Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

23/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. CSTC-Contact
  3. CSTC-Contact n° 32 (4-2011)
  4. Résistance au choc des vitrages

Résistance au choc des vitrages 2011/04.10

La norme NBN S 23-002 ‘Vitrerie’ détermine des situations pour lesquelles il convient d’utiliser du verre de sécurité pour éviter les blessures par contact ou par défenestration. Le tableau 5 de la norme NBN S 23-002/A1 spécifie les types de casse requis pour les verres situés dans les zones dites d’activité humaine afin d’éviter ce type de blessures (cf. Infofiche 49.2).

La note 5 de ce tableau précise que dans le cas 1, c’est-à-dire si la hauteur de chute hc ≤ 1,5 m et si la hauteur de l’allège h < H (0,9 m), le verre de sécurité requis peut être remplacé par un verre de type de casse A (recuit, durci ou trempé chimiquement) pour les maisons unifamiliales et les appartements, pour autant que le cahier des charges le prescrive et qu’un essai de choc suivant les spécifications relatives à l’ouvrage vitré considéré montre que le verre ne casse pas. L’essai de choc peut être remplacé par une vérification équivalente (par calcul, p. ex.) acceptée par le maître d’ouvrage ou son représentant, à condition que les spécifications relatives à l’ouvrage vitré le permettent.

Dans le cas particulier des fenêtres et des façades des maisons unifamiliales et des appartements, la norme NBN B 25-002-1 requiert, dans le cas 1 explicité ci-dessus, une classe 2 pour un choc pouvant se produire de l’intérieur. Cela signifie que la hauteur de chute à considérer lors de l’essai de choc effectué sur ces ouvrages de l’intérieur vers l’extérieur à l’aide du double pneu de 50 kg est de 300 mm.

Diverses études sur le comportement au choc du verre sont actuellement en cours. Afin d’aider le secteur à choisir une composition de vitrage isolant répondant aux conditions de la note 5 dont il est question ci-dessus, le CSTC a opté pour une approche par essais.

Méthodologie

De nombreux essais de choc ont été réalisés dans les laboratoires du CSTC sur des vitrages isolants sur quatre appuis de différentes dimensions et compositions (largeur de l’espaceur des doubles vitrages testés : 15 mm) intégrés dans des châssis fixes en bois et montés dans un bâti d’essai rigide. Des recoupements avec des essais réalisés sur d’autres types de fenêtres tant en laboratoire qu’in situ ont permis de valider et de compléter le tableau de dimensionnement ci-dessous. Signalons toutefois que l’approche adoptée est conservative.

Enfin, aucun essai de choc n’a été réalisé sur des vitrages ayant une surface de jour inférieure à 0,5 m² puisqu’aucun verre de sécurité n’est exigé pour ce type de vitrage. Nous nous sommes limités à une surface maximale de vitrage de 4,75 m² au-delà de laquelle un essai de choc est systématiquement requis. Nous avons également tenu compte des limitations dimensionnelles afférentes aux compositions des vitrages (risque de bris lors de la manutention, lors du transport, …).

Proposition de tableau

Sur la base des résultats des essais de choc réalisés et des extrapolations qui ont pu être faites sur les compositions en fonction des dimensions de vitrages isolants, nous avons établi le tableau ci-dessous. Celui-ci donne, pour différentes dimensions de vitrage (a, en abscisses, correspondant à la plus petite dimension du vitrage et b/a, en ordonnées, au rapport des côtés), les compositions recommandées pour répondre aux conditions de la note 5 susmentionnée. Chaque composition est représentée par une couleur. Celles-ci ne sont toutefois valables que pour un vitrage sur quatre appuis. Enfin, rappelons qu’en aucun cas, un verre de type de casse A n’est considéré comme un verre de sécurité, même s’il est classé suivant la norme NBN EN 12600.

Pour une bonne lecture de ce tableau, le premier verre est par convention le verre impacté. L’épaisseur du second verre, c’est-à-dire celui qui est opposé à l’impact, est telle que le vitrage isolant ou l’un de ses composants ne se brise pas lors de l’essai de choc.

Les épaisseurs de verre du vitrage isolant doivent faire l’objet d’un calcul en fonction des conditions de projet (charges de vent, …).

Ce tableau devrait prochainement être soumis à la commission miroir NBN E 129 ‘Verre dans le bâtiment’, en charge de la rédaction de la NBN S 23-002, en vue de l’intégrer éventuellement à cette norme.

Proposition de composition de vitrages isolants float répondant aux conditions de la note 5 du tableau 5 de la norme NBN S 23-002/A1
Composition du vitrage isolant sur quatre appuis [mm] - Hauteur de chute : 300 mm
b/a a [m]
0,50 0,60 0,70 0,80 0,90 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40 1,50 1,60 1,70 1,80 1,90 2,00
1,00 ≤ 0,5 m²   6+6 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 6+5 6+5 6+6
1,10 6+6 6+5 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 6+5 6+5 6+5 6+6 6+6
1,20 6+6 6+5 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 6+5 6+5 6+5 6+6 6+6  
1,30 6+6 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 6+5 6+5 6+5 6+5 6+6 6+6
1,40   8+4 6+6 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 6+5 6+5 6+5 6+5 6+6 6+6  
1,50 6+6 6+6 5+5 5+5 5+5 5+5 5+5 6+5 6+5 6+5 6+6 6+6  
1,60 6+6 6+6 5+5 5+5 5+5 5+5 6+5 6+5 6+5 6+5 6+6 6+6
1,70 6+6 6+6 5+5 5+5 5+5 5+5 6+5 6+5 6+5 6+6 6+6
1,80 6+6 6+6 5+5 5+5 5+5 5+5 6+5 6+5 6+5 6+6 6+6
1,90 6+6 6+6 5+5 5+5 5+5 5+5 6+5 6+5 6+5 6+6  
2,00 8+4 6+6 6+6 5+5 5+5 5+5 6+5 6+5 6+5 6+6 6+6
2,50 8+4 6+6 5+5 5+5 5+5 5+5 6+5 6+5 6+6 ≥ 4,75 m²
3,00 8+4 6+6 5+5 5+5 5+5 5+5 6+5 6+6  
10,00 8+4 6+6  



V. Detremmerie, ir., chef adjoint du laboratoire ‘Eléments de toitures et de façades’, CSTC
E. Dupont, ing., chef adjoint du service ‘Spécifications’, CSTC