Information & Assistance

Recherche, développement & Innovation

Détail constructif - toiture plate-traversée

Dispositif d'évacuation constitué d'un avaloir et d'une descente continue à chaque étage (cas des balcons, par exemple). Etanchéité liquide

Référence : 1010
Date de publication : 03-09-2014

1010_DET1_1.svg
  1. Support de toiture
  2. Forme de pente ou isolation thermique
  3. Avaloir
  4. Descente d'eaux pluviales
  5. Etanchéité liquide armée
  6. La finition de rive (cf. NIT 244, fiches 52.4 en 54.4)
  7. Etanchéité de la toiture (bitumineuse ou synthétique)
  8. Remplissage (au mastic ou mousse-PUR, par exemple)
En ce qui concerne la compatibilité et la manière de réaliser la jonction d'une étanchéité liquide avec une membrane bitumineuse ou synthétique, il y a lieu de s'informer auprès du fabricant du produit d'étanchéité liquide (cf. NIT 244, chapitre 9). Ces raccords doivent faire l'objet d'un contrôle rigoureux lors de l'entretien annuel de la toiture (cf. NIT 215).
 
La base de la descente d'eaux pluviales doit être munie d'un coupe-air pour éviter les nuisances olfactives.
 
On raccorde l'étanchéité liquide à la membrane de toiture et non l'inverse. Même si on crée inévitablement un contre-joint, cette façon de procéder est à privilégier, car le joint entre les deux matériaux est beaucoup plus fiable. La largeur du recouvrement s'élève à 100 mm au minimum.
 
L'étanchéité liquide est appliquée de préférence jusqu'à l'avaloir, de façon à prévenir toutes dégradations ultérieures. Cette façon de procéder offre en outre l'avantage de renforcer l'adhérence.
 
La bavette des avaloirs ainsi que l'émergence doivent toujours être dégraissées et leur surface doit être rendue rugueuse. Selon les instructions du fabricant, des traitements complémentaires peuvent s'avérer nécessaires en vue d'assurer une bonne adhérence.
 
Les bavettes sont ensuite incorporées entre la membrane et l'étanchéité liquide. La remontée des lés étant susceptible de compromettre l'efficacité et la pérennité du raccord, il est opportun d'arrêter la membrane dans le plan de la toiture, avant l'émergence; le joint qui subsiste doit être obturé (à l'aide de mastic ou de mousse PUR, par exemple), afin de garantir l'imperméabilité du raccord vis-à-vis des liquides et d'éviter l'écoulement du produit d'étanchéité liquide. Nous attirons l'attention sur le fait que certains mastics peuvent perturber le durcissement des produits d'étanchéité liquides. Pour plus de détails à ce sujet, il y a lieu de consulter les fabricants concernés.
 
L'étanchéité liquide doit se prolonger sur une longueur permettant de garantir un recouvrement d'au moins 100 mm avec le plan horizontal de l'étanchéité de toiture. Il convient cependant de veiller à la compatibilité des deux matériaux. En principe, les étanchéités liquides doivent être posées en adhérence sur une zone d'au moins 100 mm et ce, quel que soit le type de support.

Publications associées

Notes d'information technique

Les ouvrages de raccord des toitures plates : principes généraux (remplace la NIT 191) (+ correctifs de février 2015).
La NIT 244 est une révision de la NIT 191, dédiée aux ouvrages de raccord des toitures plates. La présente NIT aborde les points suivants : les gouttières et les chéneaux, les avaloirs, les trop-pleins, les relevés d'étanchéité, les rives, les joints de mouvement, les émergences et socles, l'assemblage des différents types d'étanchéité.
Auteur: Mahieu (E.)
Prix: Uniquement disponible en ligne
Télécharger au format PDF