Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

20/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. CSTC-Contact
  3. CSTC-Contact n° 2 (2-2004)
  4. La restauration du Monument des Martyrs de Louvain

La restauration du Monument des Martyrs de Louvain 2004/02.01

Depuis la destruction partielle de ses bas-reliefs durant la Seconde Guerre mondiale, le Monument des Martyrs, face à la gare de Louvain, tombait en décrépitude. La rénovation du quartier de la gare a toutefois conduit les autorités à procéder à sa restauration. Ces travaux impliquaient non seulement le remplacement et la restauration d'une grande partie des pierres, mais également la reconstruction des parties sculptées.

La recherche évoquée dans cet article a été menée dans le cadre de la Guidance technologique «Rénovation des bâtiments» subsidiée par les Régions.

L'étude préliminaire de la restauration, menée par le CSTC, portait tant sur l'examen des propriétés de la pierre d'origine et des pierres de remplacement que sur des aspects tels que les mortiers de restauration, les produits de consolidation, l'hydrofugation de surface et les traitements préventifs antigraffiti. Le présent article se limite à l'étude des pierres et à leur amélioration, les autres traitements faisant déjà l'objet de nombreuses publications du CSTC.

Identification et propriétés physiques des pierres

Le CSTC a particulièrement étudié trois pierres dans le cadre de ce projet, toutes trois issues de carrières françaises : Plusieurs caractéristiques physiques de ces pierres ont été déterminées lors de l'étude. Nous ne retiendrons ici que la résistance au gel (cycles de gel-dégel) et à la cristallisation des sels (cycles de séchage et d'humidification dans l'eau additionnée de sulfate de sodium dilué). Les résultats obtenus après les essais de gel (tableau 1) et de cristallisation des sels indiquent une résistance relativement faible, voire médiocre pour les trois pierres testées.

Traitement d'amélioration

Sur la base des résultats précités et afin d'assurer la longévité de la restauration, il a été jugé utile d'améliorer les propriétés des trois pierres. A cet effet, nous avons étudié l'efficacité de produits à base de silicates d'éthyle, habituellement utilisés pour consolider les pierres altérées et pulvérulentes. Dans le cas présent, ces produits ont toutefois été appliqués sur des pierres neuves et non altérées, afin de renforcer la structure du matériau et d'améliorer son comportement, notamment vis-à-vis des contraintes de gel et de cristallisation des sels.

Les produits ont été appliqués en plusieurs couches «humide sur humide». Le nombre de couches a été défini de façon à obtenir un traitement dans la masse du matériau. Un mois après les traitements, les trois pierres ont été soumises un nouvel essai de cristallisation des sels. De plus, pour la pierre d'Estaillades, essentielle au projet puisqu'elle devait servir aux coûteuses opérations de reconstitution des sculptures, un essai complémentaire de gel a été réalisé (tableau 1).

Le tableau montre que si la pierre d'Estaillades non traitée perd sa cohésion après l'essai de gel, elle conserve ses propriétés intactes après traitement. De même, pour les trois pierres traitées, les résultats font apparaître des pertes de masse sensiblement réduites après l'essai de cristallisation des sels : la pierre d'Estaillades traitée ne montre quasiment aucune dégradation, tandis que la pierre de Senonville traitée est intacte après l'essai.

Conclusion

Le traitement des pierres naturelles aux silicates d'éthyle laisse entrevoir une réelle opportunité de concilier des exigences souvent contradictoires que sont les aspects historiques et architecturaux de la restauration et les contraintes techniques. Dans le cas du Monument des Martyrs de Louvain, les essais ont mis en évidence la possibilité de sélectionner une pierre de remplacement très proche de la pierre d'origine et d'en améliorer les caractéristiques et la durabilité par un traitement adéquat.




Yves Vanhellemont, ir., chercheur, laboratoire Rénovation, CSTC
André Pien, ing., chef du laboratoire Rénovation, CSTC