Avertissement
Cet article a but pour de commenter les imprécisions contenues dans les prescriptions des normes actuelles. Il n'a pas la prétention de servir, à lui seul, de guide dans le choix du type de ciment. Celui-ci nécessite en effet de prendre en compte l'ensemble des facteurs de dégradation potentiels liés à l'environnement du béton (carbonatation, réaction alcalis-silice, gel, diffusion des chlorures, …).

Attaques chimiques des bétons 2004/04.09

Le béton est régulièrement soumis à des conditions environnementales agressives. Citons le cas des constructions agricoles, des installations industrielles et des égouts. Selon une étude flamande, dans 87 % des fermes d'engraissement de porcs, les granulats des bétons sont exposés aux attaques acides après 15 ans d'utilisation.
Le béton étant un matériau basique, il est donc attaqué par les acides. Ceux-ci réagissent avec les composés calciques du béton pour mener à la formation de sels de calcium. Lorsque la circulation de l'acide est suffisante pour éliminer continuellement ces sels, l'attaque se renouvelle sans cesse.

La norme NBN EN 206-1 prévoit trois classes d'exposition pour le béton soumis à des attaques chimiques. Plus le milieu est agressif, plus la porosité du béton doit être faible. C'est pourquoi la norme émet une série d'exigences quant à la composition du béton.

Informations utiles
Lien utile
Rubrique 'Services', Aide à l'innovation sur ce site web

Les résultats d'une campagne d'essais menée au CSTC, au cours de laquelle une méthode a été développée en vue de simuler l'attaque chimique des bétons, ont permis de mettre en évidence quelques imprécisions de la norme :
  • les classes d'exposition préconisées sont définies en fonction de l'acidité (pH) de l'environnement, alors que l'attaque du béton dépend de la concentration de l'acide
  • plus la classe d'exposition est sévère, plus la teneur en ciment recommandée est élevée. Les résultats obtenus avec un ciment du type CEM I 42,5 R montrent cependant que l'augmentation de la quantité de ce ciment entraîne une accélération de l'attaque
  • lors d'une attaque avec de l'acide acétique, les pertes les plus faibles ont été obtenues avec les ciments composés CEM II/A-M 32,5 R et CEM II/B-M 32,5 ainsi qu'avec les ciments de haut fourneau HSR LA contenant au moins 65 % de laitier (CEM III/B 42,5 HSR LA, par exemple). Par contre, dans le cas d'une attaque par du sel d'ammonium, la perte était 30 % plus élevée avec le ciment CEM III/B 42,5 HSR LA qu'avec le ciment CEM I 42,5 R
  • en présence de granulats de porphyre, les pertes sont quatre fois plus lentes qu'avec des granulats calcaires, alors que rien n'est précisé dans la norme à ce propos.




V. Dieryck, ir., et J. Desmyter, ir.