Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

22/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. CSTC-Contact
  3. CSTC-Contact n° 27 (3-2010)
  4. Exsudations des bardages en cèdre

Exsudations des bardages en cèdre 2010/03.08

CT MenuiserieLes statistiques du département 'Avis techniques et consultance' montrent une forte augmentation du nombre de questions relatives aux bardages en bois au cours des dernières années. A la demande de son Comité technique 'Menuiserie', le CSTC a entrepris la rédaction d'une Note d'information technique sur ce thème. Un examen attentif fait apparaître que les questions posées en la matière portent, pour une large part, sur l'aspect des revêtements et en particulier sur les phénomènes de tachage.

Le présent article traite des colorations brunes se manifestant sur les revêtements de façade en cèdre.

Durabilité

Il convient tout d'abord de souligner l'importance qu'il y a, lors de la réalisation d'un revêtement extérieur en bois, à choisir une espèce présentant une durabilité adéquate (classe I, II ou III).

A défaut de pouvoir satisfaire à cette exigence, il y a lieu de recourir à une espèce ayant reçu un traitement de préservation approprié aux conditions d'exposition. Cette exigence de durabilité ne pose généralement pas de problème avec le cèdre, dont le duramen appartient à la classe de durabilité II.

L'utilisation, même à l'extérieur, de cèdre (exempt d'aubier) n'ayant pas fait l'objet d'un traitement de préservation, n'engendre dès lors pratiquement aucun risque.

On tiendra compte toutefois du fait qu'après un certain temps, le bois prend peu à peu une teinte grisâtre sous l'effet de la dégradation photochimique de ses composants (cellulose, lignine, extraits) par les rayons UV du soleil. Ce grisaillement est un phénomène superficiel sans conséquence sur la durabilité de l'élément.

Néanmoins, dans un environnement urbain, la pollution atmosphérique peut être à l'origine d'un assombrissement du bois qui nuit à l'homogénéité de la couleur gris argenté escomptée.

Tachage

Si l'on considère comme évident que le bois s'assombrisse à l'état humide et s'éclaircisse à nouveau lorsqu'il sèche, il n'est pas rare, en revanche, qu'un tachage brun foncé à la surface du bois soit ressenti comme gênant (cf. 'Réception des menuiseries en bois : variations de teinte et décoloration').

Ce phénomène est dû au lessivage des extraits, qui se diluent dans l'eau lorsque le bois est humide et migrent vers la surface dès qu'il sèche. Lorsque cette dernière est délavées par les pluies, les dépôts disparaissent progressivement, mais ce ne sera pas le cas sur les surfaces moins exposées.

Si l'on estime que ce tachage est inacceptable d'un point de vue esthétique, il convient d'en tenir compte dès le stade de la conception, puisque le phénomène est inhérent à diverses espèces, parmi lesquelles le western red cedar.

Remèdes

Comme nous l'avons déjà évoqué ci-avant, les extraits se diluent dans l'eau, ce qui permettrait en premier lieu d'effectuer un simple nettoyage des boiseries à l'eau claire.

Constatant que ces exsudations ne s'éliminent pas toujours de manière satisfaisante selon le procédé précité, le CSTC a lancé une campagne d'essais afin de déterminer quel remède pourrait apporter une solution.

A cet effet, des éprouvettes de cèdre ont été soumises à un tachage par voie d'humidification cyclique avant de subir sept traitements de détachage différents. Les produits de nettoyage ont été sélectionnés sur la base de leur disponibilité dans le commerce et de leur facilité d'utilisation.

Le protocole de détachage se compose de deux étapes successives : Dans le cadre de ces essais, deux aspects ont été étudiés : Le tableau ci-dessous présente une synthèse des résultats obtenus avec les différentes solutions testées.

Synthèse des résultats obtenus avec les solutions testées.
Solution testée Aspect du bois Atténuation
des taches
Solution d'eau de Javel du commerce utilisée diluée (150 ml/l d'eau) Pas d'influence Très forte
Eau oxygénée pure Peu d'influence Forte
Eau mélangée à un détergent non corrosif Peu d'influence Moyenne
Eau de ville Peu d'influence Négligeable
Solution d'eau de Javel du commerce utilisée pure Léger jaunissement (*)
Pâte confectionnée avec un mélange de craie et d'eau de Javel du commerce chaude diluée Léger blanchiment (*)
Pâte confectionnée avec un mélange de craie et d'eau de Javel du commerce chaude non diluée Fort blanchiment (*)
(*) Compte tenu de leur influence sur la coloration du bois, l'efficacité de ces solutions sur le détachage du bois n'a pas été jugée.

Modification d'aspect engendrée par cinq des traitements testés. Modification d'aspect engendrée par cinq des traitements testés.
  1. Eau de Javel du commerce diluée
  2. Eau de Javel du commerce pure
  3. Eau de javel diluée + craie
  4. Eau de javel pure + craie
  5. Eau oxygénée pure

La figure ci-dessus donne une idée de l'influence de cinq des traitements testés sur l'aspect visuel du bois.

Il ressort du tableau qu'une solution d'eau de Javel du commerce diluée permet d'atténuer significativement les taches d'exsudation sur le western red cedar.

Si les taches persistent, le traitement peut être réitéré une seconde fois. Nous attirons toutefois l'attention du lecteur sur le fait que le bois étant un matériau naturel et hétérogène, l'efficacité du traitement peut varier d'un élément à l'autre.

En présence de taches très sombres (brun foncé, voire noires), un ponçage préalable au traitement à l'eau de Javel diluée permettra d'améliorer sensiblement l'aspect esthétique du bois.

Il est évident que toute réhumidification du bois donnera à nouveau lieu au lessivage des extraits, ce qui entraînera une nouvelle coloration sombre. Il peut donc s'avérer nécessaire de répéter le traitement un certain nombre de fois jusqu'à disparition de la plupart des extraits.

Il est en outre nécessaire de s'assurer auparavant que la conception et la réalisation du bardage se sont opérées dans les règles de l'art (ventilation au dos du revêtement, p. ex.).

Compte tenu des modifications d'aspect évoquées, il est toujours nécessaire de procéder au préalable à un essai d'orientation sur une surface restreinte et moins visible afin de connaître les concentrations et les délais d'application offrant les meilleurs résultats.

Enfin, on veillera, lors du nettoyage des boiseries, à protéger correctement les autres parties de la façade, tels que châssis de fenêtres, vitrages, ...


Lire l'infofiche associée


F. Caluwaerts, ing., conseiller principal, division 'Avis techniques', CSTC
S. Charron, ir., chef de projet, division 'Enveloppe du bâtiment et menuiserie', CSTC