Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

20/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. CSTC-Contact
  3. CSTC-Contact n° 46 (2-2015)
  4. Assainissement des logements contaminés par les moisissures

Assainissement des logements contaminés par les moisissures

L'apparition de taches de moisissure ne présage rien de bon. Ces micro-organismes indésirables détériorent non seulement les matériaux sur lesquels ils se développent, mais peuvent également engendrer des problèmes de santé. C'est pourquoi il est essentiel d'effectuer un traitement d'assainissement dans les règles. Cet article, qui sert d'introduction à une future NIT consacrée au traitement des moisissures, explique la manière de procéder et s'attarde sur quelques points auxquels il convient de prêter tout particulièrement attention.

1 | Structure d'une moisissure sous le microscope (x 400)

Principes de base

Les moisissures sont des micro-organismes susceptibles de libérer dans les locaux de nombreux fragments et spores ainsi que des composés organiques volatils microbiens (mCOV), créant ainsi un danger potentiel pour la santé des habitants. Par l'enlèvement des matériaux atteints, d'une part, et le nettoyage correct des matériaux restant sur place, d'autre part, on tente de retrouver une charge fongique acceptable dans le milieu intérieur.

En procédant à un nettoyage dès les premiers développements de moisissures visibles, on minimise leur prolifération en surface. Il convient d'éviter les interventions consistant à dissimuler les moisissures, comme la mise en œuvre de parois de doublage, le tapissage ou la mise en peinture de la zone touchée. En effet, les interventions de ce type ont pour conséquence de favoriser le développement des moisissures dans des zones peu ou pas accessibles.

Avant d'entamer le nettoyage des taches de moisissure, il convient d'en déterminer précisément l'origine. Lorsqu'elles sont dues à l'humidité, il faut en premier lieu éliminer la (les) source(s) d'humidité, sans quoi les moisissures réapparaissent après un certain temps. L'assainissement est donc réussi en supprimant la source d'humidité et en éliminant ou, si possible, en nettoyant correctement les matériaux contaminés.

La méthode d'assainissement à adopter dépend, d'une part, de l'importance de la dégradation et, d'autre part, de la nature des matériaux sur lesquels les moisissures se développent (voir le schéma) :
2 | Représentation schématique de la procédure d'assainissement

Recommandations

Les taches de moisissures sont couvertes de spores de taille microscopique (voir photo ci-dessus) qui se libèrent facilement et se laissent entraîner dans l'air. En cas d'intervention sur des taches de moisissures sèches, un nuage de spores et de fragments se propage dans la pièce, puis dans le reste de l'habitation. Il convient donc, durant l'assainissement, de prendre les mesures nécessaires afin d'éviter de contaminer les autres pièces. Ainsi, il est recommandé d'éviter toute forme de circulation d'air dans le bâtiment et de n'aérer les pièces traitées qu'en ouvrant les fenêtres et les portes extérieures.

Etant donné que l'exécutant peut être exposé à des concentrations élevées de moisissures et de spores durant l'assainissement, il devra se protéger efficacement en portant un masque approprié (FFP3), des gants et une combinaison de protection.

Il est également conseillé de retirer de la pièce tous les éléments superflus et non contaminés (mobilier, literie, peluches, …) avant le début du traitement. Tout ce qui resterait toutefois en place durant le traitement devra ensuite subir un nettoyage superficiel humide (dépoussiérage).

Les matériaux contaminés qui ne pourraient pas être nettoyés doivent, eux aussi, être retirés du bâtiment avant le début des travaux de nettoyage. Ces matériaux doivent être humidifiés au préalable afin de limiter la libération des spores. Les techniques qui engendrent un important dégagement de poussières sont à proscrire dans ce contexte. Les déchets ainsi générés doivent être emballés de façon hermétique dans un sac en plastique avant d'être évacués de la pièce. Il n'existe toutefois pas de réglementation spécifique concernant le traitement de matériaux contaminés.

Le nettoyage des surfaces contaminées est effectué de préférence à l'aide d'une éponge ou d'un chiffon, d'eau et de détergent. Il faut néanmoins veiller à ce que le matériau ne soit pas trop humidifié. Afin de limiter la propagation des moisissures dans l'air, il convient de travailler sans mouvements brusques et de rincer le matériau traité avec de l'eau propre.

Si la tache ne disparaît pas, ou pas entièrement, il est possible, après ce premier nettoyage, de recourir à une solution à base d'eau de Javel diluée (généralement avec de l'eau). Selon les proportions indiquées par le fabricant (généralement un volume de chlore pour quatre volumes d'eau froide). Après un temps d'action de maximum 15 minutes, la surface doit être rincée à l'eau. Il convient cette fois encore de veiller à ce que le matériau ne soit pas trop humidifié. Ce nettoyage supplémentaire peut freiner la réapparition des moisissures en surface.

L'utilisation d'appareils sous pression est à éviter. Pour débarrasser la surface des fragments et des spores de moisissures, l'utilisation d'un aspirateur est envisageable, mais celui-ci doit au moins être équipé d'un filtre HEPA H 14. Les aspirateurs qui ne sont pas équipés d'un tel filtre sont à proscrire, car ils favorisent la dispersion massive des moisissures dans l'air intérieur.

Les taches de moisissure tenaces nécessitent bien souvent plusieurs nettoyages successifs avant d'obtenir un résultat acceptable et durable. L'application de couches de finition doit être effectuée uniquement une fois que le matériau traité est suffisamment sec.

K. Dinne, ing., chef du laboratoire Microbiologie et santé, CSTC

Article rédigé dans le cadre de la Guidance technologique COM-MAT, subsidiée par la Région wallonne