Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

23/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. CSTC-Contact
  3. CSTC-Contact n° 7 (3-2005)
  4. Ventilation des bâtiments non résidentiels : une nouvelle norme

Ventilation des bâtiments non résidentiels : une nouvelle norme 2005/03.05

La spécification des performances attendues d'un système de ventilation constitue une étape incontournable dans la conception de l'équipement. Ces spécifications font l'objet d'une nouvelle norme belge publiée récemment.

En novembre 2004, l'Institut belge de normalisation (IBN) a publié une norme relative à la ventilation des bâtiments non résidentiels (NBN EN 13779). Cette norme s'applique à la conception des systèmes de ventilation, de conditionnement d'air et de climatisation pour les bâtiments non résidentiels destinés à l'occupation humaine (immeubles de bureaux, écoles, salles de sports et de spectacles, magasins, ...).

Classification

Afin de pouvoir spécifier aisément la qualité d'air souhaitée, la norme procède à une classification de l'air repris, de l'air rejeté, de l'air neuf et de l'air fourni en fonction de leur niveau de pollution. Elle classe également l'air intérieur et propose cinq méthodes pour quantifier les catégories d'air intérieur. Le choix de la méthode de quantification est libre, mais doit être adapté aux locaux concernés et aux exigences. On notera que ces méthodes ne conduisent pas forcément aux mêmes débits d'air fourni.

Les performances des systèmes sont également spécifiées à partir de catégories. Elles sont basées sur l'aptitude du système à réguler la qualité de l'air intérieur ainsi que sur les moyens et le degré de contrôle des propriétés thermodynamiques dans la pièce.

La norme propose en outre une classification des conditions de pression dans les locaux et de la puissance spécifique des ventilateurs.

Définition des types d'air
Type d'air Définition
1. Air neuf Air en provenance de l'extérieur avant tout traitement d'air et pénétrant dans le système ou par une ouverture.
2. Air fourni Flux d'air pénétrant dans la pièce traitée ou air pénétrant dans le système après un traitement.
3. Air intérieur Air ambiant de la pièce ou de la zone traitée.
4. Air transféré Air intérieur passant d'une pièce traitée à l'autre.
5. Air repris Flux d'air sortant de la pièce traitée.
6. Air recyclé Air repris renvoyé dans le système de traitement d'air (ex. ventilo-convecteur).
7. Air rejeté Flux d'air déchargé dans l'atmosphère extérieure.
8. Air brassé Flux d'air prélevé dans une pièce et renvoyé dans la même pièce après un traitement (ex. batterie de ventilateurs).
9. Fuite Flux d'air involontaire passant par des points de fuite dans le système.
10. Infiltration Fuites d'air entrant dans la construction en passant par des points de fuite dans les éléments de la structure la séparant de l'air neuf.
11. Exfiltration Fuites d'air sortant de la construction en passant par des points de fuite dans les éléments de la structure la séparant de l'air neuf.
12. Air mélangé Air contenant deux flux aérauliques ou plus.

Conception des systèmes

Les systèmes de ventilation, de conditionnement d'air ou de climatisation des locaux exercent une influence sur les paramètres suivants : Il est donc nécessaire de fixer des objectifs pour ces paramètres lors de la conception du système. C'est pourquoi la norme propose des hypothèses de calcul tenant compte de l'habillement, de l'activité, de la température de fonctionnement et de la vitesse de l'air dans les immeubles de bureaux. Elle indique des valeurs types pour le taux d'occupation des locaux courants (bureaux, salles de réunion, salles de classe, grands magasins, etc.). Elle fournit en outre des informations sur l'apport de chaleur interne généré par les personnes, l'éclairage et l'équipement.

Annexes

La norme aborde dans une annexe informative (c'est-à-dire n'ayant pas valeur de norme) divers conseils de bonne pratique concernant : Une deuxième annexe informative traitant des aspects économiques présente un calcul du coût selon la "méthode d'actualisation". Ce calcul est basé sur la durée de vie escomptée et la qualité de l'élément utilisé. Il tient également compte du taux d'intérêt du marché et du taux d'inflation. Enfin, la troisième annexe informative dresse une liste de vérification pour la conception et l'utilisation de systèmes à faible consommation d'énergie. 



C. Delmotte, ir., chef adjoint du laboratoire "Qualité de l'air et Ventilation"