Skip to main content
CSTC Home

Centre Scientifique et Technique de la Construction

23/04/2018

CSTC Home
  1. Publications
  2. CSTC-Contact
  3. CSTC-Contact n° 19 (3-2008)
  4. Tolérances dimensionnelles des menuiseries extérieures et intérieures

Tolérances dimensionnelles des menuiseries extérieures et intérieures 2008/03.11

Tolérances dimensionnelles des menuiseries extérieures et intérieuresLes divergences d'opinion quant à la réception d'une menuiserie extérieure peuvent avoir des origines diverses et mener parfois à de délicates discussions sur chantier. Voilà pourquoi cet article reprend une synthèse des écarts admissibles pour les menuiseries extérieures et intérieures.

Tolérances de fabrication

Concernant les dimensions hors-tout (largeur et hauteur du dormant), les écarts de fabrication sont de ± 2,5 mm pour les menuiseries en bois et en métal. Pour les menuiseries en PVC, un écart de + 6 mm et - 4 mm est admis.

Pour ce qui est de la hauteur et la largeur des ouvrants de fenêtres (mesurées à fond de battées), l'écart toléré est de ± 1 mm pour une largeur ou hauteur < 1 m, à laquelle il faut ajouter 0,5 mm par mètre de largeur ou de hauteur supplémen­taire. L'équerrage des ouvrants est déterminé par l'écart sur la diagonale (mesuré à fond de battées) : 2 mm pour une diagonale < 1 m, auquel doit être ajouté 0,5 mm par mètre de diagonale supplémentaire (avec un écart maximum de 3 mm).

En ce qui concerne les vantaux de portes extérieures et intérieures, les écarts de fabrication tolérés sont repris aux tableaux 1 (hauteur, largeur, épaisseur et équerrage) et 2 (planéité globale et locale) qui sont d'application pour des portes ayant des dimensions standard usuelles (hauteur de 2015 ou 2115 mm et une lar­geur allant de 630 à 1230 mm). Les mesures des écarts sont effectuées tant sous un climat normal qu'après un conditionnement sous un climat humide et un climat sec. Sous réserve de précisions dans le cahier spécial des charges, les portes ne dépassant pas les dimensions usuelles standard appartiennent à la classe de tolérance 2 (D2 et V2) sous un climat normal. Après conditionnement sous un climat sec et un climat humide, la classe 1 (D1 et V1) est acceptée.

Pour les portes extérieures ou intérieures séparant des locaux caractérisés par des climats différents, les STS 53 définissent les sollicitations hygrothermiques à considérer ainsi que la courbure maximale tolérée (en hauteur).

Tableau 1 Classes de tolérance sur la hauteur, la largeur, l'épaisseur et l'équerrage des vantaux de portes.
Classe de tolérance
Hauteur, largeur (mm)
Epaisseur (mm)
Equerrage (mm) (à 500 mm du coin)
D1
± 2,0
± 1,5
± 1,5
D2
± 1,5
± 1,0
± 1,5
D3
± 1,0
± 0,5
± 1,0


Tableau 2 Classes de tolérance sur la planéité générale et locale des vantaux de portes.
Classe de tolérance
Planéité générale
Planéité locale (mm)
Torsion (mm)
Courbure (en hauteur) (mm)
Courbure (en largeur) (mm)
V1
8
8
4
0,4
V2
4
4
2
0,3
V3
2
2
1
0,2

Tolérances de pose

En ce qui concerne les tolérances de la menui­serie extérieure mise en place, on admet, pour la verticalité, un écart de Δv < 2 mm/m pour les fenêtres. Pour les battants de portes, l'écart peut atteindre maximum 3 mm/m dans le sens qui favorise la fermeture de la porte.

Les écarts sur l'horizontalité doivent, quant à eux, être inférieurs à Δh < 2 mm/m. L'écart admissible maximal est de 5 mm, aussi bien pour la verticalité que pour l'horizontalité des châssis. Dans tous les cas, le bon fonctionnement des ouvrants doit être assuré.

Marquage CE
Le marquage CE des fenêtres et des portes conformément à la norme NBN EN 14351-1 sera abordé dans une prochaine publication du CSTC-Contact.
Les éventuelles déformations de la menuiserie extérieure ne peuvent pas compromettre sa fonctionnalité. Pour les fenêtres et les portes-fenêtres, il s'agit notamment de considérer les performances d'étanchéité à l'eau et à l'air. En d'autres termes, il n'y a pas de tolérances relatives aux déformations; seuls les critères concernant les performances d'étanchéité à l'air et à l'eau de la menuiserie sont pertinents. La battée de la maçonnerie fait également l'objet de tolérances.

Pour les menuiseries en bois et en PVC, sa profondeur s'élève en principe à 60 mm avec un écart toléré de ± 10 mm, c'est-à-dire un recouvrement du profilé dormant de 40 mm et un jeu latéral de 20 mm. Pour les menuiseries métalliques, la profondeur de la battée est généralement de 40 mm avec un écart toléré allant de - 0 à + 10 mm. Dans ce cas, le recouvrement et le jeu latéral sont en principe de 20 mm.

Il importe également de veiller à ce que la largeur vue des profilés d'un même châssis soit relativement uniforme. A cet égard, il est recommandé de faire coïncider l'axe de la fenêtre avec l'axe de la baie, avec un écart maximal de ± 5 mm.


B. Michaux, ir., laboratoire 'Eléments de toitures et de façades' et P. Coosemans, ing., service 'Produits de construction', CSTC