Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

22/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. CSTC-Contact
  3. CSTC-Contact n° 3 (3-2004)
  4. La ventilation des immeubles de bureaux

La ventilation des immeubles de bureaux 2004/03.07

De nos jours, les exigences de base relatives à la ventilation des immeubles de bureaux ne sont pas correctement formulées dans les documents d'adjudication. Cela n'a rien d'étonnant, sachant qu'aucune norme belge ne traite de la conception et du dimensionnement des systèmes de ventilation pour ces bâtiments. Or, la ventilation de ces derniers est importante pour y maintenir une bonne qualité de l'air; il s'agit donc d'une réelle question de santé publique. Le CSTC a élaboré une proposition de texte visant à combler en partie cette lacune.

Diverses campagnes de mesures menées par le CSTC ont montré qu'un certain nombre d'immeubles de bureaux n'étaient pas du tout ou pas correctement ventilés. L'une des causes de cette situation réside sans doute dans le fait que les exigences de base ne sont pas exprimées de manière adéquate par les “clients” (propriétaires ou occupants d'un bâtiment) ou par les prescripteurs. A l'heure actuelle, il n'existe pas de norme belge traitant de la conception et du dimensionnement des systèmes de ventilation pour les immeubles de bureaux. Au niveau fédéral, quelques exigences succinctes sont spécifiées dans le RGPT. Au niveau régional, seule la Région wallonne s'est dotée d'une réglementation relative à la ventilation des immeubles de bureaux (et des écoles).

Vers une meilleure expression des exigences

Partant de ce constat, le CSTC a élaboré une proposition de texte définissant : Ce texte est basé sur les normes ou projets de normes européennes, dont la prEN 13779. Pour bien comprendre la distinction entre “expression des exigences” et “exigences minimales”, prenons l'exemple des débits à atteindre dans les bureaux. La prEN 13779 définit quatre classes de qualité d'air intérieur IDA1 (qualité élevée) à IDA4 (qualité faible) ainsi que des méthodes pour déterminer la classe d'air, par exemple selon le taux de CO2 ou le débit atteint (voir tableau). Elle ne comporte donc pas d'exigences quant au débit à atteindre, mais fournit une méthode pour les exprimer. Le prescripteur pourra, sur la base la norme, formuler une exigence du type : “Le débit de conception du système de ventilation doit être supérieur au débit minimum correspondant à une classe d'air intérieur IDA3”.


Nicolas Heijmans, ir., chercheur, division Physique du bâtiment et Climat intérieur