Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

22/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. CSTC-Contact
  3. CSTC-Contact n° 2 (2-2004)
  4. Influence de la finition des murs maçonnés sur leurs propriétés acoustiques

Influence de la finition des murs maçonnés sur leurs propriétés acoustiques 2004/02.07

Fig. 1 L'enduit de finition a un effet plus ou moins marqué sur l'isolation acoustique des murs maçonnés.

Si l'isolation acoustique des murs maçonnés est essentiellement déterminée par leur masse surfacique (plus le mur est lourd, plus son isolation acoustique est élevée), elle est également tributaire du choix de la finition. Comme l'explique cet article, la finition influence en effet un paramètre déterminant en acoustique : l'étanchéité à l'air de la paroi.

L'isolation acoustique des murs maçonnés repose sur un des grands principes de l'acoustique du bâtiment : la loi de masse. Celle-ci démontre que plus un mur est lourd, plus son isolation acoustique est élevée. Et cela se vérifie dans la pratique : un mur maçonné en blocs de béton lourd a un indice d'affaiblissement plus élevé qu'un mur de même épaisseur en blocs de béton léger. La masse surfacique constitue ainsi un paramètre déterminant de l'isolation acoustique des murs maçonnés. Par conséquent, plus un mur est épais, plus son isolation aux bruits aériens sera bonne et ce, pour un même type de bloc.

Outre la masse surfacique, l'indice d'affaiblissement acoustique final d'un mur maçonné dépend toutefois aussi du choix de sa finition. En effet, l'étanchéité à l'air du mur, qui constitue un paramètre important en acoustique, exerce une influence sur la valeur de l'isolation acoustique de la paroi. Dans la pratique, cette étanchéité à l'air est réalisée, en partie, par le bloc et, en partie, par l'enduit de finition. L'étanchéité du bloc de base et le type de finition vont donc jouer un rôle essentiel pour l'indice d'affaiblissement acoustique pondéré (Rw) des murs maçonnés (*).

ur les blocs relativement “poreux”, comme par exemple les blocs à base d'argile expansée, la présence du plafonnage revêt une importance capitale. L'indice Rw passe en effet de 25 dB pour un mur de 140 mm non enduit, à 44 dB pour un mur de même épaisseur, enduit sur les deux faces. Le plafonnage est dès lors indispensable pour que l'effet de masse puisse s'appliquer à l'ensemble de la paroi. Sans l'étanchéité à l'air apportée par l'enduit, l'indice Rw du bloc reste faible.

Sur les murs construits avec des blocs plus “étanches”, la présence de l'enduit aura un effet moins significatif. Ainsi, pour les blocs de type silico-calcaire, un mur d'une épaisseur de 175 mm non plafonné aura une valeur Rw de 51 dB, alors que le même mur plafonné aura un indice Rw de 52 dB, soit une différence minime.

En comparaison avec l'amélioration obtenue par le plafonnage d'une seule des deux faces du mur, le fait de plafonner les deux faces n'améliore pas sensiblement l'indice d'affaiblissement. Si nous reprenons notre premier exemple, soit un mur à base de blocs d'argile expansée de 140 mm, l'indice Rw va passer de 25 dB en l'absence d'enduit à 43 dB pour un mur enduit sur une face, alors qu'il passe à 44 dB pour un mur enduit sur les deux faces. La différence avec le mur enduit des deux côtés n'est donc que de 1 dB. On peut dès lors considérer qu'une fois l'étanchéité assurée sur une face, l'isolation acoustique optimale du bloc est atteinte. Rappelons que l'indice d'affaiblissement est symétrique, c'est-à-dire qu'il est identique quel que soit le sens dans lequel on effectue la mesure entre les locaux d'émission et de réception.

C'est principalement la présence de l'enduit, plus que son épaisseur, qui permet d'assurer l'étanchéité. Une mesure effectuée sur un mur composé de blocs de 140 mm a démontré qu'une variation de l'épaisseur de l'enduit de 3 mm à 10 mm des deux côtés du mur ne permet de gagner que 1 dB. Compte tenu de ce résultat, la surépaisseur entre l'enduit classique et l'enduit mince n'apporte qu'une masse surfacique supplémentaire faible par rapport au reste de la paroi. Le rôle de l'enduit est surtout, comme on l'a déjà souligné, d'assurer l'étanchéité à l'air de la paroi, et cette propriété est réalisable avec une couche mince.

En conclusion, c'est essentiellement la masse surfacique du mur qui détermine l'indice d'affaiblissement acoustique des murs maçonnés. Dans le cas de blocs à structure relativement “ouverte”, l'indice d'affaiblissement acoustique est également tributaire de l'étanchéité de la paroi. Si l'étanchéité acoustique n'est pas assurée, les performances acoustiques du mur n'atteindront pas celles escomptées à partir de la seule masse surfacique. Un simple enduit mince, sur une face du mur au moins, permet d'obtenir une étanchéité acoustique suffisante et de remédier au problème, garantissant ainsi les performances acoustiques attendues des blocs mis en œuvre.

(*) L'indice d'affaiblissement acoustique pondéré Rw caractérise la performance d'isolation acoustique des éléments de construction, en une seule valeur accompagnée de deux termes de correction (C ;Ctr). Il est déterminé sur la base de mesures effectuées en laboratoire selon la norme européenne EN ISO 140-3. Pour plus d'informations à ce sujet, le lecteur consultera l'Infofiche n° 2 «Définitions et principes d'acoustique du bâtiment» sur notre site Internet







Manuel Van Damme, ing., chef de projet & conseiller technologique, CSTC
Collaboration : M. Blasco, C. Crispin, P. Huart, B. Ingelaere
C. Mertens, D. Soubrier, D. Wuyts