Appartements et maisons mitoyennes :
vers un confort acoustique accru 2009/02.17

Plusieurs enquêtes révèlent que l'isolation acoustique des maisons mitoyennes et des appartements figure en tête des préoccupations de leurs occupants. C'est pour tenter de répondre à leurs attentes qu'est parue, début 2008, la norme NBN S 01-400-1 établissant les règles de l'art pour l'isolation acoustique des façades, l'isolation aux bruits aériens et aux bruits de chocs entre logements, et la réduction du bruit produit par les installations techniques.

1. Nouvelles exigences depuis 2008

La norme NBN S 01-400-1 distingue deux niveaux de performances : un confort acoustique normal et un confort acoustique supérieur. Les exigences à respecter pour atteindre le confort acoustique normal sont d'application lorsqu'aucune spécification n'est précisée dans les documents contractuels et que l'on souhaite satisfaire au moins 70 % des utilisateurs. Par contre, pour revendiquer un confort acoustique supérieur, il convient de satisfaire 90 % des utilisateurs, ce qui nécessite généralement des dispositions constructives particulières.

En ce qui concerne l'isolation aux bruits aériens entre appartements, les nouvelles exigences de confort acoustique normal sont pratiquement identiques à celles préconisées dans l'ancienne norme NBN S 01-400-1. En revanche, les exigences de confort supérieur (DnT,w ≥ 58 dB) sont devenues beaucoup plus sévères. Quant aux maisons mitoyennes, les exigences ont été nettement renforcées tant pour le confort normal que pour le confort supérieur (DnT,w ≥ 58 dB / 62 dB).

2. Comment obtenir un confort acoustique supérieur ?

La mise en œuvre de couches élastiques permet d'améliorer sensiblement l'isolation acoustique.

2.1. Ouvrages creux sans ancrage avec dalles de plancher interrompues

Dans ce cas de figure, le gros œuvre est constitué de murs creux mitoyens sans ancrage dont la coulisse a une épaisseur d'au moins 4 cm. Les dalles de plancher, interrompues au droit du mur mitoyen, sont posées sur les murs porteurs. Afin d'éviter tout transfert vibratoire au travers des murs et des planchers d'appartements contigus, il convient de ne pas munir les parois des murs creux de crochets d'ancrage et de veiller, lors de la mise en œuvre de l'isolation thermique, à ce que des débris de mortier ne forment pas de ponts structurels.

Si ce mode d'exécution convient parfaitement à l'isolation acoustique des maisons et des appartements mitoyens, il doit cependant, dans ce dernier cas, être complété des dispositifs suivants afin de garantir l'isolation verticalement : dalles de plancher massives (min. 500 kg/m²), chape flottante des plus performantes et murs massifs (min. 200 kg/m²) ou couches élastiques entre les parois et au-dessus de la dalle.

2.2. Ouvrages creux sans ancrage avec dalles de plancher continues

Le mur mitoyen est constitué ici de deux parois sans ancrage totalement séparées par une coulisse d'une épaisseur minimum de 4 cm. Des couches de matériaux élastiques dissocient les deux parois aussi bien de la dalle de sol que du plafond. La dalle massive et continue (min. 500 kg/m²) est recouverte d'une chape flottante répondant aux exigences de confort acoustique supérieur.

2.3. Ouvrages avec cloisons de doublage

Ces ouvrages sont constitués d'une simple paroi porteuse et d'une cloison de doublage légère.

2.4. Construction à ossature et cloisons

La construction à ossature est constituée d'une dalle massive ou d'une dalle et d'un plafond suspendu (en plaques de plâtre cartonnées), combinés à des cloisons désolidarisées en périphérie à l'aide d'un matériau élastique, à des panneaux de doublage acoustique légers et à une chape flottante très performante.

2.5. Construction massive

Cette méthode associe des murs mitoyens massifs à simple paroi (min. 650 kg/m²) et des cloisons intérieures de plus de 300 kg/m².

2.6. Solutions industrielles

Il existe sur le marché d'excellents systèmes industriels dont les performances permettent d'aller au-delà des exigences de confort acoustique supérieur.


B. Ingelaere, ir.-arch., chef adjoint du département 'Physique du bâtiment et Equipements'