisant l'épaisseur de la couche d'isolant située contre la façade (voir le § 5.5.2 ci‑après, ainsi que la figure 42, et le Cahier 6 des Dossiers du CSTC 2/2011) [M2].

Pour des raisons d'exécution pratiques, il est déconseillé de raccorder la membrane de la coulisse au relevé d'étanchéité. En effet, cette méthode donnerait lieu à des problèmes de coordination lors de l'exécution de la maçonnerie. Le risque de dégradations au cours des travaux est en outre assez élevé, et des réparations et rénovations ultérieures s'avéreront malaisées (figure 39).

Ce principe peut cependant être admis à condition que la membrane du mur creux et l'étanchéité de la toiture soient réalisées dans le même matériau, posées par le même exécutant et raccordées entre elles. Il peut notamment se révéler nécessaire pour améliorer l'accessibilité du bâtiment au droit d'un seuil de porte (figures 44 et 45). La prudence est toutefois de mise dans le cas d'une membrane bitumineuse épaisse (4 mm), qui peut présenter un risque d'écoulement lorsqu'elle est comprimée par les assises supérieures de la maçonnerie.


  1. Publications
  2. Notes d'information technique (NIT)
  3. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates : principes généraux
  4. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 5. Les relevés d'étanchéité
  5. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 5.5. Parachèvement des relevés
  6. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 5.5.1. Raccord avec un mur creux