Variations de teinte des joints des maçonneries de parement 2013/03.11

43 % des questions adressées à la division Avis techniques concernant la réception des joints des maçonneries de parement ont trait à l'évaluation de l'aspect du jointoiement. Cette problématique, qui touche autant les joints dosés in situ que prédosés, a déjà été abordée dans l'Infofiche 25, dans Les Dossiers du CSTC 2010/1.10, ainsi que dans la NIT 208. Cet article apporte quelques nuances ainsi qu'un complément d'informations à la littérature existante.
Les variations de teinte sont dues à divers facteurs. Cet article traite en détail des causes principales, à savoir :
  • les légères variations qui étaient déjà présentes dans les constituants du mortier de jointoiement (les irrégularités de teinte du sable et du liant utilisés, par exemple)

  • les petites différences dans la composition du mortier, ce qui est difficile à éviter si le mortier est dosé sur chantier

  • les modifications des conditions climatiques pendant la mise en œuvre ou lors du séchage

  • des différences dans la structure et le profilage des joints.
S'il s'agit d'un mortier prédosé à partir d'un même lot de fabrication, il est possible de contrôler les deux premiers facteurs. Il va de soi qu'il faut toujours respecter la quantité d'eau de gâchage recommandée. Il se peut toutefois que, même avec un mortier de jointoiement prédosé, des variations de teinte surviennent en raison d'une modification des conditions climatiques au moment de l'exécution des travaux et à une structure ou un profilage différents.

  ECHANTILLON 1   ECHANTILLON 2
Les éventuelles variations de teinte seront plus visibles lorsque les joints sont foncés et lorsque leur couleur doit se rapprocher le plus possible de celle de la maçonnerie. Ainsi, les variations seront moins flagrantes avec une maçonnerie rouge (nuancée) traditionnelle et un mortier de jointoiement gris qu'avec une maçonnerie et un joint ton sur ton. Par souci d'exhaustivité, nous tenons à signaler que la technique de jointoiement peut également avoir un impact. En effet, le risque d'obtenir des variations de teinte est plus important avec la technique de jointoiement dite 'en montant'.

Compte tenu de la multiplicité des facteurs d'influence, qui sont, par ailleurs, souvent difficiles à maîtriser, l'absence de variations n'est jamais entièrement garantie. Signalons également que l'apparition d'efflorescences peut également nuire à l'aspect du jointoiement, a fortiori si les joints et la maçonnerie sont de teinte foncée.

Causes potentielles

Les paramètres étant nombreux, il est difficile de déterminer l'influence d'un facteur particulier. Les recherches en laboratoire ne permettront donc pas toujours de tirer des conclusions avec certitude. Ainsi, une modification du taux d'humidité relative de l'air extérieur au moment de la mise en œuvre des joints ou lors de leur séchage peut entraîner une modification de l'aspect.

Une analyse pétrographique comparative du mortier de jointoiement peut néanmoins permettre de déterminer la nature, la taille et la répartition des granulats, la porosité, la carbonatation du liant, … Les figures ci-contre illustrent les résultats d'une analyse pétrographique. Il en ressort que la variation de teinte observée est due à :
  • une différence de porosité au droit de la surface (flèche bleue) : dans l'échantillon 2, les grains de sable (A) sont entièrement recouverts d'une couche de ciment (C) tandis que, dans l'échantillon 1, ce recouvrement est plus local

  • à une différence de structure de la surface.

Evaluation

L'évaluation de l'aspect des joints n'a lieu, en principe, que deux mois après la mise en œuvre. Le contrôle est effectué à l'œil nu sous un éclairage naturel et à une distance de 3 m. En cas de désaccord, il est possible d'effectuer un contrôle objectif à l'aide d'un colorimètre. A défaut de règles précises permettant d'évaluer les variations de teinte des joints, la NIT 208 renvoie aux prescriptions applicables aux variations de teinte des panneaux de façade en béton architectonique (voir l'article 'Façades en béton architectonique' paru dans CSTC-Magazine, automne 1994). Si les variations de teinte dans les joints donnent lieu à la formation de bandes sur la face visible, une valeur ΔE de 5 unités est tolérée, sur la base de six mesures réalisées sur la surface à contrôler. En revanche, si les variations de teinte apparaissent de manière irrégulière sur la façade, une valeur ΔE de 10 unités est admise.

Recommandations

Afin d'obtenir l'aspect le plus uniforme possible, il est recommandé de prêter suffisamment attention à la composition du mortier lorsque celui-ci est dosé sur chantier. Si celui-ci est prédosé, il convient d'utiliser des mélanges provenant d'un même lot (pour lequel les composants sont issus, eux aussi, d'un même lot). Par ailleurs, il vaut mieux toujours respecter les recommandations du fabricant, notamment en ce qui concerne la quantité d'eau à ajouter. Enfin, il est préférable d'effectuer, par façade, les travaux de jointoyage en une seule fois.
S. Eeckhout, ing., conseiller principal,
division Avis techniques, CSTC