Traitement des maçonneries chargées en sels : nouvelles techniques ? 2011/02.02

Taches d'humidité obtenues par absorption hygroscopique dans un mur parfaitement sec
Les problèmes liés aux sels sont omniprésents. Ils surviennent, par exemple, dans les bâtiments qui ont été confrontés à une humidité ascensionnelle (un phénomène pouvant apparaître dans presque tous les bâtiments d'avant la seconde guerre mondiale), dans les (anciennes) fermes, les bâtiments situés sur le littoral, les (anciens) bâtiments industriels, … Si les concentrations en sels sont suffisamment basses, il n'y a pas de quoi s'inquiéter (cf. NIT 210). Or, ce n'est pas toujours le cas.
Les maçonneries peuvent contenir différentes sortes de sels pouvant être à l'origine de dégradations très variées en fonction de l'humidité relative de l'air : hygroscopicité, hydratation et cristallisation. La première chose à faire pour venir à bout des problèmes de sels consiste à résoudre les problèmes d'humidité. Etant donné que bien souvent cela ne suffit pas ou est tout simplement impossible à réaliser, d'autres interventions seront nécessaires. Cet article livre un aperçu des techniques correctives les plus courantes.

Eliminer ou rendre inoffensif

Une partie des sels présents dans la maçon­nerie peut être absorbée à l'aide d'une compresse à base de pâte à papier ou d'argile qu'on enlèvera ensuite. Cette méthode étant très laborieuse, elle n'est généralement appliquée qu'aux bâtiments appartenant au patrimoine culturel. L'application de compresses n'a de sens que si aucun autre sel n'est ajouté à la maçonnerie. Au lieu d'éliminer les sels, il est également possible de les rendre inoffensifs grâce à un convertisseur de sels. Les performances de ces produits disponibles dans le commerce dépendent néanmoins fortement des situations dans lesquelles ils sont utilisés.

Couches superficielles d'étanchéité à l'eau et à la vapeur d'eau

Les couches superficielles d'étanchéité à l'eau et à la vapeur d'eau empêchent l'humidité de s'évaporer et, par conséquent, le sel de se cristalliser. Elles servent également à éviter que les sels hygroscopiques entrent en contact avec l'humidité de l'air. Les films époxydes, le cimentage et les étanchéités de cave sont de bons exemples de couches superficielles. Comme ces produits restent néanmoins toujours légèrement perméables, le risque de dégradations dues aux sels n'est pas entièrement exclu. De plus, puisqu'elles retiennent l'humidité, ces couches peuvent engendrer un déplacement, voire une aggravation du problème d'humidité (humidité de la cave qui se déplace vers le rez-de-chaussée, p. ex.).

Dans la plupart des cas, ces couches superficielles ne conviennent pas pour les façades extérieures en raison des inévitables fuites qui laisseraient pénétrer l'eau de pluie. Cette humidité peut en effet stagner derrière cette couche, y créer un nouveau problème d'humidité et entraîner un risque élevé de dégradation par le gel. Bien que les couches superficielles d'étanchéité à l'eau et à la vapeur soient souvent proposées comme protection contre les sels car elles rendent les façades étanches à l'eau, ces techniques sont fortement déconseillées. Elles peuvent en effet aggraver les dégradations au lieu de les réduire (cf. NIT 224).

Enduits d'assainissement

Les enduits d'assainissement sont appliqués sur un support chargé de sel et humide afin que le sel se cristallise dans les pores de l'enduit et ce, sans causer de dégradations. De plus, en raison de leur nature ouverte, il est rare que ceux-ci déplacent ou aggravent le problème d'humidité. Cette solution a néanmoins une durée de vie limitée. En effet, après un certain temps (5 à 15 ans), les pores seront complètement remplis et l'enduit commencera à se dégrader. Si le problème d'humidité est résolu avant la fin de ce délai, celui-ci pourra évidemment être conservé plus longtemps.

Techniques de doublage

Une contre-paroi ou un enduit appliqué sur une membrane gaufrée peut séparer la finition du mur de la maçonnerie. Les sels ne pouvant plus migrer vers le parachèvement, celui-ci est préservé. Le séchage de la maçonnerie sera considérablement ralenti (voire tout à fait interrompu) suite à la mise en œuvre de ce doublage. Le problème d'humidité pourrait dès lors se déplacer ou s'aggraver derrière la contre-paroi ou la membrane gaufrée. Il est donc conseillé de résoudre le problème d'humidité avant de recouvrir ou de camoufler un mur humide.

Conclusion

Toutes ces techniques peuvent dans de nombreux cas constituer une solution au problème, mais elles sont souvent insuffisantes ou non appropriées. Au cours d'une recherche subsidiée par la Région flamande, quatre autres interventions ont été étudiées : l'utilisation d'un type bien précis d'inhibiteur de cristallisation des sels, la fluatation des sels, l'élimination à l'aide d'un champ magnétique (électrophorèse) et l'ajout d'un sel afin d'influencer le comportement des sels déjà présents.


Article complet


Y. Vanhellemont, ir., chef adjoint du laboratoire 'Rénovation', CSTC
S. Herinckx, ir., chercheur, laboratoire 'Rénovation', CSTC