A chaque revêtement mural souple son collage 2011/04.14

Aujourd'hui, il n'existe pas un type, mais bien toute une panoplie de revêtements muraux souples qui s'appliquent et se collent diversement selon leur nature et les caractéristiques du support.
Le grand retour du papier peint sur nos murs s'est vu annoncé par le récent développement de nouveaux revêtements muraux souples permettant notamment des effets de matière très attrayants. En parallèle, l'arrivée sur le marché de ces produits de dernière génération a nécessité le développement de nouvelles colles à tapisser davantage compatibles avec le matériau à coller. A cette évolution des matières s'ajoute également l'importance des rénovations, qui repositionne les revêtements muraux souples dans la hiérarchie des finitions intérieures les plus demandées.

De l'importance du dossier…

A côté du papier peint traditionnel, on retrouve aujourd'hui d'autres types de papiers à tapisser, qui, pour certains, n'ont plus de papier que le nom. Ces papiers peints ou revêtements muraux souples se distinguent par la nature de leur face visible et la nature de leur dossier (papier, textile, intissé, fibres de verre, liège, …). C'est ce dernier qui a le plus d'importance pour l'applicateur. Il assure la solidité de la face visible, la stabilité dimensionnelle du revêtement et, surtout, il constitue l'interface entre le support et la face visible du revêtement. Puisque le dossier assure l'accrochage du revêtement au support, c'est principalement sa nature qui déterminera le type de colle et le type d'encollage à mettre en œuvre.

… au choix de la colle à tapisser

Les colles pour papiers peints sont réparties en trois catégories :
  • les colles amylacées (à base d'amidon) ou cellulosiques (à base d'éthers de cellulose), souvent disponibles en poudre à diluer dans l'eau

  • les colles vinyliques ou acryliques, en phase aqueuse (colles en dispersion)

  • les colles de type néoprène, en phase solvant (colles de contact).
En première instance, le choix de la colle sera basé sur les instructions du fabricant de papier peint, qui indiquent la nature de la colle et le mode d'encollage appropriés (sur le dossier, sur le support ou sur les deux). Ne pas se référer à ces prescriptions pourrait conduire à un résultat insatisfaisant. Néanmoins, si l'information fait défaut, le tableau ci-contre peut aider à déterminer le type de colle et d'encollage adéquats. Ce tableau non exhaustif est fourni à titre purement indicatif et n'exclut pas l'usage d'autres colles que préconiseraient les fabricants. En effet, le renforcement de certaines colles par des additifs spécifiques peut améliorer leurs performances et élargir leur domaine d'application.

Notons encore que certains papiers peints sont préencollés en usine par application d'une pellicule de colle sèche sur leur dossier. Le papier est trempé dans l'eau durant un temps défini ou humidifié à l'aide d'une éponge afin de réactiver la colle avant l'affichage du papier sur le mur.

Type de colle à utiliser en fonction du type de revêtement mural
Type de papier peint Type de colle Emplacement de la colle
Face supérieure Dossier
Papier et ingrain Papier
  • Pour des revêtements muraux légers : colles cellulosiques ou amylacées (2)

  • Pour des revêtements muraux lourds : colles cellulosiques ou amylacées (2) renforcées (résines synthétiques)
Sur le dossier
Vinyle
Métallisé
Fibres naturelles
Fibres synthétiques
Papier et ingrain Intissé
(fibres de polyester compressées)
  • Colles cellulosiques ou amylacées (2) renforcées (résines synthétiques)
    OU
  • Colles acryliques ou vinyliques (3)
Sur le support
Vinyle (1)
Métallisé
Fibres naturelles
Fibres synthétiques
Vinyle (1) Textile Colles acryliques ou vinyliques Sur le support
Fibres naturelles
Fibres synthétiques
Fibres de verre Colles acryliques ou vinyliques Sur le support
Mousse PVC Colles acryliques ou vinyliques Sur le support
Liège Collage de contact (4) avec :
  • colle acrylique ou vinylique pour revêtements lourds
    OU
  • colle de type néoprène
Sur le dossier et sur le support (double encollage)
(1) Eventuellement, colle de type néoprène pour les angles ou en cas de revêtement trop 'nerveux'.
(2) Colles ne convenant généralement pas aux locaux humides.
(3) Colles plus épaisses, appropriées aux dossiers à relief.
(4) Le collage de contact est un collage sec (évaporation complète du solvant avant assemblage) avec encollage des deux matériaux à assembler. La prise immédiate de la colle ne permet pas un ajustage du revêtement une fois appliqué sur son support.


Article complet


P. Steenhoudt, ir., chef du laboratoire 'Chimie du bâtiment', CSTC
V. Pollet, ir., chef adjoint du département 'Matériaux, technologie et enveloppe', CSTC