Tolérances sur les ouvrages en béton : NBN ENV 13670-1 2004/04.04

Dans l'édition de CSTC-Magazine parue au printemps 1999, un article consacré aux tolérances sur les ouvrages en béton coulé in situ commentait un projet de norme européenne relatif à l'exécution des structures en béton. En avril 2000 paraissait la norme belge NBN ENV 13670-1, basée sur cette prénorme européenne. Nous examinons ici les modifications qu'elle implique par rapport aux informations publiées à l'époque.
Si le projet de norme européenne prEN et la norme NBN ENV 13670-1 font une distinction entre les tolérances normatives (N) et les tolérances informatives (I), les deux documents divergent cependant sur quelques points importants, que nous explicitons ci-après.

1. Les classes de tolérance

Le projet de norme prEN distingue :
  • la classe de tolérance 1, dite 'normale'
  • la classe de tolérance 2, utilisée pour les ouvrages spéciaux requérant une inspection approfondie.
Bien que ces deux classes soient toujours d'application dans la norme NBN ENV 13670-1, celle-ci ne mentionne plus que les valeurs de la classe de tolérance 1; celles de la classe de tolérance 2 sont censées être définies au niveau national (ce qui n'a pas été réalisé pour l'heure).

2. L'enrobage des armatures

Le projet de norme prEN donnait des valeurs pour les écarts admissibles positifs et négatifs sur la position des armatures par rapport au recouvrement de béton. Dans le cas d'éléments en béton armé d'une section de 2,5 m de haut, l'écart positif était de 3 cm; dans la norme NBN ENV 13670-1, il est limité à 2 cm.

3. Les tolérances d'exécution des baies et des évidements

Dans le projet de norme prEN, les écarts admissibles sur l'emplacement des ouvertures (D1), sur leurs dimensions (D2) et sur leur position par rapport aux parois de l'élément (D3) variaient en fonction de la classe de tolérance considérée. Dans la norme NBN ENV 13670-1 actuelle, ces valeurs sont identiques et s'élèvent à ± 25 mm.




V. Pollet, ir., Antenne Normes «Mortier-Béton»