PEB – Production d'eau chaude sanitaire

Parution : février 2011

Dans les logements, la consommation énergétique de l'eau chaude sanitaire est prise en compte dans le calcul du niveau E ou Ew (1). Cette fiche décrit les principaux paramètres relatifs à l'eau chaude sanitaire dans le cadre du calcul du niveau E. Elle donne aussi quelques conseils sur la mise en œuvre des installations d'eau chaude sanitaire.
(1) Pour simplifier, nous parlerons de façon générale de niveau E dans la suite du texte.

Réglementation PEB
Exigences complémentaires en Région de Bruxelles-Capitale
Le rôle de l'auteur de projet et de l'entreprise en charge des travaux
Recommandations
Bibliographie
Avertissement

1. Réglementation PEB

Fig. 1 Présentation schématique d'une installation de production d'eau chaude sanitaire
Fig. 1 Présentation schématique d'une installation de production d'eau chaude sanitaire

Les paramètres suivants liés à l'eau chaude sanitaire dans les bâtiments influencent le calcul du niveau E :
  • pour chaque logement, une consommation d'eau chaude standardisée est déterminée sur la base du volume protégé. Cette valeur de calcul n'est donc pas influencée par les prévisions réelles de consommation d'eau chaude ou par le nombre de points de puisage (bains, douches, etc.)

  • la réglementation fixe une valeur de rendement pour chaque type d'appareil de production de chaleur. Ce rendement dépend de la présence d'un ballon de stockage, dans lequel l'eau est conservée à température constante. L'installateur ou le fournisseur n'est donc pas tenu d'indiquer de rendement ou de COP (Coefficient of Performance ou coefficient de performance) pour les pompes à chaleur. Il convient de remarquer qu'en cas d'utilisation d'électricité comme vecteur énergétique, un facteur de 2,5 est utilisé dans la suite du calcul si bien que le chauffage de l'eau par résistance électrique affiche un résultat globalement mauvais (le tableau 1 donne les rendements forfaitaires par rapport au pouvoir calorifique supérieur)

    Tableau 1 Rendements forfaitaires par rapport au pouvoir calorifique supérieur.
      Chauffage instantané Avec stockage de chaleur (²)
    Appareil à combustion (¹) 50 % 45 %
    Chauffage électrique par résistance 75 % 70 %
    Pompe à chaleur électrique 145 % 140 %
    (¹) Un appareil à combustion peut être aussi bien un chauffe-eau individuel qu'un boiler. Il peut également consister en une combinaison avec une chaudière de chauffage central. Les appareils à combustion fonctionnant avec des combustibles comme le bois, les pellets ou le charbon sont repris dans la même catégorie que le gaz et le mazout.

    (²) Des volumes d'eau inférieurs à 10 litres mais conservés chauds sont également considérés comme un stockage de chaleur.

  • la consommation forfaitaire éventuelle d'une veilleuse

  • l'apport d'un système solaire thermique en tant que préchauffage de l'eau chaude sanitaire est pris en compte pour les points de puisage qui y sont raccordés. La surface du collecteur, l'orientation et l'inclinaison constituent des paramètres importants. Il convient également d'indiquer l'ombrage éventuel (à l'aide d'une valeur par défaut ou d'un calcul détaillé)

  • un récupérateur recueillant la chaleur de l'eau évacuée par la douche ou le bain. La méthode de détermination du facteur de réduction n'est cependant pas encore fixée

    Fig. 2 Présentation schématique d'un récupérateur.
    Fig. 2 Présentation schématique d'un récupérateur.

  • la distribution de l'eau chaude sanitaire entre les différents consommateurs entraîne également une déperdition d'énergie. Il faut donc tenir compte de la longueur des conduites vers les principaux consommateurs (bain, douche et plan de travail de la cuisine). Bien que l'emplacement de ces conduites de distribution (à l'intérieur ou à l'extérieur du volume protégé) et leur isolation soient importantes, elles n'ont cependant pas d'influence sur le niveau E.
Lors de l'utilisation d'une boucle de circulation, l'eau chaude sanitaire circule continuellement dans un circuit bouclé, ce qui peut diminuer sensiblement le temps d'attente. Quant aux conduites de circulation, leur position et leur isolation sont prises en compte dans la détermination du niveau E, sur lequel elles peuvent en effet avoir une influence considérable.

