Etanchéité à l’eau des douches à l’italienne dans les maisons unifamiliales

Le terme ‘douche à l’italienne’ recouvre toutes les douches sans seuil ou avec un seuil très peu élevé (max. 2 cm). Le support est généralement réalisé au moyen d’une chape, de panneaux à carreler ou d’un receveur préfabriqué. Ce type de douche a de toute évidence trouvé sa place dans la salle de bain moderne. Cet article traite du mode d’application de la membrane d’étanchéité à l’eau.

1. Etanchéité à l’eau : attention aux détails !

Dans une douche à l’italienne carrelée, l’étanchéité à l’eau du carrelage ne suffit pas à empêcher une éventuelle infiltration d’humidité via le sol, les parois verticales et les raccords de celles-ci avec le sol. Même en utilisant des produits de pose et de jointoiement très résistants à l’eau (notamment les colles de type R, selon la norme NBN EN 12004, et les produits de jointoiement de type RG, selon la norme NBN EN 13888), le risque d’infiltration via les fissures entre les carreaux et les joints n’est jamais tout à fait exclu.

La façon dont les parois, le sol et leurs raccords sont étanchéifiés dépend fortement de la conception de la douche. Cet article se penche sur trois méthodes courantes.

1.1. Douche à l’italienne sur panneaux à carreler

Les panneaux servant de support au revêtement carrelé doivent être mis en œuvre selon les directives du fabricant. Alors que ces panneaux présentent en principe une résistance à l’eau suffisante, ce n’est pas le cas des raccords et des joints entre ceux-ci. Des colles-mastics sont généralement utilisées pour assembler les panneaux entre eux. Afin de rendre les joints étanches à l’eau, il est également possible de recourir à des membranes d’étanchéité. Il est essentiel que l’étanchéité soit réalisée avec les produits adéquats, qu’il s’agisse des raccords entre les panneaux et le sol de la salle de bain, entre le sol de la douche et l’évacuation, entre les panneaux et les parois verticales ou entre les parois elles-mêmes. Il est recommandé d’opter pour des panneaux, des bandes d’étanchéité et pièces d’angle ainsi que des colles provenant d’un même système bénéficiant des garanties du fabricant.

1.2. Douche à l’italienne avec receveur préfabriqué

Concernant les douches munies d’un receveur préfabriqué, les recommandations sont les mêmes que pour l’étanchéité du bord d’une baignoire. Il convient de veiller à ce que l’étanchéité à l’eau des parois soit bien raccordée au receveur de douche, afin que l’eau ne s’infiltre pas entre le receveur et la paroi. Le joint entre ces deux éléments peut être étanchéifié de diverses manières, notamment par l’application d’un profilé ou d’un fond de joint qui sera ensuite parachevé au moyen un mastic souple. Si le receveur a été fabriqué en usine avec une membrane d’étanchéité précollée, celle-ci doit être raccordée à l’étanchéité à l’eau de la paroi verticale.

1.3. Douche à l’italienne sur chape carrelée

Différents produits permettent de protéger le support des douches à l’italienne contre les infiltrations d’humidité. Ceux-ci ont été présentés dans Les Dossiers du CSTC 2010/2.11. Il existe actuellement de nombreux autres matériaux innovants tels que des produits d’étanchéité à l’eau à projeter, à vaporiser et/ou autoadhésifs.

1 | Mise en œuvre d’une étanchéité liquide. (Source : Peter Goegebeur)


2 | Mise en œuvre des bandes d’étanchéité dans les zones critiques. (Source : Blanke)
En cas d’application d’un produit d’étanchéité à l’eau sous forme liquide ou pâteuse (voir figure 1), les zones critiques (angles, robinets, évacuations…) doivent être munies, une fois le primaire sec, de bandes d’étanchéité (voir figure 2), de préformés d’angle ou de manchons. Le système d’étanchéité à l’eau pourra ensuite être appliqué sur l’ensemble de la surface.

Si le système d’étanchéité de la douche à l’italienne est constitué de membranes, le raccord avec les éléments de construction adjacents représente également une zone sensible. Il convient alors généralement de poser la membrane sur la couche de colle appliquée au sol. Les bords de la membrane sont ensuite remontés jusqu’à environ 10 cm au-dessus du revêtement carrelé à mettre en œuvre, de manière à former une sorte de cuvette. L’étanchéité est ensuite posée sur la paroi, et recouvre ainsi le relevé de la membrane.

Une autre technique consiste à étanchéifier tout d’abord les parois et le sol et de poser ensuite les bandes d’étanchéité et les préformés d’angle au droit des raccords entre le sol et les parois.

Le raccord entre la chape et l’évacuation doit également être réalisé avec soin. Le sol entourant le point d’évacuation est généralement rendu étanche au moyen d’une pâte ou d’une membrane et d’une colle appropriée. Il existe également des évacuations de douche munies d’une bride fixée au sol ou au mur. Le système d’étanchéité à l’eau peut y être raccordé.

2. Eléments requérant une attention particulière lors de la conception et du parachèvement

Pour que l’évacuation de la douche soit correctement mise en œuvre, une hauteur de chape minimale doit toujours être respectée. En effet, la chape doit non seulement pouvoir intégrer le siphon – de préférence d’une hauteur de 5 cm –, mais il doit également être possible d’y incorporer les conduites d’évacuation horizontales en respectant une pente de 1 %, et d’assurer l’évacuation de débits importants (douches à effet de pluie). Si l’évacuation est trop petite, l’espace de douche pourrait très vite être inondée. Le système d’évacuation doit par ailleurs être régulièrement nettoyé afin d’éviter toute obstruction. La norme NBN EN 1253-1 relative aux avaloirs pour bâtiments spécifie notamment les débits minimums pouvant être évacués. Un avaloir de sol conforme à cette norme doit en principe être apte à évacuer le débit produit par le pommeau de douche.

La chape et le carrelage devraient présenter une pente minimale de 1,5 % vers l’évacuation afin d’éviter que l’eau ne stagne sur les carreaux.

3. Matériaux de revêtement

Le choix des revêtements muraux et de sol est avant tout un choix esthétique. Concernant les douches à l’italienne, et en particulier le sol de ces douches, il faut toutefois veiller à ce que les matériaux utilisés soient adaptés à une application dans des pièces humides. D’une manière générale, les revêtements de sol et de murs devront être faciles à entretenir, peu glissants, peu absorbants à l’eau et résistants aux projections d’eau. Les matériaux par excellence à cet égard sont les carreaux mosaïques, les carreaux céramiques et les pierres naturelles. Les mesures spécifiques concernant ces matériaux seront abordées dans la version intégrale de cet article.


Volledig artikel


T. Vangheel, ir., chef adjoint du laboratoire Matériaux de gros œuvre et de parachèvement, CSTC
D. Nicaise, dr. sc., chef du laboratoire Minéralogie et microstructure, CSTC