Développement de caissons à volet "acoustiques" 2005/03.07

Ces dernières années, plusieurs ateliers de menuiserie se sont attelés à mettre au point des châssis ouvrants à haute isolation acoustique. Cette démarche a conduit à la mise sur le marché de châssis dont l'indice d'affaiblissement dépasse 45 dB. L'étape suivante consistait à y intégrer des caissons à volet, sans qu'ils nuisent à l'isolation obtenue pour l'ensemble de la fenêtre. C'est aujourd'hui chose faite.
Fig. 1 : Il existe désormais des châssis à double ouvrant dont l'indice d'affaiblissement est de l'ordre de 45 dB.
Lors de la construction ou de la rénovation d'une habitation en zone bruyante, lorsqu'on veut protéger efficacement les locaux du bruit extérieur, il est indispensable de se pencher sur les éléments les plus faibles de la façade. En règle générale, les fenêtres sont les premiers éléments à traiter. Si, jusqu'il y a peu, la seule solution pour le traitement acoustique des baies passait par l'utilisation de doubles fenêtres, des développements récents ont permis de mettre au point des fenêtres ouvrantes atteignant une très bonne isolation (de l'ordre de 40 à 45 dB, voire davantage), sans avoir recours au système du double châssis (figure 1).

Intégrer à ce type de châssis un caisson à volet risque d'anéantir tous les efforts consentis au niveau des menuiseries. En effet, le volet et, surtout, le caisson dans lequel il s'enroule sont souvent des points faibles pour l'isolation acoustique de la façade. Intégré sans traitement dans un châssis acoustique, le caisson fera chuter la valeur d'ensemble de la fenêtre (figure 2).

Fig. 2 : Pour atteindre de hautes valeurs d'isolation, le traitement du caisson est indispensable.

Dans le cas d'un caisson en bois, si les panneaux sont légers, il sera nécessaire de les alourdir (plaques de plâtre revêtues de carton, feuilles à base de bitume, bois plus épais et plus dense, …) ou de les remplacer. Si les panneaux sont relativement épais et lourds (panneaux MDF de 22 mm, p.ex.), l'indice d'affaiblissement acoustique du coffre à volet sera suffisant, à condition de traiter également les autres points faibles du caisson. Il faudra ainsi garnir impérativement l'intérieur de laine minérale, afin d'éviter l'effet de résonance. Il faudra également remplacer la sangle manuelle par un système motorisé, afin de supprimer les risques de fuites. A noter que, pour des isolations de cet ordre (45 dB), le fait d'abaisser ou de relever le volet n'influence pour ainsi dire pas l'isolation de l'ensemble.

Pour les châssis acoustiques en aluminium et, surtout, pour les châssis en PVC, le caisson est souvent constitué d'un matériau trop léger pour assurer une isolation comparable à celle du châssis. Il est donc indispensable de traiter également le coffre lui-même. Habituellement, le doublage du caisson s'effectue par l'extérieur (caisson complémentaire).

Dans le cadre de la Guidance technologique "Acoustique", le CSTC a collaboré au développement d'un caisson acoustique entièrement en PVC, ne nécessitant pas de doublage extérieur du coffret. La première étape a consisté à alourdir les panneaux en collant sur leurs faces intérieures des feuilles composées d'un matériau lourd. Ensuite, il a fallu réduire la résonance au sein du caisson, tout en tenant compte de l'espace restreint disponible pour intégrer l'absorbant. Le choix de ce dernier s'est porté sur une mousse à cellules ouvertes à laquelle on pouvait donner une forme géométrique stable dans le but de ne pas gêner l'enroulement du volet.

Le problème du risque de pont phonique le long de la sangle a été résolu par l'utilisation d'un système motorisé. On a également limité l'entrée du bruit au droit du passage du volet dans le caisson, en combinant deux joints cylindriques, écrasés de part et d'autre du volet, assurant ainsi une étanchéité à l'entrée du caisson.

In situ, il est certain que, lorsqu'on utilise des matériaux à haute isolation, la moindre faiblesse d'un élément risque de détériorer l'isolation de tout l'ensemble. On veillera dès lors, en cas d'utilisation de ce type de châssis de fenêtre, à une mise en oeuvre extrêmement soignée. Le raccord avec la structure devra être parfaitement étanche : utilisation d'absorbants à cellules ouvertes pour l'isolation périphérique et de mastic élastique pour l'ensemble des resserrages. Sans ces précautions, on perd tout l'intérêt de mettre en oeuvre une fenêtre à hautes performances acoustiques.



M. Van Damme, ing., chef de projet et conseiller technologique