Etanchéité  à l’air

Etanchéité à l’air

Depuis l’introduction des réglementations PEB, la performance d’étanchéité à l’air – mesurée à l’aide d’un essai de pressurisation – est prise en compte dans le calcul de la performance énergétique. Aucune exigence réglementaire explicite ne s’applique actuellement à l’étanchéité à l’air. Par contre, une exigence volontaire, fixée par le maître d’ouvrage, peut être d’application pour des projets particuliers. La Région de Bruxelles-Capitale a annoncé qu’elle fixerait une exigence pour l’étanchéité à l’air à partir de 2018 (n50 = 0,6/h).

Contrairement à l’isolation thermique, la performance d’étanchéité à l’air d’un bâtiment ou d’un nœud constructif spécifique ne peut être prédite ou calculée. Il est de ce fait impossible d’établir un lien univoque entre les détails constructifs à réaliser et la performance d’étanchéité à l’air qui sera mesurée au final. Grâce à l’expérience acquise par le CSTC dans le domaine de l’étanchéité l’air, un ordre de priorité pour le traitement des nœuds constructifs est proposé en fonction de l’importance des fuites. Dans les bâtiments soumis à une exigence sévère, même une fuite marginale peut s’avérer déterminante pour atteindre l’objectif fixé. Dans les bâtiments pour lesquels on vise une performance moyenne, il convient de se concentrer en priorité sur les fuites les plus importantes.

Classement par ordre de priorité des nœuds constructifs à traiter (version complète disponible dans la NIT 'Étanchéité à l'air' à paraître) (*).
Nœud constructif Construction massive (murs maçonnés) Ossature en bois
Pied de mur 3/4 1
Jonction de la toiture à versants avec le pignon 1 1/2
Jonction du plancher intermédiaire avec la façade 3/4 1/2
Traversée de toiture par des conduites 2 2
Intégration des menuiseries au gros œuvre 2/3 2/3
(*) 1 : fuites très importantes; 2 : fuites importantes; 3 : fuites peu importantes; 4 : fuites marginales.

Plus d’informations :