Transport vertical dans les habitations 2012/04.18

Vu le vieillissement croissant de la population et le coût que celui-ci entraîne pour la société, il convient de faire en sorte que les personnes âgées puissent rester autonomes le plus longtemps possible. Durant les dernières années de la vie, cette autonomie est bien souvent déterminée par leur capacité à franchir certaines différences de niveaux (telles que les seuils) ou à gravir un escalier seules. L'installation d'un ascensiège, d'une plate-forme élévatrice ou d'un ascenseur pourrait alors être envisagée.
Le système adéquat sera choisi sur la base de divers facteurs :

  • l'environnement dans lequel l'engin sera placé

  • des facteurs liés aux utilisateurs, qui déterminent si le type d'engin envisagé représente la solution la plus appropriée (à long terme)

  • les types d'engins disponibles

  • les conditions fixées par les instances subsidiantes (si on souhaite bénéficier d'une intervention financière).
Dans le cadre de la construction adaptable, il pourrait être utile de prévoir les dispositions architectoniques nécessaires à l'intégration ultérieure d'un engin élévateur. La version intégrale de cet article abordera ce point en détails.

Les engins élévateurs peuvent être classés selon qu'ils doivent satisfaire à la directive sur les ascenseurs (95/16/CE et ses mises à jour) ou à la directive sur les machines (2006/42/CE). L'un des critères permettant de les différencier est celui de la vitesse. Ainsi, les engins de levage dont la vitesse maximale n'excède pas 0,15 m/s ne sont pas des ascenseurs mais des machines. Parmi celles-ci, on peut distinguer, grosso modo, les plates-formes élévatrices verticales ou inclinées, d'une part, et ascenseurs d'escalier ou ascensièges, d'autre part.

La norme européenne NBN EN 81-70 précise les règles de sécurité pour la mise en œuvre d'un ascenseur accessible. Les exigences concernent notamment les dimensions de la cabine et la largeur de la porte et vise à garantir l'accessibilité à l'ascenseur. Prenons, par exemple, un ascenseur de 110 cm de largeur et 140 cm de profondeur, équipé d'une porte de 90 cm de largeur. Selon la norme, ce type de cabine assure une bonne accessibilité tant aux fauteuils roulants manuels (NBN EN 12183) qu'aux fauteuils électriques de type A ou B (NBN EN 12184).

Afin de respecter ces dimensions minimales, il importe que la cage d'ascenseur, le sommet de celle-ci, la cuvette et la salle des machines soient correctement dimensionnés. La seule norme qui fournit ces dimensions est la norme ISO 4190-1 (cf. tableau).

Ce document est toutefois incomplet, car d'importantes informations de mesurage font défaut (dimensions du cadre de la porte, p. ex.). Si l'on compare le tableau ci-dessous aux informations obtenues auprès des fabricants, il semble également que ces dernières diffèrent bien souvent des valeurs mentionnées, notamment en raison de :

  • variantes d'exécution propres au fabricant

  • la mise en œuvre fréquente d'ascenseurs sans salle des machines

  • la réduction des dimensions de d3 (profondeur de la cuvette) et de h1 (marge de hauteur) pour l'installation de nouveaux ascenseurs dans des bâtiments existants (selon l'AR du 6/12/2005).
Dimensions figurant dans la norme ISO 4190-1 pour un ascenseur électrique dont la cabine mesure 110 x 140 cm, dont la porte possède une largeur de passage de 90 cm et dont la vitesse est de 1 m/s (¹).
b1 (²) Largeur de la cabine 110 cm b3 Largeur de la cage 170 cm
b2 (²) Largeur de la porte 90 cm b4 Largeur de la salle des machines 190 cm
d1 (²) Profondeur de la cabine 140 cm d3 Profondeur de la cuvette 140 cm
d2 Profondeur de la cage 190 cm d4 Profondeur de la salle des machines 370 cm
h1 Marge de hauteur 370 cm h3 (²) Hauteur de la porte 210 cm
h2 Hauteur de la salle des machines Déterminé au niveau national h4 (²) Hauteur de la cabine 220 cm
(¹) Il s'agit de dimensions minimales et donc de limites inférieures admissibles. Pour les bâtiments de moins de 20 étages, un écart admissible supérieur K de 50 mm a été fixé.

(²) Dimensions de l'ascenseur même. Les autres dimensions figurant dans ce tableau se rapportent au gros œuvre.


Représentation schématique de l'ascenseur présenté dans le tableau ci-dessus
Par ailleurs, qu'il s'agisse de la construction durable ou de l'adaptation de l'habitat, nous disposons rarement de l'espace suffisant pour un ascenseur. Même avec une cuvette et une marge de hauteur réduites, un ascenseur (directive sur les ascenseurs) occupera toujours plus de place qu'un plateau élévateur (plate-forme) vertical (directive sur les machines). On optera également souvent pour une cabine ou un plateau moins grand. La norme NBN EN 81-41 (2011) indique les dimensions suivantes pour les chaises roulantes :

  • 90 x 140 cm pour les chaises de type A ou B avec accompagnateur
  • 80 x 125 cm pour les chaises de type A sans accompagnateur.
Les plateaux élévateurs verticaux ne sont bien souvent que partiellement fermés, contrairement aux ascenseurs. Ces plateaux permettent un gain de place, mais nécessitent l'installation d'un dispositif de sécurité.


Article complet


S. Danschutter, ir.-arch., chef de projet, laboratoire Développement durable, CSTC