Le City Boom à Bruxelles

Pour télécharger le document complet, cliquez ici.

Le City Boom en tant que phénomène socio-économique

Fin 2011, la région de Bruxelles-Capitale comptait plus de 1.14 millions d’habitants, le plus grand nombre d’habitants à ce jour. Après le précédent record en 1968, lorsque Bruxelles comptait 1 079 200 habitants, la population a diminué de façon continue pendant près de 30 ans, jusqu'à ce qu'il a été renversé en 1995 et la population a commencé à monter en flèche. Il y a maintenant beaucoup plus de personnes qui vivent dans la Région de Bruxelles que jadis.

Il est à noter qu'il existe de grandes flux migratoires internes (déplacements vers et en provenance d'autres régions en Belgique), et que plus de gens quittent la région de Bruxelles pour aller vivre ailleurs en Belgique. Cependant, les flux de migration externes (vers et en provenance de l'étranger) et l’accroissement naturel de la population, se traduisent par une forte croissance de la population.

Dans ce chapitre, nous examinons les prévisions démographiques, les causes de la croissance rapide de la population et l'impact socio-économique sur la région.

Cliquez ici pour télécharger le chapitre (uniquement en néerlandais).

Le parc du logement en région bruxelloise

Pour mieux comprendre l'impact du City Boom à Bruxelles, il est essentiel d'avoir une bonne vue sur le parc du logement existant. Dans ce chapitre, nous résumons les principales statistiques sur la typologie et la qualité du parc du logement à Bruxelles et les évolutions dans le marché immobilier bruxellois.

Cliquez ici pour télécharger le chapitre (uniquement en néerlandais).

(bron: Bureau d'Architectes Emmanuel Bouffioux)

Reconversions de bâtiments vacants

Bruxelles dispose d'un grand parc de bureaux. Cependant, une partie relativement importante de celui-ci est vide, pour des raisons diverses (la vacance frictionnelle, vacance conjoncturelle, vacance à cause de rénovation, ...). Cependant, une partie l’inoccupation est structurelle. Par conséquent la reconversion des bureaux est de plus en plus proposée comme solution. Il faut penser plus loin que des reconversions vers des logements : il y aura une demande accrue pour des écoles et des jardins d'enfants. Il est peut être intéressant de chercher des destinations en termes de typologie des bâtiments les plus proches des bureaux vacants.

Dans ce chapitre, nous examinons les possibilités et les obstacles de reconversions de bureaux. Certaines études inspirantes de cas illustrent le potentiel.

Cliquez ici pour télécharger le chapitre (uniquement en néerlandais).

Surélévations

On entend par surélévation l’ajout d'un ou plusieurs niveau(x) supplémentaire(s) au-dessus d’un bâtiment existant. Bien que ce type d’intervention n'a pas encore été largement utilisé en Belgique, et plus particulièrement à Bruxelles, on constate que beaucoup d'expériences a été acquise dans certains autres pays. La surélévation a des avantages distincts et peut apporter une contribution importante à la densification durable de la ville. Nous constatons que certaines villes étrangères ont pris des mesures pour encourager la surélévation (comme Paris, Genève et Rotterdam). A Bruxelles, on trouve un certain nombre de cas intéressants de surélévations.

Cliquez ici pour télécharger le chapitre (uniquement en néerlandais).

L’usage temporaire

(source: Camelot Europe)

Bien que la demande d'espace dans une ville en pleine expansion comme Bruxelles est très élevée, beaucoup de terrains et bâtiments restent libres très longtemps. Lorsque la cause de l’inoccupation est structurelle, une nouvelle destination finale doit être recherchée, comme par exemple la reconversion des bureaux vacants en logements.

Cependant, dans de nombreux cas, l’inoccupation est temporaire. Très peu d'attention est accordée à la façon dont ces terrains et bâtiments qui ne sont que temporairement inutilisés peuvent obtenir une destination temporaire.

Les causes l’inoccupation sont très diverses, ainsi que les usages temporaires possibles qui peuvent être conçus pour un tel terrain. Mais il y a toujours une constante: des terrains et bâtiments inutilisés se détériorent et sont un perturbateur important dans le tissu urbain.

Un usage temporaire réfléchi de terrains inoccupés mérite donc au moins autant d’attention que la recherche d'une destination permanente à long terme.

Cliquez ici pour télécharger le chapitre (uniquement en néerlandais).

L’espace ouvert et vert dans la ville

(source: City of Fukuoma)
Le City Boom entraînera inévitablement une nouvelle densification de la ville rendant l'espace ouvert sous pression. La présence trop limitée de la nature et des espaces ouverts, peut affecter la qualité de la vie urbaine, surtout en tenant compte que le City Boom impliquera un rajeunissement de la population et une augmentation du nombre d'enfants, qui ont besoin plus que d'autres d’ avoir de l'espace pour jouer.

Par conséquent, nous examinons dans ce chapitre comment nous pouvons créer de l'espace ouvert et verdoyant dans un environnement urbain de plus en plus bâti, et quels peuvent être les réels avantages.

Cliquez ici pour télécharger le chapitre (uniquement en néerlandais).



Retour