La classification des luminaires 2009/02.15

Si, dans le domaine de la construction, un nombre important de produits sont couverts par la directive 'Produits de construction', la situation est quelque peu différente en ce qui concerne les luminaires, car leur marquage ne tombe pas sous la DPC et possède une forte connotation sécuritaire.
La nouvelle édition de la norme IEC 60598-1 'Luminaires. Partie 1 : exigences générales et essais' est l'occasion de faire le point sur les systèmes de classification des luminaires et les symboles utilisés.

Cette norme, éditée par le Comité électrotechnique international (CEI), explicite les différentes classifications des luminaires et leur portée.

Elle définit entre autre la protection contre les chocs électriques (classe 0, I, II et III) ainsi que la protection contre la pénétration des corps solides et de l'humidité (indice IP).

Si, par rapport à l'édition précédente, peu de changements sont apportés à la définition de ces indices, la norme explicite ce sur quoi porte exactement l'indice de protection considéré : s'agit-il d'une protection du luminaire ou de l'utilisateur ? Cette question fondamentale se doit d'être traitée avant toute prescription ou mise en œuvre, de manière à assurer, d'une part, la sécurité de l'occupant et, d'autre part, la sécurité du luminaire.

Outre ces deux indices, la norme définit un nouveau marquage identifiant le type de matériau de la surface d'appui pour laquelle le luminaire est conçu. Ce marquage diffère totalement du précédent, qui reprenait le symbole F et le triangle sur pointe; ce dernier n'est plus considéré par la norme, bien qu'il soit encore présent sur le marché.

L'approche utilisée pour ce marquage diffère de celle adoptée par le passé et suit la philosophie du CEI qui considère que tous les produits doivent satisfaire aux exigences les plus strictes, les informations et marquages additionnels n'étant donnés que pour les exigences que le produit ne rencontre pas. Concrètement, cela signifie que le seul marquage réalisé est un marquage négatif qui informe l'utilisateur des limites d'application du produit.


Article complet


P. D'Herdt, ir., chef de projet, division 'Energie et Climat'
A. Deneyer, ir., chef du laboratoire 'Lumière et Bâtiment'