Fig. 3 Boucle de circulation : Différents régimes de température en fonction de leur position
Fig. 3 Boucle de circulation : Différents régimes de température en fonction de leur position

Top

2. Exigences complémentaires en Région de Bruxelles-Capitale

L'arrêté PEB de la Région de Bruxelles-Capitale comporte une annexe supplémentaire (l'Annexe VIII) traitant des exigences relatives aux installations techniques. Elle n'est pas d'application dans les deux autres Régions. Ce texte décrit plusieurs exigences relatives aux systèmes de production d'eau chaude sanitaire :
  • l'isolation des tuyaux transportant l'eau chaude sanitaire

  • l'installation d'un compteur de chaleur pour l'eau chaude sanitaire à chaque unité PEB (par exemple, pour chaque appartement d'un immeuble).
Nous vous invitons à lire les documents suivants pour plus de détails sur la réglementation PEB en Région de Bruxelles-Capitale :
  • l'arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 21 décembre 2007 déterminant des exigences en matière de performance énergétique et de climat intérieur des bâtiments,
    Annexe VIII [2]

  • l'article du CSTC sur le calorifugeage des conduites dans la Région de Bruxelles-Capitale [3].
Top

3. Le rôle de l'auteur de projet et de l'entreprise en charge des travaux

L'Infofiche 48.1 donne un aperçu général des tâches de chaque partenaire de l'acte de bâtir, pour autant qu'elles soient liées à la réglementation PEB. Comme il apparaît dans ce qui précède, les différents aspects de la production et de la distribution de l'eau chaude sanitaire ont une influence sur le niveau E. Il est donc important que l'auteur de projet décrive ces points clairement dans le cahier des charges.

Vous trouverez ci-dessous des tâches plus spécifiques en lien avec cette Infofiche.

L'auteur de projet est normalement amené à :
  • choisir un système de production d'eau chaude sanitaire selon les situations, en particulier en ce qui concerne:

    • la localisation des points de puisage pour l'eau chaude sanitaire

    • le type de système de chauffage de l'eau chaude

    • la surface du système solaire thermique et les points de points de puisage alimentés par celui-ci si un tel système est installé. La taille du système d'énergie solaire doit être adaptée à la consommation moyenne attendue et à la contribution souhaitée

    • le système de récupération de chaleur de l'eau des douches ou des bains si un tel système est prévu

    • la boucle de circulation si elle est installée

  • déterminer les composants particuliers à installer ou communiquer les prescriptions à l'entrepreneur, éventuellement en termes de performances.
L'entrepreneur en charge des travaux est normalement amené à :

  • répondre aux prescriptions du cahier spécial des charges et des plans, ainsi qu'aux éventuelles autres exigences fixées par l'auteur de projet

  • soumettre pour approbation au maître d'ouvrage, à l'auteur de projet ainsi qu'au responsable du calcul PEB, une éventuelle solution alternative proposée par lui-même, qui permettrait de répondre à la performance énergétique minimale fixée par l'auteur de projet (voir recommandations dans le § 4)

  • informer les autres parties des limites de sa mission et, le cas échéant, fournir des composants qui sont installés par d'autres entrepreneurs (par exemple, les passages de toiture pour les conduites)

  • fournir les données concernant les choix effectués lors de l'installation, les composants mis en œuvre ou les installations réalisées au responsable du calcul PEB. Les informations suivantes sont transmises par l'entrepreneur lors de livraisons :

    • l'appareil producteur de chaleur réellement utilisé, s'il ne correspond pas aux spécifications du cahier des charges. Le rendement, la puissance et le volume de stockage ne doivent pas être donnés

    • la superficie d'entrée (en m²), la pente et l'orientation d'un éventuel système solaire thermique, ainsi que l'éventuel ombrage et quels points de puisage sont desservis par ce système solaire

    • le rendement de l'éventuel système de récupération de chaleur sur l'évacuation du bain ou de la douche

