Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

22/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. CSTC-Contact
  3. CSTC-Contact n° 9 (1-2006)
  4. Menuiserie et vitrage : un couple modèle ?

Menuiserie et vitrage : un couple modèle ? 2006/01.03

La précarité des sources d'énergie conventionnelles et leurs effets pernicieux sur l'environnement contraignent l'ensemble des acteurs de la construction à concevoir, bâtir et rénover dans l'optique d'une meilleure efficacité énergétique.

Les ensembles menuisés et les vitrages en particulier n'échappent pas à cette tendance, d'autant que les progrès techniques réalisés par les fabricants ont permis d'améliorer sensiblement le niveau d'isolation thermique Ug des vitrages. Il n'est pas rare que les volumes de double vitrage atteignent des valeurs Ug de 1,1 W/m².K en partie courante, c'est-à-dire une performance près de trois fois supérieure à celle du double vitrage dit traditionnel. La limitation des déperditions au travers des parois translucides se justifie davantage encore dans la mesure où l'architecture moderne privilégie ces parois. On estime aujourd'hui que les surfaces vitrées représentent environ 10 à 15 % de l'enveloppe extérieure d'une habitation 'quatre façades' traditionnelle et que les menuiseries extérieures peuvent parfois concentrer jusqu'à 50 % des déperditions thermiques par transmission.

Performances énergétiques et exigences

Le tableau 1 fournit les valeurs Umax applicables dans les trois Régions du pays. On constate que le coefficient de transmission thermique Umax d'une fenêtre (ensemble menuisé comprenant le vitrage et ses espaceurs, les profilés, les grilles de ventilation et les allèges) doit être inférieur à 2,5 W/m².K ou 3,5 W/m².K. Il convient de noter qu'en Région wallonne et en Région bruxelloise, cette exigence concerne chaque fenêtre prise individuellement, tandis qu'en Région flamande, elle s'applique aux fenêtres dans leur ensemble.

Tableau 1 Valeurs Umax (en W/m².K) des fenêtres dans les différentes Régions.

En outre, en Flandre, la valeur Ug au centre du vitrage ne peut dépasser 1,6 W/m².K. En d'autres termes, les réglementations flamande et bruxelloise ont sonné le glas du vitrage simple et du double vitrage ordinaire.

Calcul du coefficient de transmission thermique global

Le coefficient de transmission thermique des ensembles menuisés peut être déterminé selon le projet de norme NBN B 62-002, dont les principes sont empruntés aux normes NBN EN ISO 10077-1 et 10077-2. Celles-ci précisent que le coefficient de transmission thermique global peut être calculé : La simplification consiste à tenir compte d'un rapport constant entre la surface de déperdition du vitrage et celle de la menuiserie, ainsi que d'une longueur développée fixe de l'espaceur des volumes de vitrage.

Tableau 2 Valeur Uw globale des ensembles menuisés pour deux rapports de surface Ar/Aw en fonction de la nature du châssis.

L'obligation d'équiper le bâtiment d'un système de ventilation conforme à la norme
NBN D 50-001(sauf en Région bruxelloise) amène fréquemment à intégrer des grilles de ventilation dans les menuiseries. Or ces dispositifs peuvent avoir un impact non négligeable sur le coefficient d'isolation thermique global de l'ensemble de la menuiserie, impact qui peut représenter une augmentation de près de 20 % de la valeur Uw moyenne, en particulier si l'on a recours à des vitrages à haut rendement (Ug< 1,6 W/m².K). Le choix d'une grille et/ou d'un châssis plus performants ou encore le remplacement des grilles par un système de ventilation mécanique contrôlé permettent d'améliorer la valeur Uw moyenne d'une menuiserie. Le tableau 2 précise la valeur Uw globale d'un ensemble menuisé en fonction de la nature du châssis, de la valeur Ug centrale du vitrage et du rapport de surface entre la grille de ventilation (Ar) et l'ensemble menuisé (Aw). Le coefficient de transmission thermique de la grille de ventilation a été considéré équivalent à 6 W/m².K. Il a en outre été tenu compte d'espaceurs ordinaires pour le vitrage.


C. D'Hanis, ing., et L. Lassoie, ing., division 'Avis techniques'