Isolation thermique

Isolation thermique

Les exigences relatives à la performance thermique des détails constructifs appartenant aux parois d’un bâtiment sont soumises à la réglementation PEB établie par les autorités régionales. Ces détails constructifs sont désignés sous le nom de ‘nœuds constructifs’ dans la réglementation régionale.

En ce qui concerne la performance thermique, on attend, d’une part, qu’un nœud constructif permette de limiter les déperditions thermiques par transmission (facteurs ψ et χ) et, d’autre part, que le risque de condensation superficielle ou de développement de moisissures au droit de ce nœud soit réduit, voire inexistant (facteur de température f).

Plusieurs options permettent de prendre en compte les nœuds constructifs dans le contexte de la réglementation PEB (options A, B et C). L’option C utilise des valeurs par défaut, pouvant s’avérer fort pénalisantes pour le niveau d’isolation global du bâtiment (niveau K). Une façon de limiter cette pénalisation consiste à concevoir et à réaliser des nœuds dits ‘PEB-conformes’ (option B). D’autre part, on peut réaliser un calcul numérique (option A) qui permet de déterminer les facteurs ψ ou χ (coefficients linéiques et ponctuels de transmission thermique). Bien qu’ils ne soient pas obligatoires, les calculs numériques permettent toutefois de mettre en valeur de meilleures performances ou de montrer qu’un détail est ‘PEB-conforme’ même s’il ne satisfait pas aux règles de base. Ce calcul numérique est effectué au moyen de logiciels spécifiques respectant les normes de calcul (notamment la norme NBN EN ISO 10211).

Règle de base n° 1 : épaisseur de contact minimale entre les couches d’isolation thermique de deux parois adjacentes.

Règle de base n° 2 : interposition d’un élément isolant.

Règle de base n° 3 : chemin de moindre résistance thermique L supérieur à 1 m.


Une seconde performance hygrothermique des nœuds constructifs est le facteur de température fRsi, qui reflète le risque de condensation et de développement de moisissures sur les parois. Ce facteur de température varie entre 0 et 1. Une valeur égale à 1 signifie que la température de la surface intérieure est égale à la température de l’air intérieur. Pour les bâtiments au climat intérieur relativement sec, la valeur minimale de 0,7 est citée (voir NIT 153). Les bâtiments présentant une haute production d’humidité, ou encore des contraintes et/ou des climats intérieurs particuliers peuvent en effet nécessiter l’adoption de facteurs de température plus stricts.

Plus d’informations :