De nouvelles normes "béton" (partie 2) 2005/03.06

Bien avant la parution de la norme NBN B 15-001 (2004), nous vous faisions part, dans un précédent article de CSTC-Contact (n° 3 de 2004), de quelques-unes des principales modifications introduites par cette nouvelle norme qui constitue le supplément belge à la norme européenne NBN EN 206-1 (2001). Ces deux documents remplacent la norme NBN B 15-001 (1992) pour ce qui concerne la certification BENOR des bétons. Dès janvier 2006, le béton BENOR devra être spécifié et livré suivant ces deux normes.
Les modifications suivantes ont été traitées dans le précédent article :
  • élargissement des classes de résistance
  • nouvelles classes d'exposition de la norme européenne et classes d'environnement définies dans le supplément belge
  • limitation de la teneur en chlorures.
Dans le présent article, nous abordons d'autres modifications.

1. LA MISE EN OEUVRE

Elle n'est plus considérée dans les deux normes actuelles. D'autres normes traitent de ce point (comme la NBN ENV 13670-1, par exemple).

2. LA CONSISTANCE DU BÉTON

Les méthodes d'essai sont similaires, mais des divergences apparaissent sur le plan des appareillages et des classes.

3. LES CONSTITUANTS DU BÉTON

L'interdiction du chlorure de calcium a déjà été évoquée. Mais on peut noter des modifications quant à la prise en compte des additions de type II (non inertes). Grâce au concept de facteur k, celles-ci peuvent être prises en considération dans la composition du béton pour le calcul de la teneur en ciment et du rapport eau/ciment (E/C).

Dans la norme européenne, des valeurs de facteur k sont précisées pour les cendres volantes et la fumée de silice utilisées avec un ciment Portland. Ces valeurs sont fournies également dans le supplément belge pour les cendres volantes utilisées avec d'autres ciments ainsi que pour le laitier de haut fourneau. Des restrictions sont par ailleurs formulées pour certaines cendres volantes utilisées dans un environnement avec gel et sels de déneigement.

4. L'INTRODUCTION DES TYPES DE BÉTON

Le concept de "type de béton" est utilisé pour déterminer la relation entre les exigences de durabilité dans les 18 classes d'exposition (cf. CSTC-Contact n° 3/2004) et les exigences relatives à la composition du béton. Une valeur minimale de résistance en compression est ainsi liée à des teneurs minimales en ciment et des facteurs E/C maximum. La résistance en compression n'est pas pour autant un paramètre permettant d'assurer la durabilité du béton. Elle est complémentaire aux deux autres exigences et signifie que le béton ne déroge pas à ces deux exigences. Ce critère permet d'éviter des "non-sens" constatés dans le passé, où des bétons de faible classe de résistance étaient prescrits parallèlement à des exigences sévères en termes de facteur E/C et de teneur minimale en ciment.

A chaque classe d'exposition correspondent des exigences de durabilité, exprimées sous la forme d'un type de béton déterminé et éventuellement d'exigences complémentaires. En considérant, pour chacune des classes d'environnement, les classes d'exposition qui y sont liées et en sélectionnant le ou les types de béton les plus sévères pour chaque classe d'environnement, des types de béton sont associés à chaque classe d'environnement.

5. LA LIMITATION DE L'ABSORPTION D'EAU PAR IMMERSION

La précédente édition de la norme NBN B 15-001 fournissait des indications quant à l'obtention d'un béton imperméable à l'eau, qui conduisaient à limiter le facteur E/C et l'absorption d'eau par immersion.

Dans la version de 2004, une annexe informative donne des spécifications pour l'obtention d'un béton dont l'absorption d'eau est limitée. Il s'agit d'une des exigences complémentaires à préciser éventuellement lors de la spécification du béton. Il est à noter que les résultats des essais ne donnent qu'une estimation grossière de la durabilité potentielle du béton et n'apportent en aucun cas la preuve de l'étanchéité du béton à l'eau et aux liquides.

6. LA DIMENSION NOMINALE DU PLUS GROS GRANULAT

La norme NBN EN 206-1 stipule que le maximum de la dimension nominale des granulats (Dmax) est choisi en prenant en compte l'épaisseur d'enrobage des armatures et la dimension minimale des sections. La norme NBN B 15-001 apporte des informations détaillées quant au choix du Dmax dans l'annexe P informative.

7. LA SPÉCIFICATION DU BÉTON

Le béton doit être prescrit soit sur la base de propriétés spécifiées, soit selon une composition définie. Dans ce dernier cas, il incombe au prescripteur de s'assurer que la composition permettra d'atteindre les performances attendues ou demandées tant à l'état frais qu'à l'état durci et que le béton est conforme à la norme. Lors de la spécification d'un béton à propriétés spécifiées, la préférence est accordée à l'usage des classes d'environnement plutôt qu'à celui des classes d'exposition.

Informations utiles
Lien utile
Site Internet de la Fédération de l'industrie cimentière belge : www.febelcem.be

Document utile

Dossier Ciment n° 34 "Prescription des bétons selon les normes NBN EN 206-1:2001 & NBN B 15-001:2004. Avec exemples de spécifications de bétons et cahier des charges-type" (Fédération de l'industrie cimentière belge)




V. Pollet, ir., chef de division adjoint, Division Technologie et Environnement, CSTC
J. Apers, ir.-arch., Febelcem, secrétaire du Groupement belge du béton
J. Desmyter, ir., chef de division, Division Technologie et Environnement, CSTC