Smart-Geotherm 2011/03.04

C'est le 1er septembre 2011 que débutera l'étude innovatrice 'Smart-Geotherm'. Ce projet, pour lequel le CSTC jouera un rôle-clé tant au niveau de la réalisation que de la coordination, s'étendra sur une période de six ans et bénéficiera de l'appui financier de l'IWT, l'institut flamand pour la promotion de l'innovation par la science et la technologie. L'étude vise la construction de bâtiments à consommation énergétique quasi nulle et ce, grâce au développement de concepts intégrés faisant usage de la géothermie, des éléments de construction thermoactifs et d'autres techniques. Plus de la moitié du parc immobilier actuel étant concernée par l'application de ces concepts, l'impact social et économique du projet est évidemment considérable.
En mai 2010, à l'occasion de la révision de la directive PEB, l'Union européenne a fixé quelques objectifs relatifs aux performances énergétiques des bâtiments (cf.  La construction 'très basse en énergie' 10 ans pour une révolution profonde ). Il a ainsi été demandé aux divers Etats membres de faire en sorte que, d'ici 2021, la consommation de tous les nouveaux bâtiments soit quasi nulle. Cet objectif peut être atteint notamment en réalisant des bâtiments qui nécessitent le moins d'énergie possible (bâtiments passifs, p. ex.) et qui répondent aux besoins énergétiques résiduels grâce à l'énergie renouvelable produite sur place.

Le projet 'Smart-Geotherm', initié à la demande et en collaboration avec diverses sociétés de forage, d'entreprises spécialisées dans les travaux de fondations, d'entrepreneurs généraux, de fournisseurs, de producteurs et d'installateurs, consistera principalement à trouver des moyens de satisfaire aux besoins énergétiques résiduels de la manière la plus efficace. L'étude sera réalisée dans le cadre d'un consortium spécialement créé à cet effet et constitué de collaborateurs du CSTC, de la K.U.Leuven, de VITO (institut flamand de recherche technologique), de la VCB (Confédération construction flamande), de la Bouwunie, de l'ABEF, d'Infobeton.be et de la FEBE. Un élément-clé de cette approche est la combinaison du stockage énergétique à long et à court terme avec des systèmes de commande intelligents permettant d'exploiter de manière optimale le potentiel géothermique du sol et l'activation d'éléments de construction de grande taille.



Comme nous l'avons évoqué ci-avant, le concept de 'Smart-Geotherm' consiste à isoler le bâtiment de telle sorte que les besoins nets en chaleur puissent être compensés par l'utilisation d'énergie renouvelable combinée à un certain nombre de techniques intelligentes intégrées. Cette approche comporte trois aspects :
  • le recours à des systèmes stockant l'énergie thermique à court ou à long terme dans la masse structurelle du bâtiment ou dans le sol, en combinaison ou non avec des techniques de stockage plus flexibles (cf. figure)

  • le développement et la diffusion de connaissances, d'applications et d'innovations dans le domaine des pompes à chaleur exploitant l'énergie stockée dans le sol

  • la création de systèmes de commande intelligents et l'utilisation maximale d'énergie peu coûteuse et/ou renouvelable.
Cette approche innovatrice peut également avoir un impact positif sur bien d'autres aspects. Ainsi, l'intégration de techniques récemment développées à l'étranger (p. ex., aux Pays-Bas, pour les pieux battus préfabriqués) à nos techniques habituelles de construction souterraine (pieux vissés dans le sol, p. ex.) représente un réel défi.

Le projet 'Smart-Geotherm' pourrait également avoir un impact économique considérable. Lorsque l'on sait qu'aujourd'hui en Belgique, seulement 2 % du volume annuel de constructions neuves recourent aux techniques précitées (pompes à chaleur reliées au sol, éléments en béton thermoactifs, stockage de chaleur thermique, ...) et que l'approche intégrée proposée permettrait de porter ce pourcentage à 50 %, le calcul est vite fait... En d'autres termes, on peut s'attendre à une croissance significative du chiffre d'affaires et de l'offre d'emploi dans divers sous-secteurs.

Tout au long du projet, une forte interaction s'établira entre la commission d'utilisateurs et trois groupes de travail techniques. Ainsi, plusieurs études de cas et projets pilotes seront menés afin de mettre en pratique l'approche intégrée développée au sein du projet. Les entreprises souhaitant recevoir davantage d'informations à ce sujet sont invitées à nous contacter par mail (info@bbri.be) ou à surfer sur www.smartgeotherm.be (à partir de septembre, site uniquement en néerlandais).

N. Huybrechts, ir., chef de la division 'Géotechnique', CSTC