Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

19/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. Notes d'information technique (NIT)
  3. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates : principes généraux
  4. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 5. Les relevés d'étanchéité
  5. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 5.4. Etanchéité de l'acrotère
  6. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 5.4.1. Etanchéités bitumineuses
Version

5.4.1. Etanchéités bitumineuses

A la transition entre la toiture et le mur, les membranes d’étanchéité bitumineuses sont toujours dédoublées au moyen de bandes distinctes. Cette mesure est indispensable pour reprendre les mouvements différentiels entre le support et les rives de toiture ainsi que les déformations de l’étanchéité.

En partie courante et le long des rehausses ou des acrotères, l'étanchéité peut être monocouche ou multicouche.

L’angle proprement dit peut être réalisé soit au moyen d’un chanfrein, soit au moyen d’une bande de renfort complémentaire posée en équerre. Cette dernière méthode est essentiellement indiquée pour les toitures revêtues d’un dallage.

Si l’on a recours à un chanfrein, on prolonge l’étanchéité de toiture jusqu’à ce dernier, de manière à garantir une parfaite étanchéité de l’ouvrage. Le mode de mise en œuvre des diverses couches d'étanchéité sera différent selon que les bandes posées en toiture sont parallèles ou perpendiculaires aux acrotères ou aux rehausses.

Avec chanfrein Avec bande de renfort d'angle
Perpendiculairement à l'acrotère Parallèlement à l'acrotère  
Avec chanfrein - Perpendiculairement à l'acrotère Avec chanfrein - Parallèlement à l'acrotère Avec bande de renfort d'angle
(en bleu : sous-couche en bitume; en rouge : couche finale en bitume)
  1. Bande d'étanchéité distincte
  2. Etanchéité de la toiture (sous-couche)
  3. Chanfrein (≥ 50 x 50 mm)
  1. Etanchéité de la toiture (couche finale)
  2. Bande supplémentaire en bitume armé de polyester (renfort d’angle)
  3. Relevé d’étanchéité
Fig. 28a Principe de mise en œuvre d’une étanchéité bitumineuse multicouche en partie courante et d'une étanchéité monocouche le long d'un acrotère.

Avec chanfrein Avec bande de renfort d'angle
Perpendiculairement à l'acrotère Parallèlement à l'acrotère  
Avec chanfrein - Perpendiculairement à l'acrotère Avec chanfrein - Parallèlement à l'acrotère Avec bande de renfort d'angle
(en bleu : sous-couche en bitume; en rouge : couche finale en bitume)
  1. Bande d'étanchéité distincte
  2. Etanchéité de la toiture (sous-couche)
  3. Chanfrein (≥ 50 x 50 mm)
  1. Etanchéité de la toiture (couche finale)
  2. Bande supplémentaire en bitume armé de polyester (renfort d’angle)
  3. Relevé d’étanchéité (sous-couche)
  4. Relevé d’étanchéité (couche finale)
Fig. 28b Principe de mise en œuvre d’une étanchéité bitumineuse multicouche en partie courante et d'une étanchéité multicouche le long d'un acrotère.

Avec chanfrein Avec bande de renfort d'angle
Perpendiculairement à l'acrotère Parallèlement à l'acrotère  
Avec chanfrein - Perpendiculairement à l'acrotère Avec chanfrein - Parallèlement à l'acrotère Avec bande de renfort d'angle
(en bleu : sous-couche en bitume; en rouge : couche finale en bitume)
  1. Bande d'étanchéité distincte
  2. Etanchéité de la toiture
  3. Chanfrein
  1. Relevé d’étanchéité
  2. Bande supplémentaire en bitume armé de polyester (renfort d’angle)
Fig. 29 Principe de mise en œuvre d’une étanchéité bitumineuse monocouche le long d’un acrotère.

Dans les schémas des figures 28 et 29, chaque couche est représentée de manière distincte. Dans les croquis qui suivent, on suppose que les relevés sont réalisés selon l’un des principes illustrés aux figures 28 et 29.

La fixation des étanchéités bitumineuses au pied de l’acrotère n’est exigée que lorsque l’étanchéité est fixée mécaniquement (ce n’est donc pas le cas des revêtements posés en adhérence ou en indépendance et lestés).

Le mur acrotère requiert un préenduisage au moyen d'un vernis d'adhérence avant l'application des relevés d'étanchéité.

En cas de collage au bitume chaud, on sera attentif au risque de glissement du bitume de collage ou de surfaçage des sous-couches. La meilleure solution pour prévenir ce phénomène consiste à choisir, pour ces dernières, un bitume polymère élastomère. Les couches de collage et les sous-couches éventuelles devront présenter un point de ramollissement de 110 °C au moins et seront fixées de préférence à l’aide d’un profilé de serrage, d’un couvre-mur ou – pour les solins métalliques – d’une latte en métal.

Cette fixation mécanique est également requise en cas de collage à froid des relevés (sur un support inflammable, par exemple) ou en présence de sous-couches en bitume oxydé posées par soudage à la flamme. Aucun problème notable de glissement n’est à craindre avec les couches d'étanchéité en bitume polymère soudées. Une fixation mécanique est néanmoins conseillée à partir d’une hauteur de relevé de 500 mm.

Lorsque la hauteur du relevé est plus importante, aucune fixation intermédiaire n'est nécessaire pour les étanchéités soudées, sauf si l'on craint des problèmes d'adhérence.