Maçonnerie et revêtement de façade 2005/01.05

Depuis quelques années, les secteurs de la maçonnerie et du revêtement mince de façade connaissent de notables évolutions : de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques de mise en œuvre offrent aujourd'hui la possibilité de réaliser des ouvrages toujours plus performants, tant sur le plan physique et mécanique que sur le plan de l'esthétique et de la durabilité. Certaines techniques conduisent en outre à une amélioration des conditions de travail sur chantier.
Isolation acoustique des maçonneries
Plus sévères que les précédentes, les nouvelles normes acoustiques entreront en vigueur dès la fin 2005 et auront des répercussions sur les modes de construction. Dans le secteur du gros œuvre, les premiers systèmes acoustiques intégrés pour appartements, au développement desquels le CSTC a collaboré, seront bientôt commercialisés. Des couches intermédiaires plus élastiques feront en outre leur apparition dans le logement multifamilial, afin d'y réduire la transmission latérale du bruit entre appartements.

Maçonnerie

En ce qui concerne la maçonnerie, ce dynamisme à l'échelle belge et européenne porte à la fois sur le développement de nouvelles techniques de mise en œuvre et sur le développement des matériaux.
  • Techniques de mise en œuvre : l'encollage à joints “minces” est apparu tant pour les maçonneries portantes que pour les maçonneries de parement. La truelle ancestrale s'est vue concurrencée par le pistolet et la pompe, et les bacs roulants ont parfois été munis d'un vibreur (voir photo ci-dessous). Afin de faciliter la manipulation des éléments, des outillages particuliers et des robots de manutention pour les grands éléments de maçonnerie se sont également développés. Les résistances améliorées autorisent même la préfabrication de pans de mur entiers.



  • Matériaux : des mortiers pour couches minces permettent aujourd'hui d'atteindre des résistances mécaniques plus élevées, d'obtenir un aspect esthétique totalement différent et de limiter le risque d'efflorescences. Le format de certains éléments de maçonnerie a dû être adapté pour pouvoir réaliser des joints excessivement minces. Dans certains cas, ces mêmes éléments ont été rainurés afin de faciliter l'ajustement des quantités de mortier (photo ci-contre).
Si de telles innovations visent à améliorer les caractéristiques des maçonneries, elles peuvent aussi nécessiter d'adapter ou de compléter les normes et documents techniques en vigueur. C'est la raison pour laquelle le CSTC a entrepris des recherches notamment dans le domaine de la maçonnerie collée. Celle-ci n'ayant pas encore subi la sanction de l'expérience, il s'agit de confirmer qu'elle possède les qualités requises, en étudiant entre autres l'incidence des joints verticaux ouverts sur le comportement hygrique et sur les performances d'étanchéité de la maçonnerie de parement.

Informations utiles

Pierre naturelle

Autre matériau traditionnel par excellence, la pierre naturelle connaît, elle aussi, des évolutions considérables. La parution des normes européennes d'essai et des normes de produit harmonisées a engendré des changements significatifs, notamment dans la façon de présenter une fiche technique ou de dénommer correctement une pierre naturelle. Le CSTC et son Comité technique Pierre et marbre travaillent actuellement à la mise au point d'une information précise sur l'utilisation de la pierre dans le bâtiment et élaborent une cinquantaine de nouvelles fiches techniques. L'ensemble, adapté aux normes les plus récentes, sera diffusé prochainement sur le site Internet du CSTC.

En ce qui concerne les produits finis et la mise en œuvre, notons la tendance à laisser les joints ouverts entre éléments de façade, un principe d'exécution qui peut parfois imposer un compartimentage, afin d'éviter les risques d'humidification de l'isolant.

Un autre exemple d'innovation est celui des panneaux de marbre collés sur verre (photo ci-dessous), qui permettent d'associer une architecture traditionnelle en pierre naturelle à des créations plus contemporaines mettant en œuvre des techniques de vitrage extérieur collé (VEC) ou attaché (VEA).

Ces techniques innovantes ainsi que d'autres seront évaluées et décrites dans la nouvelle édition de la NIT 146 relative aux revêtements minces de façade en pierre naturelle, dont la révision commencera en 2005.