Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

21/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. CSTC-Contact
  3. CSTC-Contact n° 21 (1-2009)
  4. Enduire : décorer l’intérieur,isoler l’extérieur

Enduire : décorer l'intérieur, isoler l'extérieur 2009/01.14

Enduire, rejointoyer, décorer, mais aussi de plus en plus isoler, protéger, climatiser, assainir, ... sont les actes ancestraux, contem­porains et ... futurs que posent dans le processus de Construction les corps de métier représentés par le plus jeune des Comités techniques.

Les enduits à travers les siècles

Le plâtre et la chaux sont parmi les plus anciens matériaux de construction à être transformés par l'homme. Ceci peut s'expliquer par la simplicité de leur principe de fabrication : pour obtenir un peu de plâtre ou de chaux, il suffit de chauffer le minéral naturel puis de le réduire en poudre …

Les plus anciennes traces d'utilisation d'enduits à base de plâtre ou de chaux remontent au septième millénaire avant notre ère. La civilisation égyptienne faisait régulièrement usage du plâtre comme enduit : c'est le cas de la majestueuse pyramide de Kheops.

On retrouve également des traces d'enduits dans la Grèce et la Rome antique. Leur utilisation a diminué dans l'Empire romain d'Occident seulement, alors qu'elle a connu une véritable renaissance sous l'Empire byzantin. A l'époque de la dynastie carolingienne, les enduits ont été utilisés dans bon nombre de bâtiments religieux.

L'expansion qu'a ensuite connue ce type de matériau est principalement due à l'industrialisation des processus d'extraction et de fabrication, ainsi qu'à l'amélioration de la qualité et à l'élargissement constant de la gamme des produits.

Les techniques de mise en œuvre des enduits 'humides' traditionnels ont également été améliorées : le développement des enduits à projeter en est un exemple. Il est également permis de souligner certaines modifications relatives au mode de pose. Il suffit de penser à la disparition du plâtrage intérieur appliqué sur des lattes en bois et à l'arrivée sur le marché de supports d'enduits réticulés et de plaques de plâtre à enduire, brevetées en 1894 aux Etats-Unis, mais dont l'essor en Europe ne fut véritable qu'après la Seconde Guerre mondiale.

Les mortiers et mortiers de jointoiement pour maçonneries ont, eux aussi, connu toute une série d'évolutions importantes. Ainsi, pour pouvoir maçonner certaines briques, il a fallu modifier la composition du mortier de pose afin d'améliorer sa résistance au gel et d'éviter l'expulsion des joints. Une tendance consistant à appliquer des joints de différentes couleurs a également fait son apparition.

Les enduits sur isolant

Essai d'adhérence d'un système d'enduit appliqué sur un matériau isolant.
Bien qu'il ne fête cette année que son 20e anniversaire, le Comité technique 'Plafonnage et jointoyage' du CSTC compte déjà bon nombre de recherches et de publications à son actif.

Les activités de ce CT sont principalement orientées sur les enduits intérieurs, le jointoiement des maçonneries et les enduits extérieurs sur un isolant thermique. Cette dernière technique, très adéquate hygrothermiquement, offre des perspectives pour l'amélioration des performances énergétiques des bâtiments neufs et existants.

Les années '90 ont été caractérisées par une tendance croissante à appliquer des enduits au plafond sur des supports à base de béton relativement jeune et lisse. Il a donc fallu mener une étude à grande échelle sur l'adhérence des enduits au plafond. En effet, ce paramètre complexe est influencé par bon nombre de facteurs pouvant être liés non seulement au produit, mais au chantier également.

Greniers aménageables

Les supports à enduire (treillis ou plaques de plâtre) sont apparus sur le marché afin de répondre au souhait d'utiliser l'espace intérieur disponible de façon optimale (en aménageant, par exemple, des espaces sous toiture). Appliquer ce système de parachèvement sur la face inférieure d'une toiture à versants, en combinaison avec une isolation thermique performante, nécessite bien entendu un complexe toiture hygrothermiquement impeccable.

Perspectives d'avenir

Les murs intérieurs et les plafonds offrant une grande surface d'échange avec l'air ambiant, ils pourraient contribuer fortement à son assainissement. C'est ainsi que des plaques de plâtre et des enduits capables d'extraire et de neutraliser les impuretés présentes dans l'air sont actuellement en cours de développement.

Le parachèvement intérieur pourrait aussi jouer un rôle dans la régulation de l'humidité relative de l'air ambiant. L'utilisation de matériaux à changement de phase (PCM) offre également des possibilités intéressantes dans le domaine de la consommation d'énergie et de la qualité de l'air intérieur.

De même, les nouvelles technologies devraient prochainement permettre de créer des revêtements qui, selon l'humeur des occupants, diffusent dans le bâtiment un parfum particulier ou dégagent une certaine lumière. En outre, les chambres à coucher devraient bientôt pouvoir être protégées des rayonnements (électromagnétiques) à l'aide d'enduits spécifiques.

Il devrait encore être possible de réduire les délais de construction grâce au développement d'enduits intérieurs permettant d'effectuer rapidement les travaux de finition.

Enfin, les systèmes d'enduits extérieurs, très prisés en raison de leurs propriétés d'isolation thermique, semblent posséder également des propriétés autonettoyantes qui les rendraient capables d'extraire les substances nocives contenues dans l'air extérieur. Ces développements offrent des perspectives intéressantes en ce qui concerne l'amélioration de la qualité de l'air extérieur.