Vers le contenu principal

Mesurer la déformation d'un remblai

Mesurer la déformation d'un remblai

Dans le cadre des travaux d’achèvement du Ring d’Anvers, il a fallu procéder à l’installation d’un remblai renforcé avec des géosynthétiques à Linkeroever, le long de la E17. Si cette technique est de plus en plus utilisée comme solution de soutènement, de multiples inconnues subsistent quant à l’évolution de la déformation des géosynthétiques. Or, les entreprises générales de construction et les entrepreneurs en terrassement doivent pouvoir calculer le nombre de couches et la résistance de ces matériaux à placer pour sécuriser durablement l’ouvrage.

Le maître d’ouvrage public s’est tourné vers le CSTC pour répondre à ces questions. Peu d’entreprises disposent de l’expertise exigée pour effectuer ce genre de mesures. En règle générale, elles préfèrent ajouter plus de géosynthétiques que nécessaire ou s’en remettre aux fabricants pour déterminer la quantité et la résistance requises.

Mettre des méthodes de calcul efficaces à la disposition du secteur

Érigé en 2021, le remblai renforcé mesure 160 m de long sur 15 m de haut, soit un ouvrage totalement atypique. Pour étudier le comportement des géosynthétiques, le CSTC a procédé à l’installation de câbles de mesure basés sur la technologie des fibres optiques. Une opération complexe tant ces dernières sont délicates à manipuler.
Ce projet de recherche apporte une véritable valeur ajoutée aux entreprises du secteur qui pourront à l’avenir calculer au mieux la quantité de géosynthétiques nécessaire pour assurer durablement la sécurité de l’ouvrage et réaliser des économies de matériaux.