Passer au contenu principal Passer au bas de la page
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

20/08/2018

CSTC Home

5.4.3. Etanchéités plastomères

Comme les angles des relevés d'étanchéités plastomères ne doivent pas être chanfreinés, il n'est généralement pas nécessaire de les renforcer.

La nécessité de fixer le pied de relevé dépend de trois facteurs :

Lorsqu'on utilise une étanchéité plastomère, la fixation au pied du relevé se justifie non seulement pour reprendre les contraintes thermiques de la membrane (retrait thermique dû aux différences de température apparaissant après la dilatation de la membrane), mais aussi et surtout pour comprenser le retrait secondaire consécutif à la migration des plastifiants. Il est à noter que les sollicitations résultant de ce retrait secondaire peuvent être considérables.

Une fixation au pied du relevé est dès lors nécessaire, sauf si l'étanchéité est armée d'un voile de verre ou collée en adhérence totale. En présence d'étanchéités non armées, seule une fixation linéaire au pied du relevé est autorisée.

Tabel 4 Etanchéités plastomères : fixation au pied du relevé selon le mode de pose de l'étanchéité en toiture et la présence ou non d'une armature.
Mode de pose de l'étanchéité en toiture Type de membrane
Armée Non armée
Adhérence totale Pas de fixation au pied du relevé (voir figure 33)
Adhérence partielle Relevé collé Fixation par adhérence totale sur une zone de 1 m le long des rives de toiture. (Dans cette zone, l'isolation thermique sous-jacente et le pare vapeur doivent également être fixés au support.)
Relevé posé librement Fixation mécanique requise (linéaire ou par points, voir figures 34 et 35) au pied du relevé
Pose libre + lestage Fixation requise dans certains cas (voir agrément technique)
et stabilisation des rives conseillée (pose de dalles supplémentaires, p. ex.)
Fixation mécanique linéaire (voir figure 34)
Fixation mécanique Fixation mécanique linéaire ou par points (figures 34 et 35) Fixation mécanique linéaire (figure 34)
Le tableau 4 précise s'il y a lieu de fixer le pied du relevé, selon le type d'étanchéité et son mode de pose en toiture. Il est en outre recommandé de consulter l'agrément technique du matériau concerné.

La fixation par points au pied du relevé est généralement réalisée à l'aide de vis et de plaquettes de répartition (figure 35). Les fixations linéaires nécessitent l'usage de tôles métalliques revêtues de matière synthétique sur lesquelles on soude l'étanchéité (figure 34). Ces tôles plastifiées sont généralement repliées afin de leur conférer une certaine rigidité.

Principe de mise en œuvre du relevé d'une étanchéité plastomère, sans fixation en pied de relevé.
  1. Bande d'étanchéité distincte
  2. Etanchéité de toiture en adhérence totale
  3. Soudure
Fig. 33 Principe de mise en œuvre du relevé d'une étanchéité plastomère, sans fixation en pied de relevé.
Principe de mise en œuvre du relevé d'une étanchéité plastomère – Fixation linéaire en pied de relevé.
  1. Bande d'étanchéité distincte
  2. Etanchéité de toiture posée en indépendance ou fixée mécaniquement
  3. Vis
  4. Soudure
  5. Profilé en tôle métallique plastifiée
Fig. 34 Principe de mise en œuvre du relevé d'une étanchéité plastomère – Fixation linéaire en pied de relevé.
Principe de mise en œuvre du relevé d'une étanchéité plastomère – Fixation par points en pied de relevé.
Principe de mise en œuvre du relevé d'une étanchéité plastomère – Fixation par points en pied de relevé.
  1. Bande d'étanchéité distincte
  2. Etanchéité de toiture posée en indépendance ou fixée mécaniquement
  3. Soudure
  4. Plaque de répartition
  5. Profilé en tôle métallique
  6. Vis
Fig. 35 Principe de mise en œuvre du relevé d'une étanchéité plastomère – Fixation par points en pied de relevé.

Etant donné l'importante sollicitation qui accompagne le retrait secondaire des plastomères, la fixation du pied de relevé dans l'acrotère ne sera possible que si ce dernier présente une résistance suffisante à l'arrachement (acrotère en bois, en métal ou en béton, par exemple).

La maçonnerie n'offrant généralement pas de résistance suffisante, les fixations mécaniques devront être placées dans le support de toiture. Afin de rencontrer les exigences de la PEB en matière de nœuds constructifs (cf. Annexe 1), il sera, dans ce cas, le plus souvent nécessaire (selon l'épaisseur de l'isolation de toiture) (*), de prévoir une planche de bois que l'on positionnera dans le même plan que l'isolation (voir figure 132). Une autre solution consistera à coller le dernier mètre de l'étanchéité de la partie courante en adhérence totale sur tout le périmètre de la toiture.

Dans les schémas des figures 33, 34 et 35, chaque couche est représentée de manière distincte. Dans les croquis qui suivent, on suppose que les relevés sont réalisés selon l'un des principes illustrés dans ces trois figures.

Les membranes plastomères devraient également être fixées en tête de relevé au moyen d'un profilé de serrage, d'un couvre-mur ou – si les solins sont en métal – au moyen d'une latte métallique.

Les étanchéités plastomères qui ne sont pas collées dans le relevé doivent être ancrées par des fixations mécaniques supplémentaires (fixations intermédiaires) tous les 500 mm à partir d'une hauteur de relevé de 500 mm. Ces fixations intermédiaires ne sont pas nécessaires si les relevés sont collés.
(*) En présence de grandes épaisseurs d'isolation, le moment exercé sur la fixation peut se révéler important.

  1. Publications
  2. Notes d'information technique (NIT)
  3. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates : principes généraux
  4. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 5. Les relevés d'étanchéité
  5. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 5.4. Etanchéité de l'acrotère
  6. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 5.4.3. Etanchéités plastomères