    • la longueur des conduites entre l'appareil producteur de chaleur et le(s) bain(s), douche(s) et évier(s) de cuisine pour chaque utilisateur et ce, pour chaque utilisateur individuellement (à moins que l'on travaille avec les valeurs par défaut). Ceci peut se mesurer:

      • soit, comme la somme des plus courtes distances horizontales et verticales entre la connexion à l'appareil producteur de chaleur pour l'eau chaude sanitaire et les milieux des planchers de la salle de bain, la cabine de douche ou la cuisine (responsable PEB)

      • soit, comme la somme des longueurs de conduite réelles (entrepreneur)
        Les autres points de puisages tels que les lavabos dans les chambres, les éviers dans les buanderies et autres ne doivent pas être pris en compte



    • Uniquement pour le circuit de circulation, comme l'épaisseur et la conductivité thermique (valeur λ) de l'isolation utilisée, la longueur et l'emplacement (dans ou hors du volume protégé, ou dans un espace adjacent non-chauffé).

      Un outil de calcul disponible sur Internet permet à la personne responsable du calcul PEB de déterminer la résistance thermique linéaire de l'isolation. Cet outil de calcul est uniquement disponible pour la Région flamande.
Top

4. Recommandations

L'entrepreneur peut également proposer d'autres solutions qui améliorent la qualité et/ou les performances du système, pour lesquelles les recommandations suivantes sont utiles. L'auteur de projet doit cependant approuver ces alternatives au préalable. Ces dernières peuvent influencer le niveau E :
  • choisir des appareils avec un meilleur rendement (basé sur la combustion) ou une pompe à chaleur plutôt qu'une résistance électrique

  • choisir des appareils instantanés plutôt que ceux avec stockage

  • placer l'appareil de production de chaleur pour l'eau chaude sanitaire de préférence dans le voisinage direct des points de puisage et veiller en pratique à ce que les conduites soient aussi courtes que possible

  • éviter de préférence les boucles d'eau chaude sanitaire, surtout dans les habitations unifamiliales. Il est souvent plus indiqué d'utiliser un appareil de production de chauffage distinct dans les zones éloignées que de couvrir la distance à l'aide d'une boucle. Si l'on place malgré tout une boucle, celle-ci sera la plus courte possible, se situera à l'intérieur du volume protégé et sera parfaitement isolée. La pompe comportera éventuellement un interrupteur horaire ou un interrupteur de détection de prise d'eau (une brève ouverture du robinet actionne la pompe et quelques dizaines de secondes plus tard l'eau peut être prélevée en abondance).
De plus, bien que cela n'ait aucune influence sur le niveau E, il est recommandé de :
  • placer toutes les conduites (chaudes et froides) de préférence dans le volume protégé, éventuellement en isolant soigneusement les conduites d'eau chaude

  • s'assurer que les conduites d'eau froide ne traversent pas un chauffage par le sol ou passent près des conduites de chauffage central.
Top

Bibliographie

Détails concernant la PEB, la réglementation régionale peut être consultée (voir Infofiche 48.1).

Des informations supplémentaires sur les normes concernant l'eau sont disponibles sur le site des Antennes Normes (www.normes.be).

1. De Cuyper K

Légionelle: vingt zones à risque dans les installations sanitaires. Bruxelles, CSTC, Infofiche, n° 38, 2009.

2. Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale
Arrêté du 21 décembre 2007 du Gouvernement de Bruxelles-Capitale déterminant les exigences en matière de performance énergétique et de climat intérieur des bâtiments. Bruxelles, Moniteur belge du 5 février 2008.

3. Schietecat J., De Cuyper K. et Delmotte C.
Calorifugeage des conduites dans la Région de Bruxelles-Capitale. Bruxelles, CSTC, Les Dossiers du CSTC, n° 4, Cahier 8, 2008.

Top

Avertissement

Les fiches 'PEB & Métiers' ont été établies avec le plus grand soin. Le CSTC ne peut toutefois être tenu responsable des dommages qui seraient occasionnés par l'utilisation des renseignements qui y sont repris. Seules les Régions sont compétentes pour formuler un avis sur l'interprétation des réglementations.


Département 'Acoustique, Energie et Climat', CSTC