Opticost : vers l’optimisation des coûts de construction

Le projet de recherche Opticost subsidié par la Wallonie s’est donné pour objectif d’analyser, d’une part, les aspects techniques qui pourraient influencer les coûts de construction et, d’autre part, les aspects organisationnels qui permettraient de réduire les coûts de fonctionnement de l’entreprise.

Aspects technicoéconomiques

Cette partie de la recherche consiste en une comparaison détaillée des coûts de différents systèmes constructifs. Une typologie de bâtiment et un premier système ont pu être identifiés sur la base d’une étude consacrée aux habitudes constructives actuelles en Wallonie pour les logements collectifs. A partir de ce système constructif, sept autres systèmes ont été sélectionnés avec les membres du comité de pilotage (entrepreneurs, représentants des sociétés de logements et ingénieurs du CSTC). Pour chacun de ceux-ci, les documents descriptifs et les métrés ont été établis sur la base du cahier des charges type CCTB 2022 et en respectant au minimum la réglementation PEB 2017 et les réglementations en matière d’incendie et d’acoustique. Ces documents ont permis de réaliser le calcul détaillé des coûts.

Attention, car le calcul des coûts ne peut être extrapolé à tous les projets, chaque projet étant caractérisé notamment par son environnement, son architecture et ses exigences spécifiques. Par ailleurs, dans le cadre de cette étude, le calcul est basé uniquement sur le coût de construction. Les coûts de maintenance n’ont, par exemple, pas été pris en considération.

L’analyse des coûts directs totaux et du prix de revient des différents systèmes constructifs nous montre les résultats suivants (comparaison par rapport au S1) :
  • S1 (blocs silicocalcaires) : 100 %
  • S2 (blocs de béton) : 102 %
  • S3 (blocs de terre cuite) : 101 %
  • S4 (éléments préfabriqués en blocs de terre cuite) : 101 %
  • S5 (colonnes et poutres préfabriquées en béton et blocs de béton) : 111 %
  • S6 (colonnes et poutres préfabriquées en béton et éléments silicocalcaires) : 106 %
  • S7 (structure à ossature en bois) : 111 %
  • S8 (structure en CLT (bois massif)) : 111 %.

Les différents systèmes constructifs et la répartition des coûts par lot et par ressource.
Cette analyse permet également de mesurer l’impact des différents systèmes constructifs sur la répartition des coûts des divers lots et des ressources (voir graphique).

Elle révèle peu d’écart entre les huit systèmes constructifs pour le cas étudié. Le choix d’un système constructif ne devrait donc pas se baser uniquement sur le coût, mais il devrait être mis en perspective avec d’autres facteurs tels que le délai d’exécution, l’impact environnemental, la modularité, les coûts de maintenance…

Aspects organisationnels

Les coûts d’un projet de construction peuvent également être optimisés au niveau de l’organisation de l’entreprise. Sur la base des inefficacités généralement rencontrées, une liste de solutions organisationnelles permettant d’optimiser les coûts de gestion a été établie.

Les résultats détaillés de la recherche seront mis à disposition sur le site Internet du CSTC.


M. Huerdo Fernandez, arch., conseiller principal, service BIM et techniques de l’information, CSTC
F. Suain, ing., conseiller principal senior et D. Pirlot, m. s. c. f., chef de division, division Gestion et qualité, CSTC