Chapes fluides à base de ciment 2005/03.09

Depuis quelques années, les chapes fluides à base de ciment ou d'anhydrite rencontrent un certain succès en Belgique pour l'exécution de couches d'égalisation de très mince épaisseur. Quant aux mortiers autonivelants à base de ciment, récemment introduits sur le marché belge, ils sont utilisés de longue date dans les pays scandinaves pour réaliser des chapes plus "épaisses".
Les chapes fluides désignent l'ensemble des revêtements de sol industriels et des couches d'égalisation mis en oeuvre (coulés) au moyen de mortiers autocompactants relativement liquides.

Vu le manque d'informations sur ces produits, tant à propos de leurs avantages et inconvénients que de leur conception et de leur mise en oeuvre, le CSTC vient de publier une brochure - éditée en collaboration avec le SBR (Stichting Bouwresearch) et NeMO (Nederlandse MortelOrganisatie) - qui dresse l'état des connaissances en la matière.
Coulage d'une chape autocompactante.

1. SPÉCIFICATIONS ET INFORMATIONS LIÉES AU PRODUIT

La composition des mortiers autonivelants à base de ciment diffère d'un fournisseur à l'autre et d'un produit à l'autre. Si l'on souhaite faire un choix judicieux, étudier les détails de l'ouvrage et préparer les travaux de manière appropriée, il y a lieu de s'informer auprès du fournisseur de mortier quant aux spécifications du produit et à ses applications.

Un certain nombre de propriétés doivent impérativement être vérifiées, à savoir :
  • l'épaisseur minimale et maximale du mortier; ces données seront fonction de la capacité du produit à limiter le retrait et de ses délais de séchage
  • l'aptitude du mortier autonivelant à être utilisé pour réaliser des chapes ou des couches d'égalisation adhérentes, non adhérentes ou flottantes. Cette caractéristique dépend avant tout de la capacité du produit à limiter le retrait. Les chapes fluides non adhérentes ou flottantes doivent toujours être dotées d'une armature (treillis) afin de répartir et de reprendre les contraintes de retrait
  • la durée de vie du mélange : celle-ci est généralement limitée à quelque 20 minutes dans le cas de chapes fluides à base de ciment confectionnées avec du mortier conditionné en sac ou provenant d'un silo. Par contre, si le mortier est fourni par une centrale, la durée de vie du mélange peut atteindre 2,5 heures.
Désaération et lissage d'une chape fluide.

2. CARACTÉRISTIQUES

Qu'elle soit à base de ciment ou d'anhydrite, une chape fluide possède quelques caractéristiques essentielles :
  • des qualités autocompactantes, qui lui permettent d'atteindre la résistance escomptée sans nécessiter de serrage manuel intensif. La chape présente ainsi une résistance constante sur toute sa superficie et une compacité suffisante même sur un support moins rigide (isolation, par exemple). Les conduites éventuellement mises en oeuvre dans l'ouvrage seront en outre correctement enrobées de mortier
  • un caractère autonivelant : la haute fluidité du mortier confère à la structure une bonne planéité sans nécessiter beaucoup d'énergie supplémentaire. Toutefois, cette propriété nécessite précisément de veiller plus particulièrement à l'étanchéité des joints, par exemple, entre éléments du support pour éviter tout écoulement de mortier à ces endroits
  • une grande rapidité d'exécution : l'aptitude au pompage et la haute fluidité des mortiers autonivelants les rendent particulièrement aptes à la réalisation de surfaces étendues
  • une pénibilité moindre : si le serrage manuel des chapes est un travail particulièrement éprouvant (notamment pour le dos et les genoux), la mise en oeuvre de la chape fluide est, quant à elle, nettement moins contraignante, puisque le chapiste opère en position debout.
Informations utiles
Document utile
Cementgebonden gietvloeren (CSTC - SBR - NeMO, disponible uniquement en néerlandais et en version papier) : conception, détails et mise en oeuvre des chapes fluides à base de ciment.

Recherche

Le CSTC a introduit en juin dernier une demande de subsides afin de poursuivre les recherches concernant les chapes fluides à base de ciment et d'anhydrite. L'étude, si elle est acceptée, portera principalement sur :
  • les propriétés du mortier à l'état humide
  • le taux d'humidité d'équilibre et la vitesse de séchage des chapes fluides
  • l'épaisseur requise des chapes non adhérentes et flottantes selon la résistance en traction par flexion, les contraintes exercées sur l'isolant et la déformabilité de celui-ci
  • les contraintes de retrait générées dans l'ouvrage
  • la compatibilité avec d'autres produits.




C. Van Ginderachter, ir., et B. Parmentier , ir.,
laboratoire "Structures, Menuiserie et Eléments de façade"