Version

6.4.3. Couvre-murs et pierres de couronnement

Qu'il s'agisse de couvre-murs en métal ou en matériau pierreux, l'étanchéité est prolongée sur toute la largeur et la longueur du mur dans les deux cas. Il convient d'obturer la coulisse (plaques de fibres‑ciment, panneaux de multiplex résistant à l'eau, ...) sur toute la longueur du mur, afin de pouvoir prolonger l'étanchéité jusqu'au mur de parement. Si le couvre-mur est en métal, cette mesure aura en outre l'avantage d'améliorer la planéité du support et donc de faciliter la fixation.

Il est très rare que l'on façonne encore les couvre-murs métalliques sur chantier. A l'heure actuelle, on opte le plus souvent pour des éléments préfabriqués.

6.4.3.1. Couvre-murs métalliques

  1. Couvre-mur en pente
  2. Obturation en bois ou en métal
  3. Relevé métallique
  4. Revêtement d'étanchéité
  5. Bardage
  6. Larmier
Fig. 72 Couvre-mur métallique préformé posé sur un bardage métallique.

Ces couvre-murs généralement en aluminium ou en acier inoxydable se placent au moyen d'étriers, conformément aux instructions du fabricant.

Le joint entre deux couvre-murs est obturé à l'aide d'un couvre-joint (du même fabricant) afin d'éviter des coulures sur le parement.

  1. Pattes métalliques
  2. Couvre-mur
  3. Pente
  4. Revêtement d'étanchéité
  5. Isolation thermique sous le relevé d'étanchéité
  1. Espacement nécessaire pour la fixation du panneau obturant la coulisse (± 330 mm)
  2. Pare-vapeur (cf. NIT 215, chapitre 6) [C5]
  3. Maçonnerie portante
  4. Chevrons en bois
  5. Isolation thermique du mur creux (épaisseur conforme à la réglementation en vigueur)
  1. Isolation thermique au-dessus de l'acrotère
  2. Maçonnerie de parement
  3. Obturation de la coulisse
  4. Couvre-joint
Fig. 73 Couvre-mur métallique préformé posé sur une façade en matériau pierreux.

6.4.3.2. Couvre-murs en béton et en pierre naturelle

Ces éléments de couronnement doivent déborder du mur et être pourvus d'un larmier. Ils sont posés à plein bain de mortier (avec ou sans adjonction d'adjuvants).

  1. Joint souple
  2. Couvre-mur
  3. Isolation thermique sous le relevé d'étanchéité
  1. Etanchéité de la toiture
  2. Pare-vapeur
  3. Isolation thermique du mur creux
  1. Bourrelet métallique (facultatif du côté du toit)
  2. Bloc de maçonnerie isolant
Fig. 74 Couvre-mur en pierre naturelle.

  1. Mastic
  2. Fond de joint
  3. Etanchéité de la toiture
  4. Bain de mortier
  5. Joint
  6. Bande de métal repliée (matériau rigide)
Fig. 75 Détail d'exécution des joints entre éléments de couvre-mur en pierre naturelle.

Le jointoiement entre les éléments du couvre-mur doit être durable et étanche à l'eau, afin d'éviter tout dégât par le gel (figures 75 et 77). Les joints entre les éléments doivent être entretenus régulièrement.

  1. Etanchéité de la toiture
  2. Isolation sous le relevé d'étanchéité
  3. Isolation du mur creux
Fig. 76 Eléments de couvre-mur en béton posés avec recouvrement (principe surtout appliqué en rénovation).
  1. Fond de joint
  2. Mastic
  3. Etanchéité de toiture
  4. Bain de mortier
Fig. 77 Détail d'exécution des joints entre éléments de couvre-mur en béton posés avec recouvrement (principe surtout appliqué en rénovation).

Si l'acrotère est pourvu d'une isolation thermique, le couronnement peut être posé directement sur l'isolant, à condition que celui-ci ait une résistance à la compression de classe P3 ou P4 (schéma de gauche de la figure 74, et figure 76). Si les panneaux isolants sont moins rigides (résistance en compression P2 ou inférieure), il y aura lieu de procéder comme à la figure 73, en interrompant l'isolant sur l'acrotère à intervalle régulier (au moins deux chevrons par pierre de couronnement). Une autre solution consiste à réaliser l'assise supérieure du mur à l'aide de blocs de maçonnerie isolants (schéma de droite à la figure 74).