La révolution industrielle 4.0 : des technologies numériques au service de nos métiers

La révolution industrielle 4.0 s’appuie sur une nouvelle façon d’organiser la production. Les technologies interconnectées et l’Internet des objets sont au cœur de ce bouleversement. La technologie se met ainsi plus que jamais au service de nos métiers. Nous devons donc nous y intéresser, mais cet enthousiasme ne doit pas occulter la nécessité d’encadrer les avancées technologiques. C’est précisément le rôle du Comité technique BIM & ICT.

BIM signifie Building Information Model et ICT Information and Communication Technologies. Le premier repose sur une modélisation numérique du bâtiment, non plus composée de lignes mais d’objets numériques, reflet des matériaux et des systèmes qui seront mis en œuvre sur le chantier réel. On peut ainsi avoir une image fidèle de ce que sera la réalité en phase d’exécution. Quant à l’acronyme ICT, il couvre l’ensemble des technologies servant à l’échange d’informations. Tant le BIM que l’ICT concernent donc ce qui se trouve au cœur de la 4e révolution industrielle : le partage de l’information. Celui-ci doit permettre d’éviter les saisies multiples, sources d’erreurs et d’inefficacité, afin de mieux anticiper et de mieux planifier pour ne plus avoir de surprises sur chantier. Et demain, c’est avec les robots, les drones ou l’imprimante 3D que nous pourrons communiquer grâce au numérique. Car l’industrie 4.0, c’est aussi cela : une constellation d’outils au service de ceux qui conçoivent, fabriquent, gèrent, construisent ou rénovent. Fini le temps où l’innovation dans notre secteur pouvait être perçue comme silencieuse.

Pour le CSTC, il s’agit d’un défi, mais aussi d’une opportunité. Les recommandations formulées dans les Notes d’information technique pourront en effet être mises à la disposition des utilisateurs au sein même de la maquette numérique. Imaginez un programme qui vous préviendrait que la composition d’une paroi n’est pas conforme aux recommandations ou que les délais d’exécution préconisés ne permettent pas un séchage satisfaisant d’une chape destinée à recevoir un parquet.

Le CSTC est au service de tout le secteur pour améliorer la compétitivité et la qualité. Telle est aussi la finalité de la révolution industrielle 4.0. Nous souhaitons donc continuer à jouer pleinement notre rôle de moteur, afin que tous évoluent de concert. Il existe un BIM et des outils numériques à la mesure de chacun, pour les grandes entreprises comme pour les artisans.

Ce CSTC-Contact a pour objectif de vous en convaincre et de vous inciter à franchir le cap, car il y va de votre avenir.