Changement de climat acoustique 2009/01.16

Avant 1960, on attendait essentiellement des constructions qu'elles atténuent le bruit des voix, ce qui, avec les méthodes de construction traditionnelles (lourdes) de l'époque, était relativement facile à réaliser.

Profiter du silence ...

Détail de construction innovateur avec joint souple (isolation acoustique améliorée).
Ces dix dernières années, les sources de nuisances sonores du logement moyen se sont multipliées. Les télévisions se sont fort répandues dans les années '60 et la chaîne hi-fi a été mise au point au cours de la décennie suivante. La musique s'est ensuite mise à porter sur des fréquences de plus en plus basses dans le courant des années '80 (avec des sons émis sous la fréquence de 63 Hz); il est dès lors devenu plus difficile de s'en isoler. Un autre fruit de l'évolution : l'irrépressible progression des systèmes de home cinema avec leurs larges écrans et leurs baffles puissants. De même, la forte hausse du trafic routier, ferroviaire et aérien contribue indéniablement à accentuer la gêne acoustique.

La construction durable exige dès lors d'accorder davantage d'attention à l'isolation acoustique.

Le problème de l'isolation thermique

L'idée qu'une bonne isolation thermique s'accompagne forcément d'une bonne isolation acoustique est une conclusion hâtive fréquemment entendue. Rien n'est plus faux !

Le remplacement des vitrages simples par des doubles vitrages peut fortement nuire à l'isolation acoustique. L'effet masse-ressort-masse du double vitrage provoque souvent une altération de l'isolation vis-à-vis des bruits de basse fréquence produits par le trafic urbain. Le problème peut toutefois être résolu par le recours aux vitrages acoustiques épais de composition asymétrique.

De même, l'amélioration de l'isolation thermique des blocs de construction ces dix dernières années a considérablement réduit la qualité de l'isolation acoustique entre les maisons ou les appartements.

La normalisation acoustique

Afin de préserver le confort acoustique, un certain nombre de réglementations et de normes ont été mises en place à partir des années '60. En 1966 est publiée la norme NBN 576-40, qui décrit les exigences d'isolation aux bruits aériens et aux bruits de choc pour les logements, les bureaux et les écoles. Quelque 10 ans plus tard, cette norme est partiellement révisée, son domaine d'application élargi (aux maisons de repos, aux hôpitaux, ...), ses exigences sont renforcées et la nouvelle édition est rebaptisée NBN S 01-400. En 1987 paraît la norme NBN S 01-401, qui définit les exigences en matière de limitation du bruit des installations.

Issue d'une série d'études approfondies, la norme NBN S 01-400-1 (Critères acoustiques pour les immeubles d'habitation) voit enfin le jour en 2008. Révision des trois normes précitées, elle devrait, d'ici peu, être complétée d'une deuxième partie sur les exigences applicables à la construction non résidentielle, puis d'une troisième décrivant un système de classification global. Cette dernière partie tentera de définir sous un label unique la qualité acoustique globale d'une unité de construction (maison, appartement, bureau, ...).

Niveaux de confort acoustique

Essais destinés à l'étude des transmissions latérales.
La nouvelle norme NBN S 01-400-1 distingue deux niveaux de confort acoustique. Les exigences de confort 'normal' sont en fait un compromis entre les coûts de construction et le confort acoustique de base, et visent à satisfaire 70 % des utilisateurs. L'introduction de ce niveau de base devrait permettre au secteur de la construction de s'adapter progressivement aux exigences de confort 'accru', qui visent un pourcentage d'occupants satisfaits de plus de 90 %. Afin d'atteindre ce niveau de qualité, il sera bien souvent nécessaire d'appliquer de nouvelles méthodes, de nouveaux systèmes de construction et de nouvelles directives en la matière (p. ex. pour réduire la transmission latérale indirecte).

Afin de préparer le secteur à ces nouveaux défis, le CSTC mène une étude de grande envergure devant déboucher sur des directives de construction neutres et adaptées. Pour ce faire, différents producteurs de matériaux et de systèmes de construction ont été invités à mettre au point des solutions innovantes. Plusieurs projets innovateurs remarquables offrant des applications en construction neuve et en rénovation ont ainsi pu voir le jour.

Défis pour l'avenir

À l'heure actuelle, nous nous attachons à l'élaboration de la norme NBN S 01-400-2, qui présentera une série de critères de performances pour le secteur non résidentiel (bureaux, hôtels, écoles, maisons de repos, hôpitaux, ...). Ces critères devront encore être étayés et complétés par des directives de construction adaptées.

Il convient par ailleurs de rechercher des moyens d'aboutir à une approche thermique et acoustique intégrée, sans oublier que la progression rapide de la construction à ossature en bois réclame une guidance soutenue en matière d'acoustique.