Nettoyage du béton aux composés acides fluorés

Nombre d'immeubles de bureaux et à appartements datant de la seconde moitié du XXe siècle sont pourvus d'un parement en béton architectonique. Plusieurs d'entre eux doivent aujourd'hui faire l'objet de travaux d'entretien. Le nettoyage des façades constitue à cet égard une option privilégiée, susceptible de restituer au bâtiment un aspect plus attrayant pour les occupants ou d'éventuels acquéreurs.

TECHNIQUES & PRATIQUE

Diverses techniques aux propriétés spécifiques et au domaine d'application bien défini (cf. NIT 197) se prêtent au nettoyage des façades en béton architectonique. L'une d'elles fait appel aux composés acides fluorés, particulièrement adaptés aux bétons architectoniques de teinte claire présentant des granulats apparents. Cette technique de nettoyage est explicitée ici et illustrée à l'aide d'un cas pratique.

1. NETTOYAGE CHIMIQUE DU BÉTON À L'AIDE DE COMPOSÉS ACIDES FLUORÉS

Le nettoyage du béton architectonique, en particulier lorsqu'il est effectué à l'aide de composés acides fluorés, n'est pas toujours simple à réaliser en raison des facteurs suivants :
  • les dimensions et la planéité des panneaux de béton : le schéma d'implantation des joints et l'architecture des façades ne permettent pas toujours de masquer les variations d'aspect
  • l'homogénéité du matériau, qui entraîne une grande constante de teinte au sein de chaque panneau : toute variation d'aspect est donc clairement perceptible. En ce qui concerne les panneaux eux-mêmes, soulignons qu'ils peuvent présenter entre eux des différences de teinte assez marquées qui ne se manifestent bien souvent qu'une fois le nettoyage terminé
  • les tendances architecturales modernes souvent caractérisées par des éléments susceptibles de favoriser un schéma d'encrassement typique. Le schéma d'encrassement initial influence d'ailleurs toujours le résultat final du nettoyage et on ne peut généralement pas en éliminer complètement les effets sans endommager le matériau de façade lui-même.

PRINCIPE D'ACTION

Les produits de nettoyage acides facilitent l'élimination de l'encrassement par une réaction physicochimique de surface qui réduit l'adhérence de la saleté. Les résultats de nettoyage sont généralement très bons sur le béton architectonique à granulats apparents. Par contre, ces produits ne sont pas conseillés en cas de bétons lisses ou polis. La prudence s'impose également en présence de surfaces en béton coloré ou de teinte sombre, dans la mesure où les sels insolubles susceptibles de se former (voir ci-après) sont particulièrement visibles sur de tels supports.

HUMIDIFICATION PRÉALABLE ET PROTECTION DU SUPPORT

L'humidification a pour objectif d'éviter que le produit de nettoyage ne pénètre trop profondément dans le support. Le nettoyage ne doit en effet concerner que les surfaces, une pénétration éventuelle du produit dans le support pouvant entraîner une dégradation du béton. Etant donné que les produits utilisés attaquent également les métaux et le verre, on veillera à protéger efficacement les menuiseries et les vitrages. Après avoir procédé au rinçage, il est conseillé de retirer immédiatement la protection et de réaliser un nettoyage préventif de tous les éléments vitrés et métalliques.

CHOIX DU PRODUIT

Le nettoyage s'effectue en général au bifluorure d'ammonium ou à l'acide fluorhydrique, ce second produit étant plus réactif que le premier. Toutefois, la vitesse de réaction finale et la qualité du nettoyage dépendent également de la concentration de l'acide et des autres composants du produit (tensioactifs spécifiques ou acides forts dans le cas du bifluorure d'ammonium). Bien qu'il soit conseillé de n'utiliser qu'un seul et même produit pour l'ensemble de la façade, on peut éventuellement appliquer un produit différent sur certains détails architecturaux particulièrement encrassés (encadrement des baies, éléments saillants, ...). Dans ce cas, il importe d'éviter que le produit n'entre en contact avec les éléments de façade ayant déjà fait l'objet d'un nettoyage. C'est pourquoi il est recommandé de bien protéger les parties qui ne doivent plus être nettoyées, d'utiliser un produit pâteux ou de n'appliquer cette méthode que sur des zones encrassées ne se situant pas dans le même plan de la façade que les autres zones moins sales. Il est en effet très difficile d'obtenir une même qualité de nettoyage sur les zones ayant subi un nettoyage supplémentaire et sur les autres parties de la façade, ce qui peut nuire à l'aspect de l'ensemble.

TEMPS DE RÉACTION

La durée de contact du produit avec le matériau peut favoriser la qualité du nettoyage, mais augmente également la formation de sels insolubles. C'est la raison pour laquelle il est particulièrement important que le temps de réaction soit aussi constant et réduit que possible sur l'ensemble de la façade, compte tenu des indications de la fiche technique du produit. Le temps de réaction varie généralement entre 30 et 60 minutes au maximum.

RINÇAGE

Les surfaces traitées sont rincées à l'eau sous pression ou à la vapeur saturée afin de favoriser le décollement des salissures et leur évacuation. La durée du rinçage doit être suffisante de façon à éliminer correctement les résidus de produit de nettoyage. Cette opération s'effectuera de préférence de haut en bas afin d'éviter que l'eau de rinçage, qui contient des saletés et du produit de nettoyage, ne s'écoule le long des parties déjà traitées. Un rinçage correct permettra en outre d'éviter de devoir recourir à un traitement de neutralisation complémentaire, susceptible d'introduire des sels solubles dans la façade.

2. CAS PRATIQUE

Nous commentons ici la rénovation d'un bâtiment dont les façades sont revêtues de panneaux nervurés en béton architectonique à granulats apparents, souvent appelé "béton de silex lavé". Les façades ont été nettoyées à l'aide de deux produits chimiques différents :
  • un produit pâteux à base de bifluorure d'ammonium
  • un produit liquide à base d'acide fluorhydrique.
Appliqué sur les façades par zones d'une vingtaine de mètres de large, le produit pâteux n'a été rincé sous pression d'eau que deux jours plus tard, sauf sur certains pans de façade où il est resté plus d'une douzaine de jours en contact avec le béton. Les parties fortement encrassées (en particulier les encadrements de baie) ont en outre été nettoyées à l'aide du produit liquide. Les quantités de produit utilisées dans ce cas étaient telles que le liquide pouvait s'écouler sur les parties inférieures (déjà nettoyées) de la façade.

Une fois le nettoyage terminé, on a constaté que les façades présentaient des différences de tonalité dues à la formation d'un voile blanchâtre composé de sels insolubles. Le phénomène était particulièrement accentué sur les panneaux dont les granulats avaient une couleur un peu plus sombre (figures 1 et 2).

Fig. 1 Teinte normale : les granulats foncés sont apparents. Fig. 2 Teinte plus claire : les granulats foncés sont recouverts de sels blanchâtres.

Les différences de tonalité constatées étaient de deux ordres :
  • d'une part, certaines parties de façade présentaient de larges pans de forme rectangulaire dont les limites correspondaient aux modules des échafaudages. Ce phénomène a pu se produire en raison du temps de réaction différent du produit d'une zone à l'autre
  • d'autre part, des coulées de teinte claire sont apparues aux endroits où l'on a utilisé le produit de nettoyage liquide (sous les angles de fenêtre, par exemple). Celles-ci s'expliquent par l'attaque complémentaire de l'acide fluorhydrique (plus réactif que le bifluorure d'ammonium), entraînant la formation d'une nouvelle quantité de sels insolubles. Les sels ainsi formés (fluorures de calcium) n'étant pas solubles dans l'eau, les bases ou les acides, seul un nettoyage à l'abrasif (grésage hydropneumatique, par exemple) est susceptible d'atténuer les différences de tonalité observées.


Nettoyage du béton aux composés acides fluorés Cas pratique : Nuances d'aspect sur des façades en béton de silex lavé nettoyées au moyen de produits chimiques


Y. Vanhellemont, ir., et A. Pien, ing., conseillers technologiques
Guidances "Rénovation des bâtiments" subsidiées par la DGTRE et l'IWT.