Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

25/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. Notes d'information technique (NIT)
  3. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates : principes généraux
  4. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 3. Les avaloirs
  5. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 3.6. Types d'avaloirs
  6. NIT 244 : Les ouvrages de raccord des toitures plates - 3.6.1. Avaloir traversant un acrotère
Version

3.6.1. Avaloir traversant un acrotère

Fig. 12 Mode de réalisation courant d'un avaloir au travers d'un mur extérieur.
Lorsqu'il traverse un acrotère, l'avaloir doit toujours être muni d'une bavette. Dans le cas d'étanchéités bitumineuses, les dimensions minimales de la bavette sont de 2 x (150 mm x 150 mm), auxquels on ajoute le diamètre du conduit d'évacuation. Pour les étanchéités synthétiques, ces dimensions peuvent généralement se limiter à 2 x (100 mm x 100 mm), auxquels s'ajoute le diamètre du conduit d'évacuation.

La figure 12 illustre la manière la plus courante de mettre en œuvre un avaloir au travers d'un mur extérieur.

Le raccord entre la partie de l'avaloir située dans le mur et le conduit d'évacuation extérieur au mur est courbe ou droit selon le type d'avaloir. En vue d'assurer une évacuation efficace de l'eau, il est préférable de choisir un conduit de section rectangulaire (cf. figure 12). L'avaloir sera placé en pente dans le mur extérieur et son raccord avec la descente d'eaux pluviales se situera en dehors du mur (figure 13).
Fig. 13 Le raccord entre l'avaloir et la descente d'eau ne peut se situer à l'intérieur du mur.
Le principe général de mise en œuvre d'un avaloir dans un mur extérieur est représenté à la figure 14.

La cuvette située dans l'amorce de la descente d'eaux pluviales a pour but de faciliter l'entretien. Elle a également une fonction de signal en cas d'engorgement du conduit.

Pour des raisons d’ordre technique, il est recommandé de prévoir une ouverture suffisamment grande dans la maçonnerie autour de l’avaloir. Cette ouverture devrait se prolonger de préférence jusqu’à la forme de pente. On évitera ainsi des stagnations d'eau durant la période séparant la pose du pare-vapeur de celle de l'isolation thermique et de l'étanchéité.

Une large ouverture dans la maçonnerie de parement permettra en outre de poser des pièces entièrement préfabriquées sans devoir souder la bavette sur chantier. Le coude accompagnant un avaloir en matière synthétique peut, quant à lui, être mis en œuvre sur chantier.

Les ouvertures pratiquées dans la maçonnerie de parement ainsi qu'entre celle-ci et l'avaloir devront ensuite être soigneusement obturées, afin d'éviter une pression de vent éventuelle sur l'isolant et l'étanchéité.



  1. Bavette
  2. Isolation thermique (épaisseur conforme à la réglementation thermique en vigueur)
  3. Revêtement d'étanchéité
  4. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6) [C5]
  5. Isolant moins épais pour permettre la pose encaissée de la bavette
  1. Coupure thermique permettant d'éviter le pont thermique
  2. Pente
  3. Descente d'eau avec cuvette
  4. Avaloir
  5. Joint souple
Fig. 14 Avaloir traversant le mur extérieur – Principe général.