Date de publication : février 2012

9.5. Stabilisation thermodynamique des jonctions entre lés de nature différente

Les lés d’étanchéité de nature différente doivent être fixés au support au droit de leur jonction afin de garantir leur stabilité et d’éviter que les contraintes de traction ou de cisaillement ne désolidarisent le raccord. Cette disposition est particulièrement importante lorsque les membranes sont posées en indépendance, en adhérence partielle ou fixées mécaniquement ou encore lorsque leur assemblage n’est pas soudé.

Les membranes indépendantes ou fixées mécaniquement peuvent en effet être soumises à des contraintes diverses :
  • action du vent pouvant entraîner le soulèvement et le battement des membranes fixées mécaniquement
  • sollicitations thermiques et/ou retrait différentiels; les membranes non armées sont davantage sollicitées que les étanchéités dotées d’une armature
  • mouvements thermiques différentiels des isolants sur lesquels les membranes sont collées.

9.5.1. Stabilisation par encollage d'un revêtement existant.

Fig. 128 Stabilisation par encollage d’un revêtement existant.
Cette technique consiste à coller entièrement la zone de raccord des membranes sur une distance d’au moins 500 mm sur le support (figure 128). Pour permettre cet encollage, il sera parfois nécessaire d’adapter localement l’isolation thermique dans la zone de raccord. Quant aux membranes synthétiques fixées mécaniquement par points, il y a lieu de prévoir une fixation mécanique complémentaire dans la zone de transition avec la partie collée (figure 129).

En présence de membranes synthétiques non armées posées en indépendance ou fixées mécaniquement, les fixations mécaniques ponctuelles (par vis et plaquettes) ne suffiront généralement pas à reprendre les contraintes prévues (voir également § 5.4.2., et § 5.4.3.).
Fig. 129 Stabilisation par encollage de membranes synthétiques fixées mécaniquement.

9.5.2. Stabilisation par fixation mécanique

Fig. 130 Stabilisation par fixation mécanique d’un revêtement plastomère ou élastomère thermoplastique existant.
Dans ce cas, il y a lieu d’opter pour une fixation linéaire (à l’aide de lattes continues) :
  • pour les plastomères et les élastomères thermoplastiques (TPE), le soudage s’opère sur une tôle métallique plastifiée fixée mécaniquement (figure 130)
  • pour les autres étanchéités synthétiques, le collage peut s’effectuer sur une tôle métallique d’au moins 100 mm de largeur (figure 131).


Fig. 131 Stabilisation par fixation mécanique des autres types de membranes synthétiques existantes.
Les membranes bitumineuses et les membranes synthétiques armées peuvent être fixées par point, en périphérie, à l’aide de vis et de plaquettes ou au moyen d’une bande du même matériau que la membrane.

Si la couche d’isolation thermique présente une forte épaisseur (figure 132), il peut être nécessaire de fixer une planche en bois sur un isolant dur mécaniquement dans le support, afin d’empêcher que les mouvements horizontaux des membranes ne provoquent un gauchissement des vis. 

Fig. 132 Stabilisation de membranes posées sur un isolant de forte épaisseur.