Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

23/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. CSTC-Contact
  3. CSTC-Contact n° 5 (1-2005)
  4. Aide à l’innovation : les outils régionaux, nationaux et européens

Aide à l'innovation : les outils régionaux, nationaux et européens 2005/01.12

Informations utiles
Liens utiles :

Pour rester compétitives, les entreprises, quel que soit leur secteur d'activités, se doivent d'innover en permanence. L'innovation peut être envisagée sous deux angles différents : la création de connaissances ou la recherche d'un créneau commercial.

L'importance de la recherche

Développer, tester, optimiser, évaluer et, enfin, commercialiser des produits et des processus nouveaux ou améliorés exigent des efforts de recherche soutenus. A cet effet, les entreprises de construction peuvent s'adresser au CSTC, qui est à même de les aider non seulement sur le plan technique, mais aussi dans la préparation d'un dossier en vue de l'obtention d'un soutien financier auprès des instances régionales et/ou européennes.

Les objectifs européens

La recherche constitue l'une des pierres angulaires de la Stratégie de Lisbonne mise en place lors du Sommet européen de mars 2000. Confirmée au Sommet de Barcelone en 2002, cette stratégie a pour objectif de propulser l'économie européenne, d'ici 2010, au rang de lead mb-3er du dynamisme, de la compétitivité, de la durabilité et la connaissance. Les statistiques montrent cependant qu'en matière de recherche, l'Europe est à la traîne par rapport aux Etats-Unis et au Japon. Ce retard est principalement dû aux très faibles taux de dépenses et d'investissements privés de recherche. La Commission européenne tente de démontrer aux entreprises, et principalement aux PME (soit 99 % du monde économique de l'UE), l'importance des investissements dans la recherche, tout en militant en faveur d'un soutien financier plus efficace des pouvoirs publics.

Les initiatives régionales

La plupart des PME de la construction exercent leurs activités à l'échelon local. Elles doivent donc pouvoir accéder aisément aux mesures de soutien régionales pour leurs activités de recherche, de développement et/ou d'innovation. En Wallonie, à Bruxelles et en Flandre, les PME peuvent, pour ce faire, s'adresser respectivement à :
la DGTRE (Direction générale des Technologies, de la Recherche et de l'Energie) l'IRSIB (Institut d'encouragement de la Recherche scientifique et de l'Innovation de Bruxelles) l'IWT (Instituut voor de aanmoediging van Innovatie door Wetenschap en Technologie in Vlaanderen).

La recherche collective

Les PME de la construction ne disposent généralement pas de leur propre division de recherche ou de développement. Elles doivent cependant utiliser de nouvelles technologies afin de pouvoir innover. Une diffusion efficace de technologies “prêtes à l'emploi” est donc indispensable. Ces dernières sont souvent le fruit de la recherche collective menée au sein des centres de recherche spécialisés tels que le CSTC. La recherche collective bénéficie du soutien financier du Service public fédéral “Economie, PME, Classes moyennes et Energie”, mais aussi de celui des Régions. Si les instances fédérales s'intéressent principalement aux activités de normalisation, les Régions stimulent plutôt la recherche innovante. L'Union européenne apporte, quant à elle, un appui financier à la recherche collective par le biais d'une série de réseaux européens.

Les perspectives d'avenir

La promotion de l'innovation passe par une vision à long terme définissant les objectifs à atteindre par le secteur de la construction dans un laps de temps déterminé. Une vision similaire, dite Vision 2030, est actuellement en cours d'élaboration à l'échelon européen à l'initiative d'ECCREDI.

ECCREDI
ECCREDI (European Council for Construction Research, Development and Innovation) a été créé en 1995 en vue de garantir la collaboration européenne dans le domaine de la recherche. Cette organisation se compose de 17 fédérations européennes représentant l'ensemble des partenaires à l'acte de construire (entrepreneurs, architectes, ingénieurs conseil, fabricants, organismes de contrôle, ...).
Vision 2030
Ce regard sur l'avenir de la construction européenne, actuellement en cours d'élaboration au sein de l'ECTP (European Construction Technology Platform) est fondé sur une stratégie développée par E-CORE, laquelle décrit les besoins futurs en matière de recherche sur la base de cinq thèmes centraux.

E-core

E-CORE (European Construction Research Network), dont les activités sont actuellement coordonnées par le CSTC, est un réseau de recherche réunissant des partenaires européens, créé au sein d'ECCREDI et subsidié par la Commission européenne dans le cadre du programme 'Competitive and Sustainable Growth' du 5e Programme-cadre pour la Recherche européenne.
L'ECTP étudie principalement les aspects 'horizontaux' de la qualité de vie (y compris les aspects santé et sécurité) et des matériaux, en examinant l'influence qu'ils exercent à quatre niveaux d'application 'verticaux' : villes et bâtiments, constructions souterraines, réseaux d'infrastructure et patrimoine culturel. Des perspectives d'avenir à l'horizon 2030 ont été définies pour chacun de ces six thèmes.
A terme, cette vision commune devrait être mise en œuvre sur une base volontaire par les différents Etats membres de l'Union européenne en fonction de leurs contraintes spécifiques.