Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

20/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. CSTC-Contact
  3. CSTC-Contact n° 21 (1-2009)
  4. Installations sanitaires : de Cnossos à la navigation spatiale

Installations sanitaires : de Cnossos à la navigation spatiale 2009/01.12

La nécessité de disposer d'eau dans l'environnement immédiat de son habitation se faisait déjà sentir dans l'Antiquité. Le palais de Cnossos l'illustre bien, avec ses astucieux systèmes d'eau courante et d'évacuation des bains et des latrines. Les villas romaines étaient souvent équipées d'un véritable réseau de distribution. Les habitants des casernes romaines devaient, quant à eux, utiliser les bains et les toilettes publics, qui n'offraient que peu d'intimité.

Le plomb disparaît

La chute de l'Empire romain relègue la technologie sanitaire aux oubliettes. Au Moyen Âge, quiconque avait besoin d'eau devait se rendre à la rivière ou au puits le plus proche.

La plupart des bâtiments n'étaient donc pas pourvus de système d'évacuation des eaux usées. Celles-ci étaient habituellement recueillies dans un récipient, puis déversées dans la rue, ce qui engendra régulièrement de grandes épidémies de peste, de typhus et de choléra.

Ce n'est qu'au XIXe siècle qu'on commence à prendre conscience de la nécessité de disposer d'un système de distribution d'eau potable et d'un système d'égouts pour l'évacuation des eaux usées.

Dès 1850, l'aménagement des réseaux d'égouts est en plein boom dans les villes et de nombreux appareils sanitaires sont développés. Quant au 'water-closet', une cuvette en céramique d'un seul tenant combinée à un siphon, il fait son apparition aux environs de 1883.

Introduit dans les habitations vers 1880, l'acheminement du gaz de ville vers les cuisinières, les appareils de chauffe et les appareils d'éclairage intérieur se fait d'abord par des conduites en plomb, un matériau déjà utilisé depuis longtemps pour la distribution d'eau.

Le métier de tuyauteur qui apparaît à cette époque convient parfaitement au plombier, qui possède toutes les connaissances nécessaires pour l'exercer.

Les conduites en plomb disparaissent de la circulation après la Seconde Guerre mondiale, laissant la place à d'autres matériaux tels que le cuivre, l'acier galvanisé (ou acier inoxydable) et le plastique (PVC, PEX, PP, ...).

La problématique de l'énergie des années '70 et les préoccupations environnementales et écologiques qui en découlent jettent les bases de plusieurs innovations telles que les chauffe-eau solaires, les robinets et douches économiques, et les chasses d'eau à volume réduit.

Au même moment, l'éco-construction et notamment la problématique de la légionelle suscitent l'intérêt et donnent lieu à une toute nouvelle approche des réseaux de distribution d'eau, avec l'hygiène comme élément central.

Règlement sanitaire

Les latrines romaines n'offraient que très peu d'intimité.
La tendance au raccordement des logements à l'eau courante remonte au début du XXe siècle. A la même époque, la plupart des maisons sont également pourvues d'un égout privé relié au réseau d'assainissement.

Comme les appareils sanitaires dégagent souvent une odeur d'égout, on résout cet inconfort en plaçant un coupe-air à occlusion hydraulique (siphon) entre l'égout privé et le réseau d'assainissement, et en équipant tous les coupe-air d'un conduit de ventilation. Les installations deviennent dès lors relativement complexes.

La première tâche confiée au CSTC par le secteur de la plomberie dans les années '60 sera d'effectuer une recherche pour simplifier les installations d'évacuation.

Ainsi paraît en 1965 la NIT 54 'Étude expérimentale des conditions de vidange des appareils sanitaires'. En 1971, la NIT 85 consacrée à l'écoulement d'eau et d'air dans une colonne de 70 m démontre le caractère expérimental que revêt cette étude à l'époque, mais aussi dans les années qui suivent.

Le 'règlement sanitaire', l'étude du phénomène de corrosion de même que la recherche sur la problématique de la légionelle sont autant de prouesses à inscrire au palmarès de nos collaborateurs.

Que nous réserve l'avenir ?

La demande de confort étant désormais indissociable des économies d'énergie, l'avenir est au développement des techniques durables de bien-être, qui permettent de récupérer la chaleur de l'eau de la douche et du bain, voire éventuellement de réutiliser cette eau après épuration.

Pour ce qui est des canalisations de distribution d'eau et de gaz, on peut s'attendre à une percée de matériaux nouveaux.

Quant aux systèmes d'évacuation des eaux, on s'aperçoit que le diamètre des conduites tend à rétrécir et que l'on recourt de plus en plus souvent aux systèmes fonctionnant en dépression.

Soulignons enfin l'intégration toujours plus poussée de l'électronique et de l'informatique dans la technologie, et l'importance croissante que prend la problématique de la santé.

Dans ce contexte, la technologie de la navigation spatiale peut servir d'exemple. Songeons notamment au développement de sièges et de lits intégrant des fonctions sanitaires